La distance face au sujet d’étude …

— Par Yann Cantin

Le texte original se trouve ici 

La réflexion de la méthodologie revient de temps en temps, tout au long de la thèse. Me voici arrivé au terme de ces quatre années particulières. Mais, il existe une réflexion qui semble ne pas arriver jusqu’au bout, évoluant en fonction du contexte, des sujets d’étude, et même des parcours personnels.

Comment, étant Sourd et souvent impliqué dans des causes en lien, non pas avec la surdité, mais dans la préservation du noétomalalien, et de la communauté sourde, trouver une certaine distance avec les sujets d’étude dont la situation présente une forte proximité avec la sienne ?

La réflexion

La réflexion

Cette réflexion s’impose nécessairement puisque l’analyse d’une étude, le fait de mener une recherche en sciences humaines peut être fortement biaisée par cette proximité en question. Ce biais dont être pris en compte, chaque chercheur en sciences sociales et humaines en est clairement conscient. Mais, comment le prendre en compte ?

Répondre à « comment » s’avère bien plus difficile que l’on pense, et surtout, il n’y a pas une réponse toute faite, puisque chacun doit justement prendre en compte de ce biais en fonction du vécu, des objectifs de la recherche, et surtout, de déterminer la distance face au sujet d’étude.

Comme le dit un chercheur anglais, Mike Gulliver, la différence entre l’académique et le militantisme s’opère sur l’instant présent. Le militantisme est une réponse à des besoins immédiats, alors que la recherche s’inscrit dans un temps plus long et dans une réflexion plus globale.

C’est ce positionnement-là qui permet justement de différencier par rapport au sujet d’étude. Or, une recherche académique pure et froide ne permet pas justement de comprendre le degré d’humanité, la compréhension des parcours de chacun. Ainsi, l’objectivité n’implique pas une recherche froide, mécanique, mais justement de prendre conscience  de l’existence de ce biais, et d’adapter la recherche afin que ce biais impacte le moins possible le résultat final.

Eradiquer le biais, une gageure

Ce Biais, les jeunes doctorants, et jeunes chercheurs en sciences sociales et humaines pensent souvent pouvoir le maîtriser. Je l’ai cru, et cela à conduit à des textes insipides, peu intéressants, à force d’être obsédé par l’objectivité à tout prix. 

C’est toute la problématique de la distanciation. A force de rester au loin, et de plonger dans les détails pour éviter d’être pris par son ensemble, on finit par perdre de vue l’essence humaine de la recherche. Le texte mis en lien au début de ce billet présente un début de réflexion, mais, il manque justement l’essence même de la recherche : faire découvrir l’existence des éléments non connus.

C’est le fondement même de la recherche scientifique : lever le voile de l’inconnu.

Comprendre

Comprendre

Ainsi, c’est cette volonté de découvrir l’inconnu qui permet justement de trouver un certain réglage par rapport au biais. Il s’agit de se considérer comme un maillon de la chaîne de la recherche scientifique. Ainsi, le fait que nos

recherches à l’instant T peuvent être corrigées, ou contre-dites à l’instant T+1. C’est ce qui fait une certaine chaîne de la recherche, depuis la « théorie de l’allumage de feu », il y a un million d’années jusqu’à « l’allumage des boosters de la navette ».

Des millions de théories se sont succédées, plus ou moins parfaites en fonction du contexte.

La perfection, l’idéal, mais pas la réalité

Ainsi, la recherche est menée par cet idéal de la perfection théorique. Mais, cette  perfection ne reflète pas la réalité. Les chercheurs sont fortement influencés par les idéologies, les éducations, les contextes à l’instant T, et se trouvent contredits par d’autres chercheurs à l’instant T-1.

Precious Diamond With Rainbow

Les facettes de la connaissance

Comme disait un enseignant d’université de DEUG, lors d’un cours de méthodologie dont j’ai complètement oublié le nom, la réalité est une pierre à plusieurs facettes. Chacun a sa propre facette et s’estime avoir raison. Or, chacun a justement raison pour sa propre facette, et a justement tort par rapport à l’autre facette.

L’enjeu, c’est justement de relier ces différentes facettes pour former un tout. Il faudra donc trouver une certaine distance pour voir la pierre dans son ensemble. C’est toute la difficulté de l’exercice. A trop prendre la distance, on ne voit plus qu’un point, a trop prendre de proximité, on ne voit plus que la facette.

C’est ce qui se passe avec les Etudes Sourdes. Certaines

recherches sont fortement impactées par le combat militant à l’instant T qu’ils ne sont plus utilisables à l’instant T+1, avec le changement de contexte.

Le biais semble être plus influent à mesure que la méconnaissance du sujet d’étude est grand. Par conséquent, il est probable que la méconnaissance, au niveau du vécu, du contexte d’étude est un biais encore plus pernicieux. C’est pourquoi la présence des chercheurs Sourds permet d’apporter une nouvelle réflexion, pas forcément en sciences sociales et humaines, mais dans la recherche en général. En effet, la diversité des vues, avec les mêmes méthodes de recherche permet justement de faire avancer la chaîne de réflexion.

C’est cette réflexion que je suis arrivé, par rapport au texte de 2012 : il est plus que nécessaire de préserver sa spécificité. Être objectif n’implique justement pas de gommer sa spécificité, puisqu’il est une aide précieuse dans la réflexions scientifique !

C’est pourquoi les chercheurs les plus talentueux sont justement ceux qui ont pu utiliser leurs spécificités quoi qu’ils en soient comme des éléments complémentaires à la réflexion.

Conclusion

J’en arrive à la conclusion de ce billet écrit un peu à la va-vite. Il s’agit de faire partager une réflexion par un canal aisément accessible à tous. J’apporte ce conseil aux jeunes qui souhaitent entamer une carrière de chercheur. Moi-même, j’espère également commencer cette carrière.

Faire de la recherche ne demande pas de gommer, de dissimuler, de cacher les spécificités de vos vécus, de vos parcours. Ils sont autant d’éléments qui permettent d’apporter une nouvelle réflexion, une nouvelle facette à la pierre de la recherche.

La difficulté, c’est justement de convaincre l’intérêt de cet apport, puisqu’ils ne la connaissent justement pas.

C’est pourquoi les débats sont plus que nécessaire dans la recherche, plus particulièrement en France, dans le domaine des Etudes Sourdes qui ressemble plus à un désert qu’à une jungle…

 


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *