Compte-rendu Journées d’études « Deaf Studies/Deaf History », EHESS, 26-27 novembre 2012.

Journées d’études Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?

Compte-rendu établi par Yann Cantin

Un domaine de recherches en sciences humaines et sociales s’est développé depuis la fin des années 1960 aux Etats-Unis : les Deaf Studies, en français provisoirement « Études Sourdes ».

 Ces deux journées d’études avaient pour thème Deaf Studies et Deaf History: quelles épistémologies?

 Ce domaine de recherche s’est progressivement implanté dans le monde anglo-saxon, sur la vague des Cultural Studies et des recherches se concentrant sur des populations spécifiques ayant l’expérience de l’exclusion, du stigmate, des spécificités culturelles et constituant, au sein des universités, des départements de recherches et d’enseignement propres . Il s’est également implanté en Europe, plus particulièrement en Allemagne avec la fondation de l’institut de recherche, Institut für Deutsche Gebärdensprache und Kommunikation Gehörloser à l’université d’Hambourg et le centre Deaf Studies à l’Université de Bristol.

 La question a été de savoir si ce domaine de recherches peut être transposé en France ? La première difficulté est l’organisation spécifique du monde universitaire français qui est relativement inadéquate pour la mise en place d’un département d’études spécifiques. (Néanmoins cela n’est pas impossible). La deuxième difficulté est que pour être efficaces, les Études Sourdes nécessitent une recherche transdisciplinaire, regroupant des chercheurs d’horizons différents, du linguiste jusqu’au sociologue, avec pour point commun la langue des signes et le sourd.

 Les différentes interventions au cours des deux journées ont permis de faire comprendre un point essentiel des Études Sourdes : penser à l’aspect humain de la vie du sourd, et à la place primordiale de la langue des signes dans la vie des sourds. Cette langue se retrouve au centre des préoccupations des chercheurs, par son impact dû à son côté exceptionnel, et par sa spécificité linguistique.

 Le premier jour, après un exposé sur l’histoire des Deaf Studies, et des courants qui la constituent, les présentations se sont concentrées sur le côté sociologique, anthropologique et culturel de la vie du sourd, de l’influence de la langue des signes, et de la place du sourd dans la société française.

 Le deuxième jour, la question se concentre plus sur l’histoire de la communauté sourde, de sa place dans la société française, citant au passage (cela a été l’objet d’un intervention) quelques éminents personnages de l’histoire française qui ont eu des liens étroits avec les sourds. Puis, il a été question d’une analyse critique et historique des discours médicaux autour de la surdité, discours qui souvent ne reconnaissent pas l’existence d’une communauté sourde, communauté qui de ce fait balance entre reconnaissance et rejet.

Remarquons que nous nous sommes essentiellement focalisés sur Deaf Studies et moins sur Deaf History ce que l’on peut comprendre car la grande préoccupation des sourds actuellement en France est d’avoir sa place dans la société tant que personne sourde à part entière. Les aspects historiques de la vie des sourds sembleraient moins urgents à traiter. Il faut aussi remarquer le retard du développement des recherches dans ce domaine, la France étant marquée par le développement des sujets qui ont avoir à la vie quotidienne des sourds: l’éducation, la langue, l’accès aux services. Cependant c’est un point d’un grand intérêt et qu’il nous faudra voir dans une prochaine conférence.

 Ces deux jours ont permis de montrer qu’il existe tout un travail de réflexion venant de différents secteurs de la recherche en Sciences Sociales et Humaines sur la place du sourd dans la société française. Ces recherches ont émergés à la fin des années soixante dix en France sur les pas des précurseurs tels que Bernard Mottez et Harry Markowicz et se sont développés dès le fin des années quatre vingts avec Christian Cuxac, Yves Bernard, Alexis Karacostas, Benoît Virole, Jean-René Presneau, Yves Delaporte entre autres. L’influence des travaux des philosophes comme Foucault et Canguilhem a eu en retour une répercussion sur le développement des recherches autour des sourds.

 Les Études Sourdes devraient trouver une place dans le paysage universitaire français à partir d’une réflexion comparative et critique des paradigmes en question. Ces recherches sur les sourds peuvent permettre d’apporter un nouveau point de vue, et comme l’a dit un auditeur : « Pourquoi ne pas faire des études sur le regard du sourd sur le monde entendant ? Avoir une vision extérieure sur nos habitudes, Cela en intéresserait plus d’un ! ».

 Ainsi, les Etudes Sourdes peuvent apporter un complément à la diversité qui constitue l’Humanité.

 Pour finir, voici un résumé en quelques lignes des interventions des deux jours :

Premier jour

Deaf Studies: émergence, objets, méthodes
Lundi 26 novembre 2012
(Salle Lombard. 96 boulevard Raspail. 75006 Paris)

Modération : Didier SEGUILLON
(Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Pierre SCHMITT (EHESS, LAHIC) – Sciences sociales, sourds et langue des signes. D’un champ d’expérience-s a un champ d’étude ?

Deaf Studies, et de son histoire a fait l’objet d’une présentation de la part de Pierre Schmitt. Il est intéressant de voir que ce domaine de recherches a émergé aux États-Unis à la fin des années 1960, dans la foulée d’une recherche sur la langue des signes américaine.

Ce domaine de recherche a fait l’objet de nombreuses publications, que ce soit de la part de sourds ou d’entendants. Depuis les travaux de Stokoe autour de la légitimisation de la langue des signes américaines comme une langue à part entière, les études autour des sourds, de leur langue et de leur histoire se sont développés dans le monde anglo-saxon de la plume de plusieurs auteurs, parmi lesquels Harlan Lane entre autres. D’autres générations ont suivi: Carol Padden, Tom Humphries, Paddy Ladd.

Un détail important a été soulevé : Deaf Studies n’a pas pris naissance à l’université Gallaudet, mais dans d’autres universités. Ainsi, les milieux dits «spécialisés» sur la question des sourds ont été sceptiques envers ce nouveau domaine de recherche pour la simple raison que celui-ci s’interroge sur l’angle de la différence, et non de la déficience (angle sous lequel la question était abordée jusqu’alors).

C’est ce qui caractérise le Deaf Studies, et c’est ce qu’a montré Pierre Schmitt à l’ouverture des journées d’études.

Diane BEDOIN (Université de Rouen) – Perspectives autour des « multicultural » Deaf Studies.

 Le travail de Diane Bedoin repose sur la question des jeunes sourds issus de l’immigration, afin de savoir s’ils ont plusieurs langues, orales ou gestuelles. Les populations immigrées apportent avec elles leurs cultures et leurs langues. Or, qu’en est-ils des enfants et jeunes sourds ?

Sur la base d’un questionnement remontant aux années 1990 au sein des Deaf Studies, une réflexion s’est développée et qui a produit une nombreuse littérature, le Multicultural Deaf Studies pose la question du positionnement des sourds issus des minorités culturelles et d’immigration. Sont-ils premièrement sourds et en deuxième personne immigrée ou pas ?

Ainsi, la recherche de Diane Bedoin essaie de comprendre quel est le positionnement des jeunes sourds de l’immigration. Après une présentation de la situation et de la méthodologie, un élément est assez intéressant. La plupart des parents de ces jeunes sourds insistent sur l’importance du français oral, espérant que cela leur permettra de sortir de leur condition. La plupart des jeunes sourds connaissent peu ou mal leur langue d’origine.

Mais, il faut rappeler que beaucoup de travail reste encore à faire, et qu’il manque de statistique officielle. La recherche s’est faite en milieu spécialisé. Le travail de Diane Bedoin peut permettre d’apporter des questionnements différents et donc de nuancer plus les recherches sur les sourds, voire de prendre en compte l’existence de l’aspect pluriculturel et plurilinguistique des jeunes sourds.

Références anglo-saxonnes :

Ahmad, Darr, Jones & Nisar (1998). Deafness and Ethnicity: Services, policy and politics. Bristol: Policy Press.

Akamatsu & Cole (2003). Deaf immigrant and refugee children: A different kind of multiculturalism? In E. Cole, & J. A. Siegel (Eds.), (pp. 296-321). Ashland, OH, US: Hogrefe & Huber Publishers

Christensen & Delgado (Eds.) (1993). Multicultural Issues in Deafness, NY : Longman.

Christensen & Delgado (Eds.) (2000). Deaf plus: A multicultural perspective. San Diego: DawnSign Press.

Cohen, Fischgrund & Redding (1990). Deaf children from ethnic, linguistic and racial minority backgrounds: An overview. American Annals of the Deaf, 135 (2), 67-93.

Foster & Kinuthia (2003). Deaf persons of Asian American, Hispanic American and Black American backgrounds: a study of intraindividual diversity and identity. Journal of Deaf Studies and Deaf Education, 8(3), 271-290.

Plue (2003). Multicultural deaf profiles in the deaf community. MultiCultural Review, 12 (3), 48-56.

Steinberg, Bain, Li, Delgado & Ruperto (2003). Decisions hispanic families make after the identification of deafness. Journal of Deaf Studies and Deaf Education, 8(3), 291-303.

Référence personnelle:

Bedoin, D. (2008). Enfants sourds et malentendants en situation d’immigration à l’école : une double stigmatisation ? ALTER – Revue Européenne de Recherche sur le Handicap, 2(4), 292-311.

 Modération : Brigitte GARCIA (Université Paris 8)

Andrea BENVENUTO (MSSH, Université Paris 8) – Études autour de la culture, la langue et l’histoire de la communauté sourde en France.

 La présentation d’Andrea Benvenuto se concentre sur la question des recherches sur la culture, la langue et l’histoire des sourds en France. Démarrant sur l’émergence des Disability Studies, et rejoingnant l’intervention de Pierre Schmitt, sur les origines des Deaf Studies.

Les Disability Studies ont émergé dans la foulée des mouvements activistes des années 1960 dans les droits civils aux États-Unis et en Grande-Bretagne, et donc de la reconnaissance des droits des minorités. Ainsi se développe un nouveau paradigme : celui de regarder, non plus sous l’angle médical de la déficience, mais celui de regarder le degré d’ouverture de la société sur les Disabled People.

Toute une réflexion, sous l’influence des théories philosophiques et sociologiques des années 1940-1960, en découle au cours des années 1970 et 1980. Cela entraîne une nouvelle réflexion à propos des recherches sur les sourds.

Ainsi, après une présentation montrant que la surdité a toujours été considérée comme une déficience et étudiée comme tel (Disability Studies), cette intervention a voulu montrer l’ancienneté des études autour des sourds et de la langue des signes. Bien que n’étant pas constitué comme un domaine de recherche spécifique, la surdité a servi d’analyseur depuis l’antiquité (dont la première référence on la doit à Platon dans son ouvrage le Cratyle), pour confirmer ou infirmer des aspects divers liant les gestes des sourds et l’origine des idées. De ce fait, depuis longtemps, il existe des réflexions à propos des sourds sans que leurs auteurs en disent le nom. Ces réflexions sur les sourds ont abouti à un regard sur la place des sourds dans la société, que ce soit dans l’Enseignement, dans la Langue, dans l’Histoire, dans l’Anthropologie et dans la Philosophie.

Depuis les recherches portant sur ces questions, à l’institutionnalisation d’un champ d’études particulier, les études sourdes en France se sont développés principalement autour de la langue des signes (recherches linguistiques, intérpretariat, enseignement). Mais la surdité donne matière à la réflexion pour des questions telles que la prise en compte de la singularité dans l’universalité du vivant ou les conditions de possibilité d’une citoyenneté partagée. Il est temps donc que les sciences sociales s’emparent de la question et que des recherches inter et trandisciplinaires viennent élargir les objets d’études autour des sourds.

ALBRECHT (Gary L.)/RAVAUD (Jean-François)/STIKER (Henri-Jacques)/CASTELAIN MEUNIER (Christine), « L’émergence des disability studies : état des lieux et perspectives », Sciences sociales et santé, 2001, 19, 4, 43-78.

ARISTOTE, Les Politiques, trad. Inédite Pierre Pellegrini. GF Flammarion, 1993 (2°éd.)

BENVENUTO, Andrea, Qu’est-ce qu’un sourd? De la figure au sujet philosophique. Thèse de doctorat en philosophie. Université Paris 8, 2009.

CEFAI, Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on? Les théories de l’action collective, La Découverte, 2007

FILLION, Emmanuelle. Intervention au séminaire Mobilistaions et identités collectives dans le champ de la santé et du handicap, EHESP-EHESS, 13 novembre 2012.

Olivier SCHETRIT (EHESS, LAS) – Écrire et éditer : l’International Visual Théâtre et ses éditions autour de la langue des signes française

La question de faire éditer des ouvrages en langue des signes a été posée par Olivier Schetrit, avec l’exemple de l’International Visual Théâtre. Il a présenté les origines des études de la langue des signes. Le fait d’enseigner les sourds via la langue des signes a rendu nécessaire le développement des dictionnaires, ce dès l’abbé de l’Épée. Ainsi, au cours du XIXe siècle des méthodes se sont développées pour l’édition de dictionnaires.

Néanmoins, la prise de conscience de la valeur de la langue des signes date seulement des années 1970, avec l’édition du dictionnaire de l’Ameslan, comportant 3000 signes. En France, c’est avec la création de l’IVT et des premiers cours de langue de signes, que s’élabore le premier dictionnaire en France du XXe siècle, publié en 1981, par 2LPE, puis de l’IVT avec son dictionnaire en 1983.

Puis, avec le succès du dictionnaire d’IVT accompagne la création des Éditions IVT qui ont publié un grand nombre d’ouvrages sur la langue des signes française. Ce qui est intéressant, c’est l’impact qu’ont les Éditons IVT sur la communauté sourde dans la prise de conscience de la valeur de leur langue au cours des années 1980. Puis, se développent des éditions installées en province et qui éditent des dictionnaires et autres ouvrages, sur papier et même sur d’autres supports (DVD, internet etc…)

Olivier Schetrit conclut en insistant sur l’importance du développement des productions centrées sur la langue des signes, ce en dépit des difficultés financières et du manque de reconnaissance de la langue. Mais, le plus important est la qualité du contenu, et le suivi de l’évolution de la langue des signes et des nouveaux signes. Où est la limite entre vouloir enrichir une langue, et la stabiliser ? Telle est la question qui permet d’ouvrir de nouvelles réflexions et perspectives.

Références :

 BEBIAN, Auguste. (1825) Mimographie ou Essai d’écriture mimique, propre à régulariser Le langage des sourds-muets. Paris : Chez Louis Colas, Libraire, n°32.

BONNAL-VERGES, Françoise. (2005) Sémiogenèse de la langue des signes française : Étude critique des signes de la langue des signes française attestés sur support papier depuis le XVIIIe siècle et nouvelles perspectives de dictionnaires. Lyon : Thèse de doctorat.

JOUISON, Paul. (1995) Écrits sur la langue des signes, Edition établie de Brigitte Garcia. Paris : Librairie L’Harmattan.

 VALADE, Rémi. (1854) Essai sur la grammaire du langage naturel des signes à l’usage des instituteurs de sourds-muets. Paris : Libraire Roret.

 KARACOSTAS, Alexis. (2004) Regards sur l’histoire de la linguistique de la Langue des Signes Française. In Surdités n° 5-6. Paris : Groupe d’Études Spécialisé « Thérapie et Surdités » (GESTES)

 MOODY, Bill. (1983) La langue des signes Histoire et Grammaire. Tome 1. International Visual Theatre. Paris : Éditions Ellipses

Dennis BLITZ (Université d’Hambourg) – Approche pluridisciplinaire des études autour de la Langue des Signes à Hambourg (Allemagne)

Dennis Blitz a présenté Institut für Deutsche Gebärdensprache und Kommunikation Gehörloser, l’institut qui travaille sur la question des Deaf Studies à l’université d’Hambourg. Ainsi, l’histoire de cet institut commence en 1987, et dispose de deux cursus : Interprétariat allemand – Langue des signes Allemande (DGS), et Langue des Signes (Études Linguistiques). Le terme «Deaf Studies» est introduit depuis 2005, à la faveur de la réforme de LMD (réforme d’harmonisation du cursus universitaire européen).

Or, dans les autres universités, il n’y a souvent qu’un simple cursus, celui d’interprétariat (Magdebourg, Zwickau et Berlin). Néanmoins, à Berlin, récemment s’est ouvert un nouveau cursus nommé «Deaf Studies».

L’organisation en Allemagne permet son existence par une approche par champ étude, à la différence de la France qui privilégie l’approche disciplinaire. Ainsi, les recherches en langue des signes regroupent plusieurs disciplines qui peuvent avoir plusieurs approches pour un seul objet d’études.

Les recherches sur les Deaf Studies en Allemagne ont 25 ans d’existence et continuent à se développer. Cette expérience s’est faite par une approche d’étude qui s’ouvre à toutes les disciplines, et donc porte sur plusieurs domaines d’études.

La présentation se termine par une projection vidéo des interviews réalisées au directeur de l’institut, Christian Rathmann (sourd), à Alexander Von Meyenn et à Renate Fischer du même Institut.

Christian CUXAC (Université Paris 8) – Quelles épistémologies pour quelle langue des signes?

Christian Cuxac commence pour poser quelques répères sur l’épistémologie d’une discipline particulièrement de la linguistique. Ainsi, une définition minimale de l’épistémologie d’une discipline doit se poser les questions suivantes: quelles sont ses propositions et ses choix théoriques? Quelle est son insertion dans le cadre plus vaste de champs pluridisciplinaires comme les sciences humaines et sociales? comment elle s’intègre? quelles sont ses frontières, ses limites, les questions et les problèmes cruciaux qu’elle rencontre et qu’elle envisage de résoudre dans le cadre de cette intégration ? Cuxac développe son exposé sur les questionnements épistémologiques autour de la langue des signes à partir des périodes plus vastes où émergent des questionnements épistémologiques.

Ainsi, il a montré l’émergence aux États-Unis d’une nouvelle recherche linguistique : celle consacrée à la langue des signes, sur l’impulsion de Stokoe et sous l’influence du paradigme générativiste (Chomsky). Or, détail intéressant, cette recherche s’est faite sur la contestation des dogmes de la discipline, et a ainsi fait évoluer la vision de la recherche dans ce domaine.

Ainsi conséquent, les méthodologies, et les postulats ont évolués. Cuxac présente : «paradigme alternatif au sein de la discipline», ou plus clairement, une nouvelle voie de recherche dans une même discipline, par rapport à la voie traditionnelle. Néanmoins, après le bouleversement de la nouveauté, une certaine habitude s’installe et ainsi succède aux fondateurs qui recherchent la nouveauté.

Ainsi, après la génération des années 1960 succède celle des années 1980 qui souhaite ouvrir une nouvelle voie dans l’étude de la langue des signes, et donc dans la compréhension de cette langue par une autre nouvelle voie de recherche. Deux paradigmes autour de la recherche linguistique de la langue des signes se confrontent : grammaires formelles (grammaire générative) dit « courant assimilateur » vs modèle sémiologique (Cuxac, Pizzuto, Garcia, etc.) dit « courant exotique ».

L’existence de différents courants démontre de la vitalité de la recherche linguistique sur la langue des signes. Cela dénote de nouvelles réflexions à venir dans ce domaine de recherche.

Second jour 

Deaf Studies, Deaf History: quelles épistémologies ?
Mardi 27 novembre 2012
(Amphithéâtre F. Furet. 105 boulevard Raspail. 75006 Paris)

Modération : Alexis KARACOSTAS (Hôpital La Salpêtrière)

Yann CANTIN (EHESS, CRH) – Les sourds sous l’emprise de l’histoire: Paul Deschanel (1855-1922) et ses relations avec la communauté sourde parisienne à la Belle Époque

 L’influence de Paul Deschanel a été déterminante dans l’histoire de la communauté sourde. Or, ce rôle a été ignoré dans l’historiographie actuelle, d’autant plus que la recherche biographique de Deschanel est assez mineure. Ainsi, on peut voir que l’influence de ce personnage de premier plan de la IIIe république va bien au delà de sa fonction politique puisqu’il a également permis à quelques sourds d’être élevés au rang d’officier de la légion d’Honneur, ou d’avoir des subventions présidentielles.

Cette présentation a permis également de comprendre l’importance de relier l’histoire des sourds à l’histoire en général. Cette présentation a aussi permis de voir ce que cette recherche peut permettre : ouvrir de nouvelles voies exploratoires, autres que celles déjà parcourues, et éventuellement d’apporter une autre vision du monde. Par conséquent, et plus dans le domaine de l’histoire, il faut penser à ce que le Deaf History fasse partie d’une recherche historique plus globale tout en ayant une spécificité qui lui permette de prendre des voies de recherches inédites.

Ce qui compte, c’est la compréhension de l’Humain dans sa diversité, actuelle, ou passée. L’étude des Sourds au fil du temps permet ainsi de comprendre les évolutions de la société et des relations envers ceux qui n’ont pas forcément les mêmes critères de pensée. L’exemple de Paul Deschanel illustre ainsi cette interaction. Et d’autre part, il est important de prendre en compte l’influence des Sourds sur la société, avec pour exemple Toulouse-Lautrec qui a eu comme mentor René Princeteau, un sourd ! Que serait le «French Cancan» sans la peinture de Toulouse-Lautrec ?

Bibliographie indicative

Périodiques

GAILLARD, Henri, La Silencieuse, feuille d’idées et de littérature, 1898-1899

GAILLARD, Henri, Gazette des Sourds-muets, 1893-1910

GAILLARD, Henri, Journal des Sourds-Muets, 1900-1915

Ouvrage

GAILLARD, Henri, La Réception d’un Légionnaire Silencieux, Gazette des Sourds-Muets, Paris, 1928.

Archives numérisés

Fonds numérisé LEONORE, de la Légion d’Honneur : Dossier Eugène Graff (1866-1935)

Base d’état-civil numérisé des archives départementales de Paris (Naissance Henri Giraud)

Florence ENCREVE (Université Paris 8) – Les enjeux de l’écriture de l’histoire des sourds du début du XIXe siècle à nos jours

 Le travail de Florence Encrevé porte sur une analyse des écrits historiques sur les Sourds. Ainsi, on peut distinguer trois périodes durant lesquelles l’écriture de l’histoire des sourds se constitue.

 Il y a eu trois phases de l’écriture de l’histoire des sourds, avec une première période avec le travail Ferdinand Berthier et du Baron Joseph de Gérando (1827) qui a écrit deux volumes sur les sourds, ce à une période où l’écriture de l’histoire se construit et se développe, sous l’impulsion des premiers historiens universitaires. Ces premiers ouvrages, bien que disposant d’informations de premier plan, manquent de références et donc de sources.

Par la suite, durant quasiment un siècle, entre la seconde moitié du XIXe siècle et les années 1970, il n’y a quasiment pas eu d’écriture sur l’histoire des sourds. Le contexte ne s’y prêtait pas, puis, rapidement, un renouveau se fait avec les travaux de Bernard Mottez et de Christian Cuxac, qui ont repris les recherches des historiens du XIXe siècle, mais cette fois-ci dans un contexte où la recherche historique commence à s’occuper des minorités, et où ces minorités revendiquent leur héritage vis-à-vis de la société.

La troisième période, depuis une dizaine d’années, voit le développement de la recherche sur les sourds dans le milieu universitaire, et donc ouvre de nouvelles perspectives dans la recherche historique. Fl. Encrevé a conclu en insistant sur l’importance de la transversalité de cette recherche, et de l’importance du contexte pour comprendre son rôle.

Loreleï BOURCHEIX (Université Lyon 2) – Eléments de réponse sur la condition sourde au Burkina Faso

 Loreleï Bourcheix a présenté une situation particulière : l’éducation des jeunes sourds en Afrique, au Burkina Faso. Ainsi, il semble que l’éducation des sourds a commencé avec un pasteur sourd américain, Andrew Jackson Foster (1925-1987) qui a introduit une école de sourds, se basant sur l’American Sign Language (ASL) au Ghana dans les années 1950. Par la suite, sa méthode a essaimé en Afrique de l’Ouest. Sa rencontre avec Daniel Compaoré a conduit à la fondation d’une école de sourds, à Ouagadougou en 1985. La majorité des écoles de sourds en Afrique est sous la gestion des organismes religieux et donc sont des établissements privés.

Le travail de Loreleï Boucheix consiste à comprendre les signes venant des sourds isolés, non éduqués, avec l’aide d’un sourd burkinabé, Daouda Derra. Ce travail s’inscrit dans une réflexion en vue d’harmoniser les signes des différentes institutions du pays.

Mais, la difficulté est justement d’avoir accès aux sourds isolés, cela dépend de la volonté des familles, et donc, de la relation entre le proche entendant et le sourd en question. D’autre part, il y a aussi une autre difficulté, c’est de comprendre la spécificité africaine concernant la situation des sourds, d’où la difficulté de transposer en Afrique les solutions utilisées dans le monde occidental.

Bibliographie

Adam Kendon, Sign languages of aboriginal Australia : cultural, semiotic and comunicative perspectives, Cambridge : Cambridge university press , 1988, 542 p.

Hall E.T., La dimension cachée, Editions du Seuil, 1978, 254 p.

Leiris M., Cinq études d’ethnologie, Gallimard, Paris, 1988, 151 p.

Mauss M., Sociologie et anthropologie, PUF, 5ème édition « Quadrige », 1993, 482 p.

Articles
Ag Mohamed A. et coll., « Surdité de l’enfant en Afrique Noire : cas de l’école de Bamako (Mali) », Médecine d’Afrique Noire, 43, 1996, p.570.

Corballis Michael C., « L’origine gestuelle du langage », www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=12975

Dalle-Nazébi S., « Objet et acteurs de recherche. La montée en expertise de locuteurs de langues des signes », Revue d’anthropologie des connaissances, 2008/1 – n° 3, pp 63-96.

Dalle-Nazébi S., « Les sourds au Congo-Brazzaville, entre sorcellerie locale et pratiques occidentales », dans Reliance « Le handicap à l’épreuve des cultures » coordonné par Ch. Gardou, 2009.

Fusellier-Souza I., «La création gestuelle des individus sourds isolés», Acquisition et interaction en langue étrangère, 15|2001, mis en ligne le 14 décembre 2005. http://aile.revues.org/537

Soprin-Barreteau L., « Gestes narratifs et langage gestuel chez les Mofu-Gudur (Nord- Cameroun) », Cahiers de Littérature Orale, n° 11, Éditions de la MSH & Publications de l’INALCO, Paris, 1983, pp. 37-93.

 Sitographie

Site de l’institut de jeunes sourds de Bobo-Dioulasso : http://ijsf.free.fr/ Site d’information de l’Union Nationale des Associations de Parents d’Enfants Déficients

Auditifs : www.unapeda.asso.fr Site officiel de l’ONG belge « Sensorial Handicap Cooperation » : www.sensorial.be Site de la fondation Liliane : www.lilianefonds.org

Site de l’association française Orthofaso : orthofaso.ifrance.com Site officiel du Centre d’Education et de Formation Intégrée des Sourds et des Entendants de

Ouagadougou : http://cefise.org Site du Ministère de l’Education burkinabé : www.meba.gov.bf/…/loi-orientation-education-decembre96.pdf

Modération : Andrea BENVENUTO (MSSH, Université Paris 8)

Isabelle DAGNEAUX (Université de Louvain) – Surdité et normatistié.ans so médicalisation ds so surdité à la culture sourde

Isabelle Dagneaux présente une analyse sur le sens de la norme et donc, se pose so question de la définition d’une «vision de l’homme», et par conséquent, la réflexion de Canguilhem, dans son ouvrage Essai sur quelques problèmes concernant le mal et le pathologique, publié en 1943, apporte quelques réponses, plus particulièrement sur la norme vue selon le sourd ou l’entendant.

Ainsi, Delaporte a montré que le sourd dispose de sa propre norme en fonction de son positionnement vis-à-vis de l’entendant. Le travail de Canguilhem montre que la vie définit elle-même ses normes en fonction du milieu où elle sti ce qui montre l’importance de l’influence des milieux. C’est pourquoi l’influence de la culture sur la médecine est à prendre en compte, quand celle-ci dit définir les normes selon la physiologie.

Il est intéressant de réfléchir sur la question des normes en fonction du milieu culturel, et par conséquent, des milieux où vivent les sourds, pour qu’ensuite ils définissent leurs propres normes.

Lo question finale se pose, c’est de savoir si les Deaf Studies se font dans le prolongement des recherches des Disability Studies ou s’en différencient ? Delaporte considère que « L’être-sourd est, par essence, un être divisé. La conscience sourde est une conscience déchirée ». Et donc, Dagneaux conclut par : «la situation isolée, séparée – voire déchirée – des sourds est-elle aussi celle des Deaf Studies ? C’est là, pour l’auteure, qu’une anthropologie sous-tend une épistémologie.»

Références

Canguilhem, Georges (1966). Le normal et le pathologique. Quadrige. Paris : PUF.anslaporte, Yves (2002). Les sourds, c’est comme ça. Ethnologie de la surdimutiié. Paris : Editions de la Maison des sciences de l’homme.

Durrive, Barthélemy (2009). Quelques concepts de Georges Canguilhem. url : http://ehvi.ens-lyon.fr/IMG/pdf/quelques_concepts_de_canguilhem.pdf. Consulté le 12.11.2012.

Foucault, Michel (1983). Naissance de la clinique : une archéologie du regard médical. 5è éd. Paris : PUF.

Lalande, André (1938). Vocabulaire technique et critique de la philosophie. 4e éd. Paris :

Alcan. Le Blanc, Guillaume (2010). Canguilhem et les normes. 2e éd. Paris : PUF.

Mottez, Bernard (1977). « A s’obstiner contre la déficience on augmente souvent l’handicap. L’exemple des sourds ». Dans : Les sourds existent-ils ? Textes rassemblés etprésentés par Andrea Benvenuto. Paris : L’Harmattan, p. 37–56. — (1993).

« Culture et différence ». Dans : Les sourds existent-ils ? Textes rassembléset présentés par Andrea Benvenuto. Paris : L’Harmattan, p. 179–187. — (2006). Les sourds existent-ils ? Textes rassemblés et présentés par Andrea Benvenuto. Paris : L’Harmattan.

Sigerist, H.E. (1932). Introduction à la médecine. Paris : Payot.

Mathilde VILLECHEVROLLE (Université Paris-Descartes) – Rendre la parole aux médecins. Pour une histoire du discours médical sur la surdité

L’étude de Mathilde Villechevrolle se porte sur les écrits des médecins à propos des sourds, plus particulièrement ceux des XVIIIe et XIXe siècle. Il est intéressant de faire remarquer, selon l’historiographie sur ces écrits, que les médecins ne sont pas tous partisans de l’éducation orale.anans ces textes, on parle d’une éducation orientée sur l’expérimentation et la thérapeutique. Autre point : souvent, de nos jours, les arguments présentés dans ces textes sont dévalorisés mais c’est une erreur car il faut replacer ces arguments dans le contexte de l’époque. Et troisième point : on dit souvent que les médecins de l’époque ont contribué à la déshumanisation des sourds.

On rejoint ainsi les réflexions de Foucault sur la modernité exclusionnaire de la société occidentale. Mais par ailleurs, il existe de quelques écrits anciens médicaux sur les sourds et une analyse de ces écrits serait intéressante. Ainsi, la première chose qui frappe de ces écrits, c’est qu’ils sont fortement influencés par une vision phonocentriste héritée d’Aristote qui a théorisé sur le positionnement de l’Homme vis-à-vis de l’animal par la parole.

Néanmoins, le Sensualisme de Condillac ajoute une étape supplémentaire sur la suprématie de l’audition. En effet, le sensualisme établit une hiérarchie des sens, où la vision, suite aux études optiques, est dévalorisée par rapport à l’ouïe. Ainsi, les sourds, privés d’auditions, se sont vus considérés comme des êtres d’excès, là où la parole aurait pu les contenir. Le Vitalisme qui théorise l’équilibre des fluides dans le corps apporte une réflexion complémentaire dans le regard sur les sourds. Ils sont ainsi considérés comme des êtres qui dérogent aux normes sociales, et ainsi qui pourraient apporter le chaos à la Société, d’où la dévalorisation des sourds à travers les écrits médicaux.


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une réflexion au sujet de « Compte-rendu Journées d’études « Deaf Studies/Deaf History », EHESS, 26-27 novembre 2012. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *