Langue des signes, noétomalalies etc… Quelles origines ? – Intervention de Yann Cantin

— Texte de l’intervention de Yann Cantin à l’International Visual Theatre, 

Table ronde sur le Rayonnement de la LSF du jeudi 13 octobre 2016 — 

(Seul le noétomalalié fait foi, ce texte est une illustration de ce que j’ai dit sur place, un article présente des extraits de mon intervention ici)

Quelque soit le nom que l’on lui donne en français, qui a énormément varié au cours du temps, cette langue connait une constante depuis deux siècles.

Pour la définir, il suffit d’un signe.

Comment décrire ce signe en français ? Quel est le mot adapté en français ? En 1889, Henri Gaillard suggère « noétomalalier » pour pouvoir décrire en un seul mot une action habituelle dans notre langue, ce qui est difficilement « écrivable » en français.

Cette réflexion sur un seul signe ne doit pas dissimuler une richesse historique incroyable de cette langue, aussi ancienne que le français, et qui a connu de profondes évolutions au cours du temps. Cependant, il reste très peu de traces historiques pour les périodes antérieures au XIXe siècle, et leur recherche commence tout juste depuis une dizaine d’années aux Etats-Unis et en France.

Quelles sont donc les origines de cette langue ? Beaucoup ont cru et croient encore que c’est l’abbé de l’Epée qui a crée cette langue. A part Tolkien avec les langues elfiques, et certains écrivains, bien peu en sont capables de créer des langues de toutes pièces. Ainsi, cette croyance est dû par l’apparente apparition de cette langue au moment où l’abbé de l’Epée se décide, en 1759-1760 de prendre en charge l’éducation des enfants sourds.

Cela a dressé un mur sur toute une longue période historique antérieure à l’abbé de l’Epée, cela est devenu une « Préhistoire » de la communauté sourde, avant quoi rien n’est écrit, et que tout est dans le domaine de suppositions.

En fait, l’abbé de l’Epée s’est réellement appuyé sur une communauté sourde déjà structurée, avec une langue déjà prête. Le témoignage de Pierre Desloges l’atteste clairement. Comment savoir, sur la base d’un seul témoignage, qu’une communauté sourde puisse être structurée ?

Desloges lui-même décrit des signes qui impliquent une connaissance fine de la société francaise de l’époque, tels que « Pape », « noble ». Or, un dictionnaire postérieur d’un siècle décrit le signe de « roi » en rapport avec la description de Desloges.

De plus, les écrits de Berthier abondent dans ce sens où il a existé un terreau qui se repose sur une existence probable de plusieurs siècles. Ce terreau a été oublié jusqu’à présent, et c’est l’un des objets de mes recherches actuellement. Ainsi, on découvre progressivement qu’il y aurait un apport important des signes monastiques, tels que « travail », « humide » et autres encore. L’apport le plus important a été fait par l’abbé de l’Epée pour le signe « femme » qui décrit la coiffe dont portaient les femmes à cette époque qui provient en fait de celui dont les religieuses portaient. Deloges lui décrit plutôt la femme par « sein » qui est utilisé de nos jours dans les rencontres internationaux entre plusieurs pays.

Archéologie linguistique

On entre ainsi dans l’archéologie linguistique de cette langue. Des indices laissent penser que son existence est le produit de plusieurs influences mutuelles. Tout d’abord, les signes monastiques. Ces signes sont issus d’une tradition religieuse chez les moines et les soeurs où le silence est imposé. Cette obligation de silence est contourné par l’usage des signes. On s’intéresse ici au signe, et non pas à la grammaire ce qui est assez différent.

Ainsi, ces signes semblent provenir des éléments plus anciens encore, du début du Moyen-Age, voire de la fin de l’antiquité. En effet, il est probable que cela est issue de la pantomime romaine, de la manière dont les romains s’exprimaient en gestes, comme les chiffres. A leur époque, ils pouvaient compter en milliers en utilisant les articulations des mains par dizaines. On retrouve une réminence avec l’ASL qui utilise justement les articulations pour donner des chiffres.

Ainsi, avec ces rares éléments trouvés, dont il est possible qu’il en reste encore plus à fouiller, on peut envisager une grande ancienneté de cette langue. Mais qu’en est-il de sa grammaire, de sa syntaxe qui fait toute sa spécificité ? Les dictionnaires des moines ne le permettent pas. Or, là encore, Desloges nous permet de voir que la grammaire actuelle est équivalente à celle de son époque, ce qui fait envisagé une ancienneté d’au moins de trois siècles.

Evolutions …

Ce qui a changé depuis trois siècles, c’est une plus grande proximité avec le français écrit, ce qui montre des influences plus ou moins fortes de la langue de la société française. On voit ainsi des variations dans sa grammaire, allant d’une sorte d’avatar franco-signé, à un français totalement gestuelle, respectant totalement la grammaire française, les signes méthodiques de l’abbé de l’Epée.

Lui-même a tenté de convertir la communauté sourde à la grammaire française intégrale, en utilisant les signes méthodiques. Clerc en était un adepte à son époque. Mais, les Signes méthodiques, par une utilisation trop laborieuse, sont abandonnés dans les années 1820. Par la suite, il fut plus simple d’aborder les langues séparément, comme on le fait entre l’anglais et le français, et non plus de tenter de les mélanger. Bébian l’a clairement expliqué et appliqué.

Mais, en 1880, on décida de bannir les signes des écoles, au nom de quoi, sa proximité risque d’entraîner un échec pour l’éducation orale, et donc de l’usage du français. Après un siècle de proximité éducative, les deux langues prennent des chemins séparés à partir de 1886.

A partir de cette date, on assiste à une dévalorisation croissante de la langue des signes, où de plus en plus de sourds considèrent qu’il est vraiment honteux de l’utiliser. C’est pourquoi Gaillard a tenté d’inverser les choses en proposant une absence dans le français : « noétomalalier » en 1889.

La préservation du noétomalalien devient une priorité à la Belle Epoque, mais cette volonté ne rencontre pas d’enthousiasme chez les nouvelles générations, et donc n’est plus vraiment transmise.

En 1937, soit 57 années après Milan, Omnès, un fils de parents sourds, et interprète, s’inquiète de la dérive au sein de la communauté sourde où de plus en plus « franco-signent », ce qui fait dénaturer la beauté de cette langue. Mais, cette inquiétude ne trouve pas d’écho au sein de la communauté.

Conclusion

Le stigmate de la honte s’ancre de plus en plus au cours des années 1940-1970, où l’on se désintéresse plus de cette langue plus gênante, dont l’on se débarrasserait volontiers. Le changement survient, non pas de la communauté sourde, mais bel et bien de l’extérieur, où des universitaires s’intéressent de plus en plus à cette langue. Cet intérêt soudain, brutal, étonnant finit par faire briser la chape de plomb sur la communauté sourde.

C’est pourquoi, au cours des années 1970-1990, on assiste à un mouvement inverse, où cette langue semble renaître, respirer et se débarrasse surtout des haillons du « franco-signé », plus

particulièrement dans le domaine de l’art, de la culture. Or, le « franco-signé » reste fortement présent dans le milieu éducatif. Cette opposition réside tout simplement dans une volonté de préserver la « tradition milanaise » de laisser une grande part au français, et de ne pas souhaiter reconnaître la place telle qu’elle mérite à la langue de signes.

D’ailleurs, il est intéressant de voir aussi que les signes provinciaux tentent à disparaître au profit des signes standarisés, de Paris. Cela fait effacer également les derniers signes-reliques du XIXe siècle, ce qui est aussi dommage. Ce rayonnement ne doit pas se faire au détriment des origines, ce qui équivaudrait à faire brûler les dernières traces du noétomalalien de Desloges.


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *