Sur la question des origines du noétomalalien français.

Texte d’intervention donnée par Yann Cantin dans les locaux de l’UMR 7023, Structures Formelles du langage, dans le cadre de la recherche sur la LSF (noétomalalien pour moi). Animé par Florence Encrevé et Marie-Thérèse l’Huillier, de l’équipe Langue des Signes et Gestualité, le 1er février 2016.

Ce texte fait suite à mes précédents billets et interventions sur la question des origines du noétomalalien, au Sign Language Group de l’Institut Jean Nicod.

Mon précédent billet sur la question des origines est ici.

Comme dit, seul le noétomalalié fait foi.
(à la place du prononcé)

Très bientôt, mon article sur la question des origines du noétomalalien sera publié par la revue Glottopol de l’université de Rouen. Cet article est beaucoup plus détaillé que ce texte de présentation. Je mettrai ici le lien dès sa parution.

Les origines du noétomalalien français, perspectives historiques

Introduction
La question des origines du noétomalalien français a fait l’objet de nombreuses discussions, de théories. Cependant, les recherches se concentrent essentiellement sur le XIXe et le XXe siècles, officiellement par manque de corpus des périodes antérieures.

L’enjeu de comprendre les origines du noétomalalien est justement de trouver ce qui a entraîné son apparition et son développement en tant que langue à part entière. Par conséquent, dans mon article à paraître prochainement dans la revue Glottopol, j’ai mis en évidence de l’absence de recherches approfondies sur les noétomalalies du milieu du XVIIIe siècle, et de la difficulté de transposer sur la France du XVIIIe siècle les exemples des langues apparues au Nicaragua et dans la tribu bédouine des Al-Sayyidd.

Ces deux exemples peuvent être anachroniques au sens strictement historique. Mais, également peu compatibles au niveau de l’environnement. Je pense à un exemple simple. Il s’agit du vocabulaire inuit pour désigner neige :

qanik
neige qui tombe
aputi
neige sur le sol
pukak
neige cristalline sur le sol aniu neige servant à faire de l’eau siku glace en général
nilak
glace d’eau douce, pour boire qinu bouillie de glace au bord de la mer

Source : Dictionnaire français-esquimau du parler de l’Ungava, 1970

Les Lapons ont leur vocabulaire pour désigner le renne selon la période d’âge :

« C’est ainsi que le renne est appelé miessi de sa naissance en mai jusqu’au mois de mai de l’année suivante, puis čaermat jusqu’à l’automne suivant. Le renne mâle âgé d’un an et demi est alors appelé varit, puis vuovers à deux ans et demi, gåddudas à trois ans et demi, goasehas à quatre ans et demi, màkkan (is) à cinq ans et demi et namma-lèppi à partir de six ans et demi. »

(Source : MONTIER, Jean-Marie. La langue et ses problèmes In : Les Lapons : Étude d’une minorité scandinave [en ligne]. Caen : Presses universitaires de Caen, 1970 )

Ces deux exemples de deux peuples vivant au nord du cercle arctique nous indique que leur langue s’est spécialisée à leur environnement. Ainsi, cela est une indication à utiliser pour le noétomalalien français.

Une origine urbaine
Par conséquent, on peut constater que notre langue est « particulièrement pauvre » au niveau du lexique botanique, ou naturaliste. On est souvent en peine de désigner des fruits et des légumes, comme le blé, le milet ou autre. Cela doit nous faire réfléchir, non pas à son apparente pauvreté lexicale, ni même sur les conséquences de la réforme de Milan.

Il est probable que l’appauvrissement lexical, souvent véhiculé dans les discussions, soit moins important qu’il parait. On n’a pas réellement mené de recherches sur la période 1910-1970, que ce soit au niveau historique ou linguistique, afin de mettre en évidence cet appauvrissement. Dans l’absence de recherches claires, j’évite donc d’utiliser ce terme qui risque justement de biaiser notre analyse sur l’histoire de cette langue.

Donc, on passe à un second élément, plus conséquent. Il s’agit d’un caractère purement urbain de la communauté sourde. Je l’avais mis en évidence dans ma thèse, avec la grille d’évaluation de Wengley et de Harris. Cette grille permet justement de comprendre s’il existe bel et bien une communauté sourde à la Belle Epoque. Ainsi, ce qui m’a frappé, c’est la concentration forte de la communauté sourde dans les centres urbains, non pas autour des écoles, mais bel et bien dans les villes les plus importantes.

Cela m’incite à réfléchir sur le début du XIXe siècle, et donc sur la fin du XVIIIe siècle, où on a un témoignage précieux : les observations d’un sourd et muet de Pierre Desloges.

Cet ouvrage nous éclaire fortement sur le contexte social de la communauté sourde. Il y a un débat sur l’existence de cette communauté au XVIIIe siècle. On peut remarquer, dans cet ouvrage, que la communauté sourde était déjà structurée, et qu’elle dispose déjà des réseaux de solidarité.

Une mobilité géographique importante
Un autre élément historique prêche en faveur de cette mobilité géographique. Il s’agit d’Etienne de Fay et de sa petite école à Amiens. Dans les dernières années de sa vie, il a eu comme élève Azy d’Etavigny, natif de la Rochelle, entre autres. On peut faire remarquer que les élèves de ce moine sourd ont eu une grande mobilité géographique, que leurs parents n’hésitent pas à l’envoyer au loin pour recevoir une éducation.

Au XVIIIe siècle, contrairement à ce que l’on pense, la mobilité géographique était très importante à cette époque. Mais sous une forme où le voyage représente une décision importante. Il est clairement envisageable que Paris ait été le creuset de gestation du noétomalalien parisien.

La vie de Desloges nous informe de la puissance dʼattraction de Paris, et donc des voyages effectués par certains sourds pour venir dans la ville. Lui-même est natif de la région de Tours, et il a fallu au moins trois jours de voyage à pied pour faire le trajet. Or, la présence, peu claire, dʼun sourd qui serait dʼorigine italienne, valet de la comédia dʼel arte, laisse supposer que des sourds domestiques voyageraient avec leurs maîtres, et ainsi contribuent, à leur échelle la diffusion de certains signes.

Mais, on ne peut, à lʼheure actuelle des recherches qui sont encore superficielles, dʼaller plus loin. Ce qui est certain, cʼest que les Signes Parisiens est une composition de différents signes provenant des régions entourant lʼile de France, à une semaine de marche alentour, ce qui équivaudrait à un zone de 200-250 km de rayon, sachant que 30-50 km est une distance moyenne pour une journée de marche.

Par conséquent, cette distance de rayon englobe les villes de Reims, Orléans, Tours, le Havre, Rouen, Amiens, Arras, Angers .. Des villes dʼimportance pour le Royaume de France, et qui laissent supposer une autre influence, celle des Signes Monastiques.

Les Signes Monastiques
Donc, en ce qui concerne les signes monastiques, il semblerait que leur influence sur la langue des signes parisienne en soit justement très méconnu. Or, de nombreux éléments plaident en faveur dʼune possible influence.

Tout dʼabord, historiquement, lʼEglise représente le principal lieu de charité envers les sourds, et par conséquent, on dispose de nombreux récits de relations entre des religieux et des sourds, comme Saint-François dʼAssise et un sourd, prénommé Martin.

Mais, en ce qui concerne la région de Paris, on a plus dʼune centaine de monastères et de couvents. Ce réseau est justement essentiel puisquʼil permet de prendre en compte cet impact. Dʼautre part, des recherches consacrées aux signes monastiques ont été effectuées, mais, là encore, ces recherches ne prennent pas en compte de possibles liens avec les communautés sourdes.

Ainsi, jʼai remarqué de nombreux éléments plaidant pour ce lien, bien que ténu, entre le noétomalalien parisien et les Signes Monastiques, au niveau du vocabulaire. Or, dans le vocabulaire, il y a un élément assez frappant, cʼest deux signes, ceux de « travail» et de « femme» qui sont les moins iconiques possible.

Or, ces deux signes se retrouvent dans le vieux noétomalalien et dans le noétomalalien actuel, dans la même configuration. Par conséquent, à moins que cela soit un hasard historique, il y a donc une transmission, probablement par le biais des religieux sʼoccupant de la charité, mais également par le biais des anciens élèves comme ceux dʼEtienne de Fay, religieux sourd qui a enseigné entre 1670 et 1740 à Amiens, à peine 180km de Paris ! Ainsi, cette localisation à proximité de Paris laisse probable la possibilité quʼil y ait une introduction lexicale via les élèves.

En ce qui concerne les actions de charité, le devoir de charité est lʼun des devoirs des ordres mendiants comme les dominicains. Néanmoins, lʼordre cistercien est lʼun des ordres, que je qualifierais, comme les plus gestualistes, car cʼest un des ordres les plus stricts au niveau de la règle du silence. Or, lʼordre cistercien est descendant de lʼordre clunisien, très connu pour avoir lʼun des premiers à mettre sur papier, et à coordonner les Signes monastiques, en fonction des nécessités.

Lʼordre clunisien, au Moyen-Age, est lʼun des plus puissants qui soit, et lʼune de ses ramifications a fondé le monastère dʼOna, au nord de la Castille, en Espagne. Monastère qui est connu actuellement pour avoir expérimenté lʼéducation orale, avec le moine Pedro Ponce de Léon !

Il est ainsi probable que le monastère dʼOna ait usité des Signes Monastiques, et de la dactylologie qui descend de celle de Cluny, qui a également donné naissance à une autre dactylologie, française, mentionné par lʼAbbé de lʼEpée, qui pourrait ressembler à lʼimage, qui provient dʼun monastère cistercien.

Ainsi, ces ramifications qui demandent une analyse plus précise et plus poussée éclaire sous un jour nouveau les contacts entre les communautés sourdes et les monastères, contacts qui peuvent avoir été à lʼorigine de certains signes.

Néanmoins, cela ne signifie pas que le noétomalalien parisien sʼest construite sur les Signes Monastiques, mais, quʼune part en provienne, oui.Par conséquent, lʼanalyse de lʼhistoire des Signes Monastiques, de son vocabulaire, et donc de ses liens avec les plus anciens signes connus (dictionnaire pélissier, entre autres) permet dʼéclairer sous un jour nouveau ses racines.

Conclusion
Le temps étant limité, je ne peux que faire superficiellement, de ce que lʼon peut approfondir. Ce qui est nécessaire, cʼest justement de comprendre les origines des langues des signes, de ce qui a permis à leur constitution, de leur transmission au fil des génération, et à leur expansion.

Une étude comparative entre le noétomalalien français actuel, celui du XIXe siècle avec les signes monastiques permet de se rendre compte de la présence de ces signes dans notre langue. Par conséquent, on pourra ainsi faire le tri entre les influence et de mettre en évidence la part des signes non-monastiques dans le vocabulaire du XIXe siècle.


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *