Séminaire Deaf Studies en question du 7 mars 2017- Intervention de Yann Cantin –

Remarque : Ce texte n’ayant pas été présenté tel quel lors du séminaire Deaf Studies en question à l’EHESS. Il y a donc eu des différences entre le « prononcé » sur place, et ce qui est écrit ici. Ce texte est ici mis en ligne pour susciter une réflexion, un débat sur la question des Etudes Sourdes en France. (YC)

Émergence et développement des études sur les sourds et la langue des signes en France

Les évolutions des Etudes Sourdes en France
Yann Cantin (Université Paris 8)

Avant tout chose, voici ce que je suggère pour désigner dans notre langue les Deaf Studies . Il s’agit de Sourde Recherche, pour désigner de ce que l’on dit. Je fais cette proposition afin de désigner ce domaine de recherches, non pas dans la langue des Etats-Unis, mais dans la nôtre. Ceci reste encore à réfléchir, pour que nous ayons un terme pour la désigner.

L’émergence des Deaf Studies
Je vais commencer par le point de départ du développement de la seconde vague des Deaf Studies en France. Il s’agit des Journées d’Etudes des Etudes Sourdes et de l’Epistémologie Sourde, organisées ici à l’EHESS en 2012.

Ces journées d’Etudes ont directement influencé ce séminaire, il semble donc logique de commencer par ces dates pour explorer le processus de l’émergence et du développement de ce domaine de recherches en France. Le bilan de ces JE ont permis de comprendre qu’il y a de nombreuses recherches qui entrent directement dans ce domaine : ethnologie, sociologie, anthropologie, histoire, linguistique et bien d’autres encore.

Mais, ces recherches sont isolées les unes des autres. Cet isolement académique, alors que tous ont une relation : comprendre la communauté sourde, pèse fortement sur la pérennité de ces recherches. Peu de publications se font connaître, et surtout, ces chercheurs ne se connaissent pas ou mal entre eux. Le premier objectif de ces JE a été de tenter de créer, de construire une sorte de réseau entre ces chercheurs.

Les origines (1970-1995)
Cependant, cette JE se repose sur des racines plus anciennes, datant des années 1970 avec Bernard Mottez. Il semble bien que c’est lui qui ait amorcé le développement des Etudes Sourdes en France en déclenchant toute une nouvelle réflexion autour de la langue des signes, et en important et traduisant le terme ASL vers la LSF.

C’est l’un des domaines des Etudes Sourdes qui connaît l’un des plus grands développements : la linguistique. On connaît tous le succès des recherches linguistiques dans le monde entier, la plupart des universités ont au moins un chercheur s’intéressant à la noétomalalie. Avec le temps, sur les recherches linguistiques se sont développées, à la manière des cristaux de sel sur un arbre exposé à la mer, d’autres recherches complémentaires tel que l’Histoire des Sourds, et l’anthropologie.

Christian Cuxac, lui-même, avec sa thèse de 1980, et de ses nombreux ouvrages postérieurs, a souvent insisté sur l’importance du lien entre les recherches linguistiques et les recherches historiques. Les travaux de Yves Delaporte, dans les années 1990, ont permis de compléter les recherches de Mottez. Néanmoins, dans le domaine de l’Histoire, elle a été faite par de bénévoles Sourds comme Bernard Truffaut et son association Etienne de Fay.

Les séminaires organisés par Bernard Mottez et Harry Markovitz, à l’EHESS, ont permis de faire commencer toute une réflexion dans ce domaine en France, mais surtout, dans les années 1970-1980, ces séminaires sont surtout un moment où les membres de la communauté sourde commencent à se rendre compte de la spécificité de leur communauté, de confirmer leurs propres intuitions, et surtout d’apporter un poids supplémentaires à leurs discussions internes. Ensuite, l’organisation du Deaf Way en 1989, et de la mise en place du Deaf History International en 1990 a permis de donner une nouvelle impulsion à la recherche en Histoire des Sourds. La publication de l’ouvrage Looking Back en 1993 et de la traduction de l’ouvrage d’Harlan Lane, When the mind ears, ont apporté un vent nouveau en France dans ce domaine.

L’organisation de la semaine de formation en Histoire des Sourds, à Bourges, en 1993, représente l’aboutissement de ce processus de développement. Néanmoins, la période 1993 – 2005 marque une sorte de creux dans la production des recherches historiques en France, alors qu’aux Etats-Unis, il connaît une nouvelle impulsion.

Le creux de la vague (1995-2005)
A la lecture des publications des articles, et de la conduite des équipes de recherches, il semble que les Etudes Sourdes aient connu un phase de repli dans la période 1995-2005, à un moment où l’on assiste à un renforcement de la recherche linguistique en France.

C’est justement cette période que la formation des interprètes devient désormais universitaire, sanctionnée d’un diplôme national. Cette « officialisation » de l’enseignement des interprète semble avoir fait orienté les ressources existantes en faveur de ces nouvelles formations, et par la suite, des interprètes nouvellement diplômés ont voulu poursuivre leurs études, sous le double regard de l’interprète et du linguiste.

Or, dans les autres domaines, avec le départ de Bernard Mottez, et de Yves Delaporte (qui commence à publier ses travaux dans des ouvrages comme Moi, Armand, sourd et muet) l’activité de recherche semble connaître une sorte de repli. On assiste de moins en moins d’articles datant de cette période, outre ceux de la linguistique. Ce repli représente surtout un passage de relais entre deux générations de chercheurs, ce passage de relais fonctionnant mieux dans la linguistique où des équipes plus étoffées existent. Par contre, dans les autres domaines de recherches, les travaux ne semblent plus être repris, et il n’y a pas d’équipe de recherches suffisamment structurées. Néanmoins, durant la décennie suivante, on constate un mouvement nouveau qui ne semble pas ralentir. Le développement des Etudes Sourdes depuis une dizaine d’années marque l’aboutissement d’un processus de restauration intellectuelle de la communauté sourde entamée dans les années 1970.

Les années 2005-2015
Le Deaf Way II organisé en 2002 à Gallaudet, et les nombreuses initiatives en Europe comme Deaf frontrunners au Danemark afin de faire développer une nouvelle réflexion concernant la communauté sourde semblent avoir encouragé de nombreux étudiants à aller plus loin, et donc, à oser faire le doctorat.

Depuis 2005 environ, on assiste à une augmentation de doctorants sourds, et entendants, qui s’intéressent à la communauté sourde. Cette augmentation de l’intérêt a permis aux développement de nouvelles recherches sur cette communauté. Mais, elle n’a pas accompagné d’un développement de la bibliographie universitaire en France. Les articles, bien que nombreux, passent le plus souvent inaperçus.

C’est justement par ce caractère invisible que l’équipe de la JE a souhaité faire connaître, en 2011, pour pouvoir relancer les Etudes Sourdes qui semblaient en peine de se relancer. C’est sans compter sur l’arrivée des nouveaux docteurs dans la période 2010-2017. Certains ont choisi de s’établir aux Etats-Unis, mais d’autres ont opté pour tenter de faire développer ce domaine au sein des universités françaises et francophones. En France, la présence de deux MCF sourds, et de nombreux chercheurs sourds marquent l’espoir d’une nouvelle phase des Etudes sourdes.

Conclusion
Pour paraphaser Paddy Ladd qui a fait le même constat, on assiste à une seconde vague des Deaf Studies en France, une vague plus forte, et plus structurée par rapport à la première qui était nettement plus isolée. Cette seconde vague, partant depuis les recherches linguistiques, partent en direction de quelques domaines : Histoire, Sociologie-Anthropologie et Philosophie.

Ces trois domaines se complètent, et espérons qu’ils permettront à d’autres domaines de se développer encore plus. L’apport des Deaf Studies en France est crucial dans la mesure où ils permettront aux associations d’avoir un argumentaire dans la défense du noétomalalien et de la communauté sourde. Cet argumentaire plus étoffé, plus précis, permet à la reconnaissance d’une communauté sourde, une reconnaissance basée sur des faits, et non sur un argumentaire idéologique branlant.

Qui ne les a pas fréquentés ignore les solidarités et tous les précieux petits savoir-faire qui permettent de mener sa barque avec dignité et efficacité dans le monde entendant. Avec dignité et efficacité, car les deux choses vont de pair, c’est du moins la leçon : mimer l’entendant et se mettre sur sa longueur d’onde, c’est sortir toujours perdant. L’art de se comporter avec les entendants, tel qu’il s’apprend chez les Sourds, est l’une des formes les plus subtiles des arts martiaux. Beaucoup plus qu’une simple technique de survie.

Bernard Mottez, Les Sourds existent-ils ?


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *