Notre langue est-elle valorisée ?

Est-ce que le noétomalalien est-il valorisé ? Quelle est la perception des Sourds à son encontre ?

Je pose ces deux question à partir d’un simple constat, souvent remarqué durant des discussions. Ce constat, c’est : « Que est le signe pour tel ou tel mot ? »

Souvent, régulièrement même, on me sollicite pour trouver le signe approprié à tel ou tel mot, en urgence, et parfois dans un accès de panique; avant une intervention ou une traduction. Ainsi, j’ai remarqué qu’il y a une difficulté croissante pour traduire dans de bonnes conditions depuis le français parlé vers le noétomalalien. A quoi sont dues ces difficultés ?

L’argumentation la plus répandue, c’est à cause de Milan que l’on n’a pas assez de signes par rapport au français écrit ou parlé. Ainsi, on manque de vocabulaire, à cause de cette « satanée interdiction de 100 ans de son usage dans les écoles ». Y a du vrai dans cette phrase, mais, au fur et à mesure, à force de répéter, cette phrase perd progressivement tout son sens.

Par conséquent, il faut réfléchir à comprendre pourquoi on peine à trouver les correspondances lexicales entre le français et le noétomalalien. Pourquoi c’est toujours « quel est le signe approprié ? » et non pas « quel est le mot approprié pour le signe ? » C’est souvent dans ce sens-là que je remarque.

A cette nouvelle question, je sens poindre une nouvelle inquiétude quant à notre langue. La communauté Sourde, depuis le Réveil des années 1970, s’est investie dans l’usage de sa langue, de sa promotion (au travers des cours), de sa vulgarisation. Mais, s’est-elle interrogée sur son usage, et donc, de sa place vis-à-vis des autres langues ? J’en doute, car l’argument « c’est une langue » ne suffit pas.

Pourquoi ?

Parce que l’on a laissé à d’autres la charge de trouver comment faire correspondre tel signe/mot à tel mot/signe. Or, qui sont ces autres ? Les interprètes ! Loin de moi de leur jeter la pierre, mais, ces interprètes ont appris dans notre communauté notre langue, les Sourds les ont enseigné notre vocabulaire sans vraiment avoir conscience de sa correspondance par rapport au français. Ainsi, on voit une inflation de nouveaux signes dont moi-même j’ai toutes les peines au monde à les assimiler tellement qu’ils paraissent artificiels, crées de toutes pièces.

Pourquoi choisir la voie : « trouver/créer un signe pour tel mot ? » au lieu de chercher « comment faire correspondre les deux langues dans un sens commun ? ». Chaque langue a sa propre vocabulaire, sa propre lexique. On ne va pas créer 26 mots en français pour la faire correspondre au vocabulaire lapon de « neige ».

Or, c’est l’inverse que l’on constate. On déplore la pauvreté du vocabulaire du noétomalalien, et ainsi, il est temps de la gaver de nouveaux signes, et avoir ainsi des millions de nouveaux termes.

Que dire face à cela … C’est tout simplement de la facilité, de la simplification, et d’une absence grave de réflexion en profondeur sur le fonctionnement même de notre langue.

On oublie que chaque mot/signe peut donner un sens différent selon le contexte/objectif de la phrase. Par conséquent, j’ai pour habitude de refuser de donner la traduction d’un mot, sans que j’aie la phase entière. Ainsi, pour un mot, je peux donner des dizaines de signes selon le contexte.

ET l’inverse est pareil ! Pour chaque signe, on peut trouver des milliers de mots appropriés, toujours selon le contexte.

Peut-Être que je devrais écrire un article détaillé sur ce sujet. Mais, il est vraiment temps d’y réfléchir, et peut-être arrêter cette tendance à créer de toutes pièces de nouveaux signes pour les adapter aux mots …

Place à la réflexion ! Cela dévalorise notre langue aux yeux de tous !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

2 réflexions au sujet de « Notre langue est-elle valorisée ? »

  1. Siglinde

    Salut Yann,

    j’ai remarqué que pendant la soutenance d’Olivier il y a eu une situation inversée : avec deux de mes voisins, Sourds, nous avons discuté à la pause comment on traduisait en français écrit le signe utilisé à plusieurs reprises par Patrick Boudreault pour signifier que l’ASL envahit la place des signes internationaux (la main dominante qui glisse sur la main dominée et enveloppe le bouts des doigts). Les interprètes ont traduit par « phagocyter » – ils n’ont eu qu’une demi seconde d’hésitation et ont utilisé ce terme que je trouve vraiment pas mal comme proposition dans ce contexte (« phagein » veut dire « manger » en grec et le terme français est souvent associé à la biologie cellulaire – pour moi en tout cas, il m’a tout de suite évoqué cette image-ci : http://www2.merriam-webster.com/mw/art/med/phagocyt.gif – or, cela rend visuellement l’effet du signe choisi par Patrick). Donc, d’un point de vue sémantique, la traduction est très proche. En revanche, « phagocyter » est un terme à mon avis plus rare et compliqué que le signe de Patrick, plus parlant et simple en noétomalalie(n). La connotation véhiculée n’est donc pas tout à fait la même – mais ce sont là les aléas de la traduction 🙂
    Bref, c’est en tout cas le nouveau mot français que mes voisins ont tenu à prendre en note dans un coin de leur portable. Tu penses que c’est parce qu’ils valorisent plus le français écrit ? Perso, j’ai associé dans ma tête l’image de la cellule qui engloutit l’autre élément avec le signe de Patrick en espérant que je n’allais pas l’oublier.

    Je ne suis pas sûre que c’est forcément une affaire de « valorisation » lorsqu’on est en recherche de traduction. Bien sûr qu’il y a toute une réflexion à mener autour des langues signées comme langues académiques, scientifiques, juridiques, politiques, etc. – et leur légitimation, et le statut de l’enregistrement signé. Mais le « chercher comment on peut dire … en français/LSF » me semble être un mouvement à double sens. Peut-être que les interprètes/entendants sont juste plus visibles avec leurs demandes « URGENT : comment je peux signer ……. », alors qu’il est plus compliqué/moins dans les habitudes des gens de s’enregistrer en signant une idée et de demander ensuite sur la toile « comment vous écririez ça ? ».

    Une autre question est celle des néologismes signés – un autre sujet qui déclenche des discussions souvent passionnantes (il y a les termes plutôt scientifiques, comme ceux sur lesquelles travaillent les Sourds de la Villette par exemple, mais je me souviens aussi d’un débat récent sur facebook en noétomalalie allemande sur des signes de la vie courante qui sont « déformés » ou « contaminés » (par d’autres LS, par la langue orale ou écrite), etc.) – mais ça, ce sera pour un de tes autres articles, je suppose 😉

    Bonne journée !

    Répondre
  2. Abdelgheffar

    Bonjour
    Je suis ravie qu’enfin ce qui est écrit sur « notre langue est elle valorisée? » est finement bien dite!
    Je la trouve plutôt maltraitée à proprement parlé
    Je suis tout à fait d’accord avec çe que vous écrivez
    Il faut l’étudier un peu plus peut être en parler en conférence partout en France ou un débat autour de ce terme etc

    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *