Le Réveil Sourd – Intervention de André Minguy, 3 décembre2014 –

André Minguy présentait une conférence le 3 décembre 2014 dernier à propos du Réveil Sourd. Nous avons obtenu la permission de publier le texte de son intervention ici. Bonne Lecture.

 

André Minguy

André Minguy

Pourquoi et comment le réveil Sourd ?

Avant 1880 : Il y avait des sourds qui communiquaient en signes.
En 1880, le congrès de Milan optait la préférence de l’oralisme au détriment des signes.
Depuis cet événement de triste mémoire, les enseignants sourds disparaissent progressivement de l’enseignement, ceci jusqu’au début des années 70.

Premiers pas d’une série d’évènements vers l’émancipation des Sourds.

Je ne vais pas tout dire alors j’ai choisi certains points qui me semblent importants à vous communiquer. Je vais parler des évolutions dans chaque événement.

En l’an 1971, Paris, FMS (Fédération Mondiale des Sourds)

Le congrès mondial des Sourds avait eu lieu au palais de l’UNESCO à Paris. J’avais 21 ans, jeune et beau ! Je découvris le carrefour mondial des sourds : des allemands, des suédois, des américains et j’en passe. C’était beau à voir comment ils communiquaient entr’eux, heureux de se retrouver dans leur univers visuel-gestuel et échangeaient ce qu’ils avaient à dire en signes.

Il y avait une réunion plénière au palais de l’UNESCO, je crois bien qu’il s’agissait d’une série de conférences sur l’éducation ou l’enseignement des Sourds. Cette réunion étant axée sur l’oral était inaccessible pour moi et je ne m’y intéressais pas du tout.

Deux points importants ont été observés à ce congrès :

  1. Un enseignant spécialisé, entendant, Jean-Noël Dreillard de Marseille s’y trouvait. il avaitl’air surpris de voir un interprète qui signait à coté des conférenciers et découvrir que la traduction signée était destinée aux Sourds américains. Il fut plus étonné d’entendre les traductions orales de l’interprète aux questions et réponses des sourds américains, ces traductions de bonne qualité étaient bien ciblées sur les sujets abordés.Jean Noël Dreillard avait évoqué par écrit ce souvenir 10 ans après lors d’un stage parents organisé par 2LPE en 1981 à Saint-Laurent-en-Royans (Drôme).
    Paradoxalement à la découverte de Jean-Noël, la délégation sourde française s’y trouvait et suivait les travaux du congrès par l’intermédiaire d’un locuteur labial.
  2. A ce congrès, les américains prônaient l’usage de la totale communication aux USA (Oral – appareillage – gestes). Cette influence américaine commençait à se répandre dans les écoles spécialisées en France. De ce fait, on constate seulement l’apparition timide des signes dans les écoles en France.

A noter : En 1960, William Stokoë, linguiste américain, suivait des cours de signes. En faisant des recherches, il proposa les paramètres linguistiques, ce qui a permis d’aboutir à la reconnaissance de la langue des signes américaine (ASL) comme une langue à part entière.
En France, à partir de 1970, on observe seulement l’apparition des gestes (langage gestuel).

On ne parle pas encore de LSF et pourtant les sourds le font quotidiennement.

1975 : FMS à Washington DC. USA

Le congrès mondial des sourds se déroulait à Washington DC. Deux centaines de français (des Sourds en grande quantité et quelques entendants) étaient présents. Ils étaient impressionnés par la langue des Sourds américains, la culture artistique, le théâtre, le niveau des études, etc. De retour en France, l’impact visuel resta lettre morte au niveau associatif : les dirigeants sourds français de la Confédération Nationale des Sourds de France disaient que ce constat typiquement américain était impensable en France.

 

Pourtant, Il y eut quelques initiatives isolées qui se passaient à Paris pour que la révélation américaine soit plausible en France. Vous verrez par la suite ce qui se passera.

A noter la présence à ce rassemblement mondial d’un chercheur en sociologie : Bernard Mottez apprenait l’existence d’une langue visuelle aux USA : l’ASL (Américain Sign Language). Il se demandait si l’on pouvait en faire autant en France : la Langue des Signes Française (LSF). Ce qui fut fait et appliqué.

Formation élèves-professeurs 

Après le FMS en 71, à partir de 1973, deux sourds, Christian Deck et Jean-Jacques Bourgeois, désireux de devenir enseignants, effectuaient des démarches auprès des associations de parents d’enfants Sourds, au ministère, etc, pour obtenir gain de cause. Ce qui ne fut pas une tâche aisée. Selon l’interdiction de la loi, des écoles spécialisées ne les embauchaient pas. Finalement, en 1976, un seul établissement situé à St-Laurent-en-Royans (Drôme) les accueillait et assurait la formation, le suivi des deux candidats. Cette session était organisée par la FISAF. (Fédération Insertion Sourds Aveugles de France)

A noter : Depuis la découverte des Sourds à l’INJS de Paris en 1974, le sociologue Bernard Mottez soutenait beaucoup l’action les deux candidats Sourds. Il leur insufflait des connaissances politiques pour qu’ils obtiennent des résolutions à leurs attentes.

1980, 100 ans après le congrès de Milan, Christian Deck obtenait enfin son examen et devenait le premier enseignant sourd. Jean-Jacques Bourgeois le suivait un an plus tard. Grâce à ces lauréats, la porte s’ouvrit aux autres candidats sourds désireux de devenir enseignants, mais seulement dans l’enseignement spécialisé. De ce fait, la loi interdisant l’accès des Sourds à l’enseignement devenait caduque.

A noter : Pas d’enseignants sourds à l’Education Nationale.

Culture :
Avant 1975, la culture était inexistante, sauf pour certains en écriture et en lecture. Pas de théâtre, pas de contes, pas de conférences, etc. pour tous les sourds, même les oralistes. C’était presque le vide culturel et artistique pour les Sourds en France sauf à quelques exceptions en expression artistique ; un véritable décalage par rapport aux évolutions de la société.

Un mur invisible d’ordre linguistique se dressait pour les visuels car de l’autre côté de la barrière tout est axé sur l’oralisme, donc les informations passaient de la bouche à l’oreille.

Après le congrès mondial de Washington DC en 75, lors d’une rencontre improvisée à Nancy, Jean Grémion, un entendant épris de l’art culturel, saisit l’opportunité de faire venir Alfredo Corrado, un comédien Sourd américain pour faire fleurir la culture visuelle en France : le théâtre, les contes, les conférences. Cet évènement inattendu attirait l’attention du monde Sourd.

En l’an 1976, Rassemblement au château de Vincennes : Il s’agissait d’une réunion exceptionnelle pour le refleurissement culturel à l’intention des Sourds en France. A cette occasion, « International Visual Theatre » (IVT) fut créé et installé au donjon du château de Vincennes. Plus d’une dizaine de Sourds s’initiaient à l’art théâtral sous la conduite d’Alfredo Corrado.

Encore une présence américaine dans la mouvance du réveil Sourd : A la demande d’Alfredo Corrado, Bill Moody, un interprète faisait sensation en assurant une traduction de qualité des langues orales et signées, il venait spécialement pour le comédien américain qui avait besoin de l’assurance pour les traductions de qualité LSF – ASL.

Bill Moody : Avec lui, par lui, en lui, Sa présence, ô combien indispensable, suscitait de l’intérêt aux entendants pour la fonction d’interprète. En plus, il enseignait des cours de langue des signes aux entendants, il laissait progressivement sa place aux sourds. Pour terminer, avec la participation des Sourds d’IVT, il collabore à la réalisation des trois tomes des cours de LSF. Une première en France !

Cours de langue des signes.
La première chose à faire du mouvement sourd était de mettre en place des cours du langage gestuel dans les institutions. Aucun programme précis n’était établi pour ce faire. Le plus souvent, on proposait une liste de mots et l’on associait un geste à un mot. Pendant un bon moment, chaque animateur improvisait ce genre de cours par des coupures de journaux, d’images, de mimes, etc.

Au fil du temps, le contenu des cours s’améliorait grâce aux cours de communication non verbale (forme de l’iconicité) de Gil Eastman, formateur américain et aux tomes «IVT».
A partir de ce moment là, sur proposition de Bernard Mottez, la notion du langage gestuel fut remplacée par celle de la langue des signes Française. Sur ce, IVT et l’académie de la langue des signes française (ALSF) étaient les pionniers de l’enseignement de qualité.

Les recherches ne s’arrêtaient pas là. En l’an 2000 On incorporait les recherches de Christian Cuxac sur l’iconicité dans le contenu des cours. On ne fait uniquement un signe un mot. On propose l’apprentissage des intentions visuelles et signées dans un contexte précis, le plus souvent au moyen des images conçues à cet effet et visionner les séquences signées en vidéos.

En plus, l’apport de la technologie facilite l’apprentissage des cours de LSF.

Actuellement, En plus d’IVT et l’ALSF, le réseau de Visuel LSF France (17 centres), Steum de Nantes, dans les écoles spécialisées, dans les associations de parents d’enfants sourds dispensaient ces cours et envoyaient des formateurs à se perfectionner dans la linguistique de la LSF et la pédagogie visuelle, ceci en collaboration avec l’université Paris 8. Chaque année, Visuel LSF France organisait le séminaire afin que toute la classe formatrice puisse partager leurs recherches et leurs connaissances, peaufiner la progression pédagogique des cours.

Mouvement oblige ! Plus rien ne l’arrête : On constate la sortie des ouvrages ou livres en langue des signes : Editions Monica Companys, IVT, des livres écrits par des Sourds, des Bandes dessinées Etc. Actuellement, Art Pi sort trimestriellement son magazine sur l’art visuel et les artistes… Beaucoup d’enrichissement à découvrir sur le monde des Sourds dans la France profonde.

A Noter : Christian Cuxac, linguiste entendant, suivait des cours de gestes à l’INJS St Jacques. C’était Frère Jouanny qui y animait. Il y proposait une liste de mots. A chacun de mémoriser un signe pour un mot. A un moment donné, Christian observait par la fenêtre les élèves signer entr’eux en récréation. Il trouvait que c’était bien une langue vivante. Par la suite, il faisait des recherches sur l’iconicité en visionnant Guy Bouchauveau en train de signer une histoire drôle et y décelait des aspects grammaticaux, temporels, les formes de taille, de personne, de situations, etc. Ce qui fait que cette trouvaille aboutit à l’enrichissement du programme des cours de langue des signes.

Un petit tour au nouveau monde…
A l’initiative de Bernard Mottez, sociologue Français et d’Harry Markowicz, sociolinguiste américain : des stages d’été furent organisés à Gallaudet Collège en 78 – 79. 35 personnes Sourdes et Entendants y participaient. Durant leur séjour, un programme bien diversifié fut proposée et exposée à leur intention :page3image31016

  • Découverte des moyens de communication visuelle (appels lumineux, ASL, tout le monde signait au campus universitaire.)
  • Exploration des techniques d’informations et de communication. (Studio d’enregistrement vidéo. Banque des données vidéothèques, de la maternelle à l’université, des box pour apprentissage individuel des cours d’ASL.., des ouvrages en ASL, Etc.)
  • Cours de communication non verbale. Belle découverte !
  • Des conférences traduites en langues orales et signées.
  • Rencontre avec des Sourds américains sur la culture sourde : Humours, Mimes, etc.
  • Découverte de l’histoire des Sourds en France.
  • Des rencontres avec les linguistes, les enseignants sourds et entendants sur les recherches de langues des signes.Ce fut une découverte fabuleuse des potentialités visuelles jusque-là ignorées des sourds Français. A noter également que chacun prenne conscience et l’importance de la perception et l’émission visuelle gestuelle ou signée.

Accélération des initiatives :

Education,
De retour des stages d’été sur le nouveau monde, le mouvement Sourd prenait son envol. Les réponses aux besoins des Sourds se précisaient :

1979, A l’initiative de Danièle Bouvet : une première initiative bilingue fut expérimentée à l’école maternelle de Bossuet (Paris). Le corps enseignant, composé de Marie-Thérèse l’Huillier, Sourde signante et de Danièle Bouvet, orthophoniste, dispensait, 2h par jour, d’apprentissage bilingue. A partir d’un texte écrit, Marie-Thérèse signait et l’orthophoniste oralisait.

Le reste du temps scolaire, les enfants fréquentaient dans les classes maternelles avec la présence d’un enseignant entendant assurant la traduction visuelle des cours.

1979 -1980 : « Deux langues pour une éducation » (2LPE)
L’objectif de cette association est la participation des sourds, professionnels et parents d’enfants Sourds, ceci afin de promouvoir la reconnaissance, la sensibilisation de la langue des signes française et le bilinguisme.

A l’instar des stages d’été à Gallaudet collège, le mouvement triangulaire a pour but d’organiser « des stages parents » chaque année, une semaine en juillet, de faire prendre conscience aux parents d’enfants sourds l’existence d’une langue visuelle signée. (Langue des signes française) pour les Sourds et qu’il est possible de communiquer avec eux, d’organiser des conférences sur le bilinguisme, la langue des signes, l’interprétariat, les témoignages des Sourds, etc.

De la naissance jusqu’à sa dissolution en 1988, 2LPE regroupait en son sein 22 groupes locaux.

A partir de 1984, grâce à l’initiative des parents d’enfants Sourds, 2LPE avait mis en place 6 classes bilingues / Chalon sur Saône, Poitiers, Toulouse, Nancy, Bayonne, Champs sur Marne. En tout, soixante enfants suivaient la scolarité à l’éducation nationale.

Au début des années 2000, L’Education nationale ouvrit enfin la porte à des enseignants sourds, actuellement certains sont professeurs des écoles.

page4image22960

A partir des années 80 – 90, le réveil sourd ne s’arrête pas, le mouvement s’étend (touche) dans d’autres domaines :

Vers la professionnalisation des interprètes…
Avant 1986, les traductions étaient assurées par des bénévoles signants.
A partir de 1986, des formateurs bilingues, sourds et entendants, de SERAC, ESIT, Rouen, Toulouse, Lille, dispensaient des cours d’interprétariat. Cette formation devenait de plus en plus performante grâce aux recherches linguistiques de Paris 8, de Visuel LSF et du monde des Sourds. Ce domaine est indispensable car il permet aux sourds de favoriser l’autonomie, de développer son savoir, de s’ouvrir vers autrui, de suivre des conférences publiques, etc.

Des sourds peuvent intervenir publiquement dans tous les domaines avec sa langue signée : social, professionnel, politique, universitaire, médiatique, etc.
Tout n’est pas au point. Il reste à parfaire la pérennisation de cette action.

Santé : des médecins apprennent à signer !
Jamais, je n’aurais imaginé qu’une partie du corps médical puisse s’intéresser à la langue des signes française. Les médecins sont trop occupés à soigner l’oreille malade et à tenter de la réparer. Cela loin, très loin des potentialités que chaque sourd possède en communication visuelle-signée.

Eh bien, ce qui devrait arriver arriva et je ne m’y attendais pas du tout :
A partir de 1996, un médecin, Jean Dagron, apprenait la langue des signes pour communiquer avec ses clients signants. Il recevait un Sourd pour une consultation. Il voulait demander la présence d’un interprète pour une meilleure compréhension de la consultation. Le patient en question, sachant que le médecin pouvait signer, préfère discuter en tête à tête avec lui.

Jean Dagron, à qui j’ai demandé la raison qui l’a poussé à mettre en place des unités d’accueil pour Sourds, a bien voulu me répondre. Voici le message qu’il m’a envoyé ci-après :

Le point du départ a été le SIDA et précisément deux faits : les sourds séropositifs n’allaient pas se faire soigner car ils devraient passer par l’intermédiaire d’un tiers. L’utilisation de la LSF a permis une relation directe et confidentielle.

  1. les sourds séropositifs n’allaient pas se faire soigner car ils devraient passer par l’intermédiaire d’un tiers. L’utilisation de la LSF a permis une relation directe et confidentielle.
  2. Des Sourds apprenaient dans la même la même consultation leur séropositivité et ce que c’était le SIDA.

C’est ainsi que des unités d’accueil s’installaient progressivement en France. Les consultations et suivies sont assurées par un corps médical bilingue : Sourds et entendants.

Les premiers unités : La salpêtrière, Marseille, CHU de Rennes, Etc. A l’heure actuelle, il en existe quatorze en France.

Pour moi, c’est un événement rare et inattendu, un des faits marquants du réveil Sourd en France. On sait que les médecins se concentrent uniquement sur la surdité. En l’absence de l’audition, Ils ne voient pas ou refusent la communication visuelle-gestuelle.
Enfin, à l’heure actuelle, on voit quelques rares médecins apprendre la langue des signes et communiquer avec des patients Sourds. Ces derniers parlent de leurs problèmes de santé en toute quiétude et dans le secret absolu.

Cours de linguistique :
Actuellement des cours de formation de langue des signes sont assurés par l’université Paris 8 en collaboration avec Visuel LSF 75. Cela permet aux formateurs sourds d’établir une progression des apprentissages visuels de la langue des signes, de créer des néologismes, de diversifier les interventions des autres intervenants, ceci afin de permettre aux stagiaires de s’habituer à la perception visuelle signée. Paris 8 délivre à ces stagiaires une licence professionnelle de langue des signes.

Actuellement. On note l’accession des sourds à postes importantes: Dans l’enseignement (professeurs et inspecteur de l’Education Nationale), l’éducation, les recherches historiques (Yann Cantin), CNRS, l’anthropologie, l’université, les médias télévisés (L’œil et la main), etc. Direction d’un magazine (Art-PI, Echo magazine) les formateurs de LSF, la direction des centres de formation en langue des signes, etc.

Jadis, on disait aux sourds que l’accession aux niveaux cités ci-dessus était impensable, voire impossible. Actuellement on montre bien les possibilités pour les sourds à franchir ce palier de connaissances et de compétences.

Les acteurs du mouvement historique :
Des sourds et des entendants travaillent main dans la main pour la bonne cause. Il faut bien souligner que sans ces derniers, la question si le réveil sourd aura bel et bien lieu ?

La participation de la gent entendante est primordiale car elle permet aux Sourds, par le biais des interprètes diplômés et des locuteurs signants, de mieux se connaître et s’apprécier. Grâce à elle, des sourds voient s’ouvrir de nouveaux horizons, Ils apprennent à son contact, découvrent son monde, ses us et coutumes et réciproquement. Ils accèdent dans le domaine des apprentissages, des connaissances, ceci afin de fructifier le capital savoir.

Quelques dates législatives relatives à la langue des signes.
En 1991 déjà, l’amendement « Fabius » de la loi n° 91-73 du 18 janvier 1991 reconnaissait aux familles le droit de choisir une communication bilingue, langue des signes – français et langue française.

Loi du 11 février 2005 :
La loi n°2005-102 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a été votée le 11 février 2005 (Journal officiel du 12/02/2005).
Il est stipulé que la langue des signes est reconnue comme langue à part entière, seulement dans le domaine du handicap. Mais cette officialisation n’est pas mentionnée dans le registre de la constitution française contrairement aux autres pays. A la grande surprise des Sourds français, la fédération mondiale des Sourds avait bien précisé cette non-reconnaissance lors d’une réunion à Paris.

Conclusion :
On remarque au premier abord l’influence des Etats-Unis d’Amérique sur le réveil Sourd en France. Ce qui a permis aux Sourds de récupérer son « BIEN » Ô combien précieux : la langue des signes française.

Un grand virage de l’émancipation des premiers acteurs du réveil sourd a été abordé au prix de grandes difficultés, de souffrances et de refus entre les pro et les réfractaires de la langue des signes.

A l’instar d’une cellule de syndicats qui se batte pour améliorer les conditions du travail de l’ensemble des salariés, Le combat de reconnaissance sociale sourde conduit par les pionniers est profitable aux générations futures. Grâce aux retombées linguistiques par des précurseurs de première heure, des jeunes s’émancipent dans ses apprentissages et dans leur vie. Ils s’auto-suffisent et sont peu enclins à se battre pour assurer la relève des anciens précurseurs. On se doit de les sensibiliser sans cesse.

Le plus dur est de convaincre les anciens Sourds que la langue des signes les concerne également car ils sont, comme tous les visuels, logés à la même enseigne : la perception et l’émission visuelle- gestuelle ; chose qu’ils n’ont pas pu bénéficier au temps de l’oralisme.

Cela fait 34 ans que le réveil Sourd fut entamé et qu’il continue. Des choses ont été avancées mais il reste encore beaucoup à faire pour satisfaire les besoins du quotidien des Sourds : des centres relais téléphoniques permanents, des traductions signées plus fréquentes sur le petit écran, des sous- titrages à améliorer, des classes bilingues ou signantes un peu partout en France, etc.

Le plus important est d’obtenir la reconnaissance officielle de la langue des signes dans la constitution française. Des pays en Europe et du monde ont déjà officialisé ce précieux sésame pour les Sourds de leur pays respectifs.

Qu’en est-il de notre pays, terre d’accueil et des libertés ?

André MINGUY


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une réflexion au sujet de « Le Réveil Sourd – Intervention de André Minguy, 3 décembre2014 – »

  1. Donné

    Je suis une entendante qui, par goût naturel, aime les langues. C’est pourquoi je m’intéresse à la langue des signes. J’ai trouvé ce texte très intéressant. Notamment, je ne savais pas que la France n’avait pas mis la reconnaissance de la LSF dans sa constitution. Amicalement.
    Conformément à la loi CNIL, je vous demande de
    ne communiquer à personne mon adresse internet. Et de
    ne pas m’abonner à des courriers. Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *