Réflexion sur l’absence de véritable travail de correspondance lexicale entre la LSF et le français

Voici donc le texte qui a servi de base à mon intervention au Congrès Mondial de Traductologie, qui a eu lieu à Nanterre cette semaine (semaine du 11 au 14 avril 2017).

Je précise que je difusse ce billet pour qu’il puisse servir de base de réflexion aux recherches entourant la traductologie, mais également tout ce qui concerne le noétomalalien français C’est pourquoi je le public ici, dans ce carnet consacré aux Etudes Sourdes (Deaf Studies) dont j’ai ouvert les portes à un collectif, afin de faire vivre ce carnet.

Donc, dans le droit fil de cet esprit, je vous fais part de mon intervention. Attention, il y a des différences entre mon intervention réelle et ce texte, néanmoins, mon esprit et ma réflexion y sont dedans. Les projections y sont insérées.

Bonne lecture donc ! Et bonne réflexion !

(Pour information, les images de signes proviennent de l’Iconographie de Pélissier (1856), et les autres sont issues de l’Internet, en guise d’illustration dont je n’en suis pas l’auteur.)

Réflexion sur l’absence de véritable travail de correspondance lexicale entre la LSF et le français.

Page 1 du powerpoint

Etant Sourd, et donc usager d’interprètes en langue de signes, j’ai eu régulièrement droit à des demandes de signes appropriés pour des termes en français évoqués. Ces questions montrent que l’interprétation depuis une langue linéaire, parlée ou écrite, vers une langue tridimensionnelle, qui puisse évoquer l’espace et le temps en même temps n’est pas une partie aisée.

Néanmoins, je constate, avec ces questions de termes, une sorte d’exaspération de la soi-disant pauvreté de la langue des signes. Certaines personnes évoquent que l’une des plus grandes difficultés de l’exercice d’interprétation, c’est de pouvoir franchir cette « pauvreté lexicale » dans la langue des signes. Cependant, cette « difficulté » fait considérer la langue des signes comme une langue pauvre, limitée, qui peine à être vue comme une langue à part entière.

Qu’est-ce donc cette pauvreté lexicale dans la langue des signes ?

Le choix des termes ou l’obsession du signe

Avant de répondre directement à cette question, comment procéder dans la traduction/interprétation ? Basiquement, il s’agit de comprendre/trouver les termes appropriés dans les deux langues, afin de pouvoir véhiculer le sens/message dans les deux sens.

Page 2 du powerpoint

Or, la difficulté principale dans le cas de l’interprétation français vers la LSF, c’est que le travail de correspondance lexicale est peu approfondi. Il est souvent évoqué qu’il faut tout simplement travailler, mémoriser, et donc une longue pratique pour pouvoir mémoriser les signes. Or, je constate une inflation inquiétante des signes peu naturels, crées « artificiellement » afin de pouvoir faciliter cette traduction. Ces signes se retrouvent plus particulièrement dans le milieu éducatif, pour que l’on puisse expliquer en langue des signes les termes en français. Cependant, cette inflation de signes peu naturels fait que cela devient de plus en plus du français signé.

Par conséquent, cette inflation provoque une mutation dans la langue des signes. Cela la rend peu pratique à l’usage, et surtout, comme Frankenstein, qui sont moins naturels à l’usage.  les signes artificiels s’oublient plus facilement, et sont moins aisément utilisables quand ils sont crées.

Page 3 du powerpoint

Je cite Gaillard :

Les signes des Sourds-Muets américains ne diffèrent pas des signes des Sourds-Muets français, car ils furent importés de France par Gallaudet et le Sourd-Muet français Laurent Clerc. A peine y a t’il quelques signes nouveaux, de valeur conventionnelle, tenant beaucoup plus aux mots de la langue anglaise qu’aux idées elles-mêmes, idées la plupart abstraites, qu’il serait malaisé d’exprimer par les gestes naturels ou figuratifs pareils chez tous les peuples. Seulement, il semble que les Sourds-Muets des Etats-Unis ont des signes plus nombreux que nous, presque pour chaque mot. Aussi leur gesticulation est-elle précipitée. Quelquefois elle l’est trop, qu’elle en devient obscure pour ceux qui ne sont pas habitués à les suivre. Lorsqu’un Sourd-Muet est ce qu’on appelle un orateur mimique, il amplifie ses gestes et devient clair pour tout le monde. Au contraire, les signes des Sourds-Muets français sont rares et larges, exprimant d’un coup une idée avec tous ses sous-entendus et corollaires, ce qui nous fait penser que la mimique française, quoique similaire en plus d’un point à la mimique américaine, lui est supérieure sous le rapport de la clarté et de la rapidité dans la discussion mimique.

Quelles informations en tirer ? Que les origines de la langue des signes Française réside dans l’économie des signes, d’un usage plus grande de l’expression corporelle, et surtout, dans sa distance par rapport au français. Ce texte datant de 1893 nous éclaire sur ce qu’a été la LSF à cette époque, et que l’on retrouve encore de nos jours. D’autre part, l’ASL, dans ce texte, montre un grand nombre de signes nécessaires pour décrire, SAUF, s’il y a un orateur qui est obligé d’être clair et précis.

Gaillard, bien que l’on voie bien son côté franchouillard, pointe un des problèmes dans l’usage de la langue des signes : l’influence de la langue orale, et donc du vocabulaire. Cela transforme justement, quand on souhaite faire correspondre un mot à un signe, la syntaxe de cette langue et de son élasticité grammaticale, la rendant encore plus rigide. L’ASL étant fille des Signes Méthodiques exportés par Laurent Clerc en 1817 aux Etats-Unis, bien qu’elle descend du noétomalalien parisien du XVIIIe siècle au niveau des signes.

De la croyance du mot = un signe

Page 5 du powerpoint

Ainsi, on arrive au coeur du problème. Ce que Gaillard a pointé dans la langue américaine en 1893 se retrouve de plus en plus en France en 2017. On oublie de plus en plus les idées, on se colle de plus en plus aux mots, ce qui fait que la LSF se dénature. Comment alors éviter ce mirage du vide lexical ? Gaillard lui-même apporte une solution : s’en tenir aux idées, aux concepts.

On arrive au second problème : la connaissance et la compréhension des concepts, des idées. Comme nous le savons tous, la qualité de la traduction dans les deux langues dépend fortement des capacités culturelles du traducteur/interprète. Sans ces capacités, ce serait l’équivalent de google translate où le sens s’est perdu. Ainsi, le problème des connaissances culturelles est rarement évoqué quand on assiste à ce vide lexical qui n’est en fait qu’un vide de connaissances.

Personne n’est capable de connaître tous les domaines, or, il s’avère que l’on a besoin d’une spécialisation accrue des interprètes dans des domaines précis. Un interprète généraliste ne peut faire mieux par rapport à un spécialiste de la question. L’une des plus grandes difficultés de l’usage de la LSF est ce qui constitue sa force : l’iconicité. Le fait d’utiliser l’iconicité exige par conséquent une bonne appropriation des éléments visuels, ce qui demande justement une bonne préparation visuelle des éléments iconographiques, des schémas, et donc d’établir une carte de pensée, le mindmapping.

Cette souplesse, et en même temps, cette exigence de précision paraît effrayant pour des interprètes débutants dans la question du choix des signes. C’est pourquoi on retrouve souvent très peu d’iconicité chez les jeunes interprètes. Cependant, la qualité de l’interprétation dépend justement de l’usage de cette iconicité, et du transfert.

Importance de réflexion de correspondance

Page 6 du powerpoint

Il manque tout un travail de correspondance lexicale, tel que cela se fait dans les autres langues. Ainsi, déplorer de la pauvreté de la langue des signes n’est qu’une sorte de raccourci réflexif sur la question de la correspondance lexicale et sémantique. Car la langue des signes est tout à fait capable de supporter le choc du « jargonisation » professionnel. Elle dispose déjà de tous les éléments linguistiques nécessaires, y compris au niveau du vocabulaire. Il suffit juste de mettre en relation le vocabulaire de la langue des signes de celle du français.

Comment alors mettre en rapport ces deux langues ? Il devient ainsi de plus en plus nécessaire qu’il y ait tout un travail, non seulement de traduction, mais également de préparation en amont.

Je cite ici un exemple dans un domaine qui est au coeur de mon travail : l’Histoire. Mais, cela est également le cas dans tous les domaines. Ainsi, j’ai été amené à réfléchir sur le choix des signes appropriés dans le cas de l’architecture médiévale, ou des termes spécifiques à l’Antiquité.

J’ai été vite confronté face à un trop grand nombre de mots. Comment alors tout correspondre ? Le choix a été fait de ne pas suivre le français, mais bel et bien la signification des mots dans un contexte précis. Ainsi, le travail de correspondance lexical se base sur le sens, sur la sémantique correspondante entre le français et le noétomalalien afin qu’il puisse être compréhensible par le sourd, destination première de ce travail.

Page 7 du powerpoint

Je vous en cite quelques exemples :

Cathédrale – cloitre – gisant – adoubement – blason – chevalier – noble – dynastie

(Note : Signes présentés sur place, non présents ici.)

Cette réflexion se base justement sur un principe : le noétomalalien dispose déjà de tous les éléments, de toute la coloration nécessaire, et il ne sert à rien de créer un nouveau signe. Reprenons déjà ce qu’il existe déjà en magasin.

Autre chose encore, je me suis basé aussi sur Pierre Desloges :

Nous avons deux signes différents pour désigner la noblesse, c’est-à-dire que nous la distinguons en deux classes, la haute et la petite.

Pour faire connaître ensuite la personne de l’une de ces classes dont il s’agit, nous employons des signes tirés de son emploi, de ses armoiries, de sa livrée, etc.. Ou enfin le signe le plus naturel qui la caractéristique.

Page 8 du powerpoint

On voit donc la clé essentielle : l’iconicité et le transfert sont les constituants essentiels. Or, comme l’évoque Desloges, on a également besoin de ce qui caractéristique l’élément à décrire : l’aspect visuel.

Pour ceci, il est nécessaire d’avoir une connaissance encore plus forte de la thématique, et donc d’une préparation de l’usage du signe dans un contexte précis. Les dictionnaires actuels sont confrontés à une limite : ils se basent sur un mot-un signe alors que souvent, c’est plusieurs mots-un signe ou plusieurs signes-un mot.

Cette variabilité est l’un des non-facilitateurs au travail de correspondance lexicale. Pour s’en défaire : une préparation approfondie de la thématique à traduire, plus particulièrement à coups de schémas, d’images etc…

Spécialisation, préparation

Le manque de préparation de correspondance sémantique ne doit pas empêcher la nécessité de la préparation de la thématique, du sujet, du contenu.

Page 9 du powerpoint

Ainsi, l’interprète généraliste ne peut réellement apporter une interprétation de qualité dans un sujet de pointe. Cela n’est pas une spécificité de la langue des signes, mais bel et bien de toutes les langues. C’est pourquoi le besoin des interprètes spécialisés devient de plus en plus grand à mesure que l’on trouve des sourds dans des postes de responsabilités, qui exigent cette spécialisation, et donc d’une connaissance approfondie.

Or, comme l’on dispose que de 500 interprètes en France pour une population estimée à 300 000 locuteurs sourds, l’exigence de la spécialisation reste grandement difficile sans que l’on doive augmenter la masse critique des interprètes généralistes.

D’autre part, faire augmenter le nombre d’interprètes se heurte à une réalité économique : comment absorber les nouveaux diplômés ? On arrive ici à une sorte de relation des besoins mutuels.

Page 10 du powerpoint

Ainsi, pour comprendre le contenu, il y a une exigence d’une connaissance du contenu, et pour cela, une spécialisation de cette connaissance. Or, un interprète ne peut connaître tous les éléments ce qui demande justement une spécialisation de l’interprétation en rapport avec ce contenu. Pour ceci, il aurait fallu former plus d’interprètes, et on se heurte à une réalité économique, les moyens ne suivent pas.

Une diversification  des besoins de la communauté sourde

 

Ce qui est intéressant dans la question du supposé « vide lexical », c’est que cela occulte un fait nouveau et essentiel dans les évolutions de la communauté sourde. Depuis une vingtaine d’année, des sourds se retrouvent dans des domaines nouveaux, non seulement en tant exécutants, mais également avec des responsabilités nouvelles qui demandent des réunions régulières.

Cette nouvelle évolution bouleverse les habitudes des interprètes. Bien que taillées pour assurer la plupart des services demandés, cette diversitation des besoins précis de la part des sourds fait qu’il y a une exigence de plus en plus grande de la qualité de l’interprétation en relation avec leur spécialisation. Or, qui dit spécialisation dit également jargon professionnel !

Vu que la communauté sourde était loin d’être ouverte au niveau professionnel que depuis une vingtaine d’années, on assiste donc à une période de changements nouveaux, de réflexions nouvelles, mais également de l’usage de la langue. Cela demande justement une nouvelle réflexion dans la traduction.

page 11 et Conclusion


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une réflexion au sujet de « Réflexion sur l’absence de véritable travail de correspondance lexicale entre la LSF et le français »

  1. Seguin-Camain

    Quel travail passionné et passionnant !!!
    Des questions linguistiques d’ordre existentiel pour la communauté sourde que nous, entendants, ne soupçonnons pas…
    Une langue évolue en fonction de ses besoins. À nous, contemporains, d’être vigilants pour que la LSF s’enrichisse encore plus grâce à cette mutation et non qu’elle tende vers une simplification, un appauvrissement comme on peut le voir dans l’usage de la langue française orale.
    Merci Yann pour ton dévouement !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *