Conférence en l’honneur de Yves Delaporte – Compte-rendu –

Présentation 

Le 3 décembre 2014 s’est déroulé dans l’historique Salle des Fêtes de l’Institut National des Jeunes Sourds de Paris une conférence en l’honneur de Yves Delaporte, sur l’initiative de l’équipe d’études de langue des signes, du groupe de recherches LINGUAE de l’Institut Jean Nicod.

Cette conférence a pour objectif de rendre hommage aux travaux de Yves Delaporte sur la communauté sourde. Au moment où Yves Delaporte s’est intéressé à la communauté sourde, au début des années 1990, cette communauté a connu de profondes transformations internes consécutives au Réveil Sourd qui s’est déclenchée au milieu des années 1970.

Ainsi, ses observations font suite à celles de Bernard Mottez, et représente une analyse précieuse pour la compréhension d’une communauté particulière dans un contexte précis. Or, les travaux de Yves Delaporte servent souvent de fondement aux recherches postérieures, en Histoire et en Linguistique, notamment dans la branche de la linguistique historique afin de comprendre les évolutions de la langue des signes françaises et de ses origines.

La salle, prévue pour une centaine de personnes, a été rapidement pleine. Ce public, constitué à la fois des chercheurs, des étudiants, et d’autres personnes, membres ou non de la communauté sourde, a porté d’intérêt aux interventions et aux discussions entourant les travaux de Yves Delaporte, du témoignage de André Minguy, et de la question de la période historique entre les années 1880 et 1980.

Carlo Geraci (IJN-CNRS)

Carlo Geraci (IJN-CNRS)

Après le discours du linguiste Carlo Geraci qui remercie tout particulièrement Philippe Schlenker et l’Institut Jean Nicod qui ont permis l’organisation de cette journée, les interventions successives de Yves Delaporte (sur son regard d’ethnologue et la communauté sourde), de Yann Cantin (sur la période précédant le Réveil Sourd) et d’André Minguy (sur le Réveil Sourd vu par lui-même) ont permis de prendre en évidence l’intérêt d’une telle conférence pour comprendre l’importance des travaux de Yves Delaporte. Les textes intégraux des interventions suivront dans les prochains billets dont les liens sont inclus ici.

Intervention de Yves Delaporte (Lien direct texte intégral)

La présentation de Yves Delaporte nous éclaire sur les circonstances qui l’ont amené à s’intéresser à la communauté sourde, et à comprendre son fonctionnement interne. Il nous a dévoilé également les difficultés entourant l’étude de cette communauté, où il est peu aisé de transporter une caméra et de filmer les anecdotes, ce qui conduit à refroidir l’ambiance, d’où l’usage du carnet et du crayon, à l’origine de son nom-signe : celui qui prend des notes.

Yves Delaporte s’est particulièrement intéressé sur la notion de la différence chez les sourds par rapport à la société française, et de cette notion de la différence qui semble être beaucoup plus ancien que supposé, ce qui l’a conduit finalement à s’intéresser à l’Histoire de cette communauté. Il fait noter un point essentiel sur la compréhension de la communauté sourde de la part d’un chercheur extérieur. Il s’agit de s’impliquer dans la vie de la communauté pour comprendre son fonctionnement, ses us et ses coutumes. Observer de l’extérieur ne suffit pas à comprendre, il reste nécessaire d’apprendre la langue de cette communauté afin de pouvoir la comprendre.

Son intervention éclaire à plus d’un titre de l’intérêt de recueillir les anciens signes sur toute la France, et de comprendre leurs origines, de leur processus d’apparition et de transformation.

Intervention de Yann Cantin (Lien direct texte intégral)

Son intervention s’intéresse tout particulièrement sur la période souvent considérée comme les « Ages sombres » de la communauté sourde où s’est pourtant développé le fondement du Réveil Sourd. Ainsi, la question de comprendre comment s’est fait le réveil sourd ne peut se résoudre sans comprendre ce qui s’est déroulé entre 1880 et 1980.

Fondamentalement, le réveil Sourd se base sur une frustration de la génération née après 1940 face à un déni de leur spécificité culturelle et linguistique, non seulement de la part de la société, mais également des instances dirigeantes de la communauté. Ensuite, le rôle d’une des personnalités de la communauté de l’époque, André de Saint-Antonin semble être fondamental, et même paradoxal dans le processus du Réveil Sourd.

Ainsi, personnalité controversée, Saint-Antonin, en essayant de solder l’héritage de Berthier, a au contraire entraîné une lame de fond en faveur de la préservation de cet héritage, et en faisant développer le combat en faveur de l’éducation bilingue et du Réveil Sourd.

Intervention de André Minguy (Lien direct texte intégral)

L’intérêt de l’intervention de André Minguy réside sur le fait que c’est l’un des premiers témoins et même l’un des premiers contributeurs du Réveil Sourd. Son témoignage est ainsi l’un des plus précieux au travers de son ouvrage, le Réveil Sourd qui n’est pas le premier, ni le dernier. Son expérience dans le combat en faveur du Réveil Sourd, et plus particulièrement pour l’éducation bilingue et de la préservation de la langue des signes représente une information fondamentale dans la compréhension de l’Histoire récente de la communauté sourde française.

L’émancipation sociale du sourd semble être l’élément central du combat de André Minguy depuis les années 1970. Or, la clé de cette émancipation réside justement dans l’éducation bilingue ET la maîtrise du français écrit. Ce discours ressemble fortement au combat de Henri Gaillard dans les années 1890-1920, avec exactement les mêmes termes.

Le Réveil Sourd, selon lui, ne s’est pas fait sans difficultés, ni sans souffrances. Les remises en question ont été nombreuses, plus particulièrement quand il a fallu contredire les acquis des années 1950-1970.

Son intervention nous éclaire une période fondamentale de l’intérieur, et cela nous apprend sur l’importance de recueillir ces témoignages, tant au niveau historique et linguistique puisque les deux éléments permettent de comprendre les évolutions depuis 40 ans et les différences avec les signes usités entre 1920 et 1970.

Conclusion

Cette conférence a permis de comprendre l’impact des travaux de Yves Delaporte sur la vie de la communauté sourde, et de sa compréhensions au niveau scientifique (principalement en ethnologie, anthropologie, linguistique et historique).

S’inscrivant dans un contexte où le Réveil Sourd connait une expension rapide au cours des années 1990, les travaux de Yves Delaporte ont permis de mettre en évidence les spécificités régionales au niveau linguistique et social, et des actions souterraines qui ont permis à la communautés sourde de pouvoir se redéfinir. Ces actions souterraines, dans un premier temps, ont été mises en évidence par l’intervention de André Minguy. Or, ces actions ont été déclenchées par un processus de déni de la spécificité linguistique et culturelle de la communauté sourde durant les années 1950 et 1960, ce qui a entraîné une certaine frustration chez la jeunesse sourde des années 1960-1970.

Ainsi, grâce à ces interventions, on dispose d’une vue d’ensemble de la communauté sourde entre les années 1950 et 2000, et c’est un éclairage nouveau sur une période cruciale, non seulement au niveau historique, mais également dans la linguistique et dans l’ethnologie.


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *