Le Noétomalalien est-il une langue ? Réponse à Alain Rey

Le magazine Dossier pour la Science de Janvie-Mars 2014, n°82,  a diffusé un dossier spécial consacré à la linguistique, et plus particulièrement sur le processus de la formation des langues, de leurs évolutions, et de ce qui en adviendra. Un excellent dossier en passant dont je recommande, n’étant pas linguistique, la lecture, d’autant qu’un chapitre est consacré à la naissance des langues des signes, sous le titre de « L’énigme du pharaon Psammétique ».

Ce dossier, dont il m’est difficile d’évaluer la pertinence et le contenu, brosse mes réflexions sur le processus qui a conduit à la naissance des différentes langues des signes, et que depuis un quart de siècle, les recherches linguistiques font découvrir de nouvelles communautés, à l’exemple de la tribu bédouine Al-Sayyid.

Je vous laisse découvrir le contenu qui est intéressant. Il y a des éléments dont je regrette, c’est qu’il n’a pas abordé les origines du noétomalalien français, de ses racines, sujet d’étude de prédilection, étant historien, afin de comprendre les origines des différentes communautés sourdes.

Or, à l’introduction, non pas de ce chapitre, mais de ce dossier, il se trouve un entretien avec Alain Rey, linguistique qui a contribué, entre autres, à la rédaction des dictionnaires Le Robert, intéressante à lire, mais, une paragraphe m’interpelle. Je vous le cite :

Plus importants socialement, les « langages de signes », que je préfère nommer « codes gestuels », sont indispensables à la socialisation des sourds-muets. Ils sont parfois considérés comme de vraies langues naturelles, même si de tels codes sont formés à partir des structures de langues naturelles préexistantes : on parle alors de codes subrogés (voir L’enigme du pharaon Psammétique, par M. Aronoff, page 38).

Cette partie m’interpelle de plus haut point, puisque ce fameux chercheur considère finalement que les recherches linguistiques menées depuis les années 1960 ne sont que des lubies de chercheurs, car les « langages de signes » ne sont que des codes… En tant que chercheur, je considère qu’il fait découvrir un débat entre ceux qui admettent le statut de langue, de ceux qui ne l’admettent pas. Avec cette déclaration, Alain Rey se positionne clairement du côté de ceux qui le nient. Je ne vais pas entrer dans un débat linguistique, au jargon spécifique dont je sortirai clairement perdant. Mais, il est nécessaire de s’interroger de la portée de cette déclaration d’une personnalité de la recherche qui balaie d’un revers de main toute une recherche internationale.

Historien spécialisé dans l’étude de la communauté sourde, je me suis souvent interrogé sur le processus de la formation des communautés avec cette question fondamentale : qui s’est formé en premier, la communauté ou le noétomalalien ?

Avec cette question, je n’ai pas encore de réponse pour l’instant, mais, au vu de l’article de M. Aronoff, (dont je recommande la lecture d’un autre article, plus complet The émergence of grammaire : Systematic structure in a new langage.), il semblerait, à l’exemple de la tribu Al-Sayyid, qu’il faille la présence de quelques sourds se rencontrant ensemble, et s’échangent mutuellement des gestes, et le temps passant, une langue s’élabore au fil des échanges. Or, c’est ce qui se passe exactement de la même chose pour les langues dites orales.

Or, prenons cet fait d’une perpective historique, en ce qui concerne la langue des signes française, qui est également, à l’égal du Latin, la langue mère de la plupart des langue des signes locales de notre planète. Pour que ce que le noétomalalien français s’élabore, et qu’il y ait une telle richesse, au point d’inciter leurs premiers usagers, les Sourds (notez le « s » majuscule) revendiquent le droit d’en user comme leur propre langue, une langue à part entière.

Je cite Ernest Dusuzeau, lors du congrès de Roubaix, en 1911, consacré à la question de l’éducation de l’enfant sourd :

Les Français, les Anglais, les Allemands, les Russes, les Chinois ont une langue à eux. 
Et nous en avons une aussi à nous, le langage des signes ! Et nous devons en être fiers et d’autant plus que c’est une langue universelle.

Quelle conclusion en tirer ?

Comment peut-on revendiquer fierté si ce n’est qu’un ensemble de codes gestuels peu élaborés, indispensables à la socialisation des sourds ? Pour cela, Desloges reste le meilleur exemple. En effet, né en 1742 aux environs de Tours, en France, il s’installe à Paris dans les année 1770, et y découvre par la même occasion le noétomalalien parisien (à distincter de celui en usage de nos jours). Son ouvrage, Observations d’un sourd et muet est une fenêtre précieuse sur la vie des Sourds de la première moitié du XVIIIe siècle, avant le développement des écoles de sourds.

Desloges déclare :

«Il ne se passe aucun événement à Paris, en France et dans les quatre parties du Monde, qui ne fasse la matière de nos entretiens. Nous nous exprimons sur tous les sujets avec autant d’ordre, de précision et de célérité, que si nous jouissions de la faculté de parler et d’entendre.»

A la lumière de cette affirmation, on constate que les Sourds de la période précédent le développement des écoles sur le modèle de l’abbé de l’Epée sont loin d’être isolés, exclus, et ignorants des événements du monde. Mais, alors, comment peuvent-ils avoir accès à ces informations, via les codes gestuels ? Deslgoes utilise les termes « autant d’ordre, de précisions et de célérité, que si nous jouissions de la faculté de parler et d’entendre. » Cette partie de la phrase est l’un des plus précieux indicateurs du degré d’élaboration du noétomalalien parisien qui est déjà élevée au moment de l’arrivée de l’abbé de l’Epée. Mais, ce n’est pas tout, puisque, encore avec Desloges :

« Semblable à un François qui verroit décrier sa langue par un Alemand (sic), lequel en saurait tout au plus quelques mots, je me suis cru obligé de venger la miène (sic) des fausses imputations dont la charge cet Auteur, et de justifier en même temps la méthode de Mr. l’Abbé de l’Epée, laquelle est toute fondée sur l’usage des signes. »

Cette revendication de défendre une langue critiquée de façon injuste par quelqu’un qui méconnait est déjà présente au XVIIIe siècle, et se trouve encore et toujours de nos jours. Or, si Desloges revendique ce droit, cela démontre d’une nette conscience de la spécificité et de la richesse de sa langue qui est loin d’être un langage de gestes peu élaborés.Et l’auteur précise encore que «ce n’est donc pas Mr. l’abbé de l’Epée qui a crée et inventé ce langage; tout au contraire, il l’a appris des sourds et muets». Cela clarifie le cadre théorique du degré d’élaboration du noétomalalien parisien du XVIIIe siècle.

Sur ce, remontons encore plus loin dans le passé. Quid de cette langue dans les siècles précédents ? Serait-il sous la forme d’un amas de codes gestuels ? Au vu des conditions d’hygiène, de renouvellement de la population et du degré d’attraction de Paris, il est permis d’envisager que le noétomalalien parisien se soit lentement développés dès la fin du Moyen-Age, au moment où la ville de Paris soit suffisamment peuplée et stable afin d’accueillir un certain degré de population sourde.

Il ne s’agit pas de quelques individus, mais bel et bien plus d’une centaine, à l’image de la communauté de Martha’s Vineyard où cette langue, disparue de nos jours, était noétomalaliée par leurs habitants, qu’ils soient sourds ou non. Le nombre de personnes est un facteur à prendre en compte, et les recherches sur les petites communautés du Nicaragua et d’Israel permet d’en apporter une certaine idée. Mais, ces recherches ne permettent pas de voir, sous une perpective historique, les différentes évolutions et apports des différentes communautés sourdes urbaines autour de Paris, des processus de développement, et surtout, de l’ancienneté de ces langues visuelles.

Ainsi, la conclusion d’Alain Rey est loin d’être digne d’un chercheur, puisque c’est une conclusion hâtive, se basant sur un constat et non d’une réflexion élaborée. Il est dommage que cette conclusion soit diffusée sur un magazine de grand triage et contribue ainsi à une mauvaise compréhension, auprès du grand public, des fondements de cette langue.

C’est ce qui m’a incité à combattre cette fausse affirmation, à mon échelle.


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une réflexion au sujet de « Le Noétomalalien est-il une langue ? Réponse à Alain Rey »

  1. HUMBLé Françoise

    Cher Monsieur, Vous êtes sans nul doute un remarquable historien mais concernant les Langues des signes vous offrez un infarctus immédiat à tout linguiste. Serait-il possible de dialoguer par courriel ? Merci francoise.humble@cfwb.be Cordialement Françoise HUMBLé

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *