Un ethnologue chez les Sourds

Nous vous proposons ici le texte de l’intervention de Yves Delaporte, conférence donnée le 3 décembre 2014, à la salle des fêtes de l’INJS.

Yves Delaporte lors de sa conférence

Intervention de Yves Delaporte, dans la salle des fêtes de l’NJS, 3 décembre 2014

Un ethnologue chez les sourds

Dans le premier contact que j’ai eu avec Yann Cantin pour la conférence d’aujourd’hui, il me parlait de mes travaux et de l’impact qu’ils ont sur la communauté sourde et la recherche scientifique, en précisant en « linguistique, histoire et sociologie ».

Cela m’a amusé, parce que la discipline qui est la mienne, c’est l’ethnologie. C’est en tant qu’ethnologue que j’ai travaillé pendant 35 ans au CNRS.

Ce petit oubli sans importance n’est évidemment pas dû au hasard : la sociologie, l’histoire, la linguistique sont des disciplines depuis longtemps établies, bien connues, y compris par les sourds. Les signes SOCIOLOGIE, HISTOIRE, LINGUISTIQUE, existent depuis longtemps en LSF.

Il en va différemment de l’ethnologie dont pas grand-monde, sans doute, même chez les entendants, ne sait exactement de quoi il s’agit. Le signe ETHNOLOGIE est apparu il y a très peu de temps, suite à mes travaux (le mot figurait dans le sous-titre des « Sourds c’est comme ça »). Lorsqu’il est apparu et a commencé à se diffuser, il était clairement inadapté : [une main en index pointant vers le haut, l’autre main en crochet le parcourt de haut en bas]. Autrement dit : « recherche sur une personne ». Bernard Truffaut, sourd bien connu, a proposé un signe bien meilleur [une main en crochet tourne au-dessus de l’autre main en croissant]. Autrement dit : « recherche sur un groupe, une communauté ». Je le signale chaque fois que je peux, notamment avec un petit article dans le Journal de l’AFILS.

En préambule à cette réunion, j’ai donc eu envie de clarifier les choses et d’expliquer brièvement ce qu’est l’ethnologie, cette discipline nouvelle dans le champ de la surdité, quels sont ses objets d’étude et ses méthodes.

L’objet

Il y a cinquante ans, les sociologues étudiaient les sociétés contemporaines complexes, urbanisées, celles où nous vivons. Les ethnologues, eux, étudiaient les sociétés traditionnelles ou primitives, de petits groupes qui se maintenaient à l’écart des grandes évolutions contemporaines en conservant un mode de vie traditionnel. En France, de grands livres ont fait connaître l’ethnologie. Une superbe collection, « Terre Humaine », dirigée par Jean Malaurie aux éditions Plon, a contribué à populariser les meilleurs textes : c’est dans cette collection qu’ont été édités des livres mondialement célèbres : les Tristes tropiques de Lévi-Strauss (sur des tribus amazoniennes), L’exotique est quotidien (Georges Condominas, sur une minorité ethnique du Vietnam), Le Cheval d’orgueil (Pierre Jakez Hélias, sur l’ancienne culture bretonne).

Il y avait donc à cette époque un partage du monde entre les sociologues, qui étudiaient ce qui se passe ici, et les ethnologues, qui étudiaient ce qui se passe là-bas…

Pendant 20 ans, j’ai fait partie de ces ethnologues qui étudiaient de petits groupes à la vie traditionnelle : j’ai étudié les Lapons, un peuple qui vit dans l’Arctique, et dont toute la vie matérielle, sociale et culturelle est fondée sur l’élevage du renne, un animal qui était déjà important pour les sociétés préhistoriques.

Mais dans les années 1970, un grand changement s’est opéré en ethnologie pour différentes raisons qu’il est inutile de détailler ici. L’ethnologue ne se consacre plus uniquement aux sociétés traditionnelles, lointaines, exotiques, aujourd’hui il peut travailler n’importe où. J’ai participé à ce mouvement : il m’était toujours apparu qu’il y avait une sorte de racisme inversé dans l’attitude de l’ethnologue pour qui toutes les sociétés étaient intéressantes, sauf la nôtre…

Les méthodes

Puisque l’ancien partage de la planète entre sociologues et ethnologues n’existe plus aujourd’hui, qu’est-ce qui fait la spécificité de l’ethnologie ? Pourquoi s’est-elle maintenue comme discipline autonome, sans fusionner avec la sociologie ?

Cette spécificité, ce sont les méthodes d’enquête. Forgées autrefois auprès de petits groupes traditionnels et exotiques, elles ont été conservées dans l’étude des sociétés modernes.

Les Lapons et les sourds sont deux groupes humains très différents l’un de l’autre. Mais les méthodes que j’ai pratiquées auprès des sourds sont les mêmes que celles que j’avais pratiquées auparavant pendant près d’un quart de siècle chez les Lapons.

Quelles sont ces méthodes ?

Pour nommer ce qu’ils font, les ethnologues ont forgé l’expression d’ « observation participante » : observer directement ce qui se passe, sans passer par le biais d’interviews ou de questionnaires comme font beaucoup de sociologues, et participer à toutes les activités du groupe étudié.

Apprendre la langue lapone, accompagner les éleveurs auprès des troupeaux, participer aux tâches de l’élevage (apprendre à capturer des rennes sauvages au lasso, ce qui me laisse de drôles de souvenirs… descendre un grand mâle du haut d’une montagne jusque dans la vallée en traversant des bois…) : voilà, entre autres, ce qu’est l’observation participante dans le cas des Lapons. Quand on a participé soi-même à toutes les techniques de l’élevage, c’est évidemment beaucoup plus facile de les décrire dans des livres.

Dans le cas des sourds, j’ai commencé par aller dans tous les lieux les plus faciles d’accès : banquets, fêtes, réunions d’associations, manifestations, etc. Le regretté Jimmy Leix m’avait donné le nom-signe « PARACHUTE », parce que partout où il allait, par un exemple le dimanche matin à une association au fin fond de la banlieue parisienne, j’étais là…

Petit à petit, l’ethnologue se fait des amis, et il franchit « le mur du privé » : il est invité dans les familles, il invite ses amis sourds chez lui ; puis les amis des amis, et ainsi de suite.

J’ai évité de rencontrer tout de suite les personnalités très connues, les élites sourdes, j’ai voulu d’abord m’immerger dans le monde de ce qu’on appelle les « sourds simples », les « sourds de base », les « sourds des foyers ». Parce que les élites sourdes ont réfléchi par elles-mêmes, ont milité pendant la période du réveil sourd, et je voulais éviter d’être influencé avant de m’être moi-même fait une idée de ce qu’est le monde sourd. Naturellement, ces personnes je les ai rencontrées plus tard et elles m’ont beaucoup apporté.

La méthode consiste à observer ce qui se fait et ce qui se dit entre sourds, sans intervenir, sans poser de questions. « Être là ». J’ai toujours posé le moins de questions possibles, pour ne pas avoir de réponses toutes faites, ou des réponses déformées par le fait que c’étaient justement des réponses à une question. Je notais tout sur un petit carnet que j’avais toujours dans la poche de ma veste, et c’est devenu mon nom-signe : « Celui qui prend des notes ».

Je prends un exemple, le concept de « culture sourde ». Il serait tout à fait puéril de poser aux sourds la question : « c’est quoi pour vous, la culture sourde ? » Seul un étudiant de première année ou de très mauvais ethnologues pourraient faire cela.

La notion de culture sourde est un concept abstrait, qui ne peut être dégagé qu’à partir d’un très grand nombre d’observations concrètes. C’est seulement lorsque l’on a fait toutes ces observations, ce qui peut prendre plusieurs années, que l’on peut essayer de construire une définition de la culture sourde : « l’ensemble des manières de penser et de faire, des symboles, des rituels et des savoirs que les sourds se transmettent de génération en génération ». Naturellement, chaque mot de cette définition doit être repris pour montrer son contenu :

– représentations opposées à celles des entendants. Notamment pour ce qui concerne la transmission héréditaire de la surdité : pour les entendants, être  né sourd est une chose affreuse, mais avoir en plus des enfants sourds est encore pire. Pour les sourds, c’est le contraire, pour une raison simple : les cas de transmission replacent la surdité dans la normalité de l’espèce humaine : l’enfant sourd a des parents sourds, la langue des signes est sa langue maternelle, exactement comme l’enfant qui est lapon parce qu’il a des parents lapons et que la langue lapone est sa langue maternelle.

– les rituels de présentation, à l’opposé de ceux des devenus-sourds ;  les noms-signes ; l’humour…

– surtout, le fait de définir les entendants et les sourds non par rapport à l’audition mais par rapport au mode de communication… Pour les entendants, les sourds ont quelque chose en moins, ce sont des déficients ; pour les sourds le monde se partage en deux catégories égales en dignité, ceux qui parlent en faisant bouger leurs lèvres et ceux qui parlent avec leurs mains et leurs corps.

J’ai appris beaucoup de choses sur les sourds avec les histoires drôles qu’ils racontent…  Mais on ne peut pas prendre un sourd dans un coin et lui dire « raconte-moi des histoires drôles »… Non, il faut être présent dans les lieux où les sourds se rencontrent, par exemple dans les banquets où, à la fin, les histoires drôles sont un rituel presque obligé.

J’ai beaucoup appris aussi en accompagnant des amis sourds à l’hôpital. Naturellement, les sourds peuvent être intarissables sur ce sujet ; mais rien ne remplace l’observation directe.

Quelques bonnes âmes s’étonnent que je n’utilise pas la vidéo : mais ce serait exactement le contraire de la méthode ethnologique ! Lourdeur, manque d’intimité, coupé de la vie quotidienne, etc. Des informations très importantes ont été recueillies au café, dans des repas au restaurant, et même au cours de voyages en voiture ! Et j’ai recueilli aussi beaucoup de confidences personnelles, parfois délicates, qu’on ne m’aurait évidemment pas livrées si j’avais été assez stupide pour vouloir les enregistrer en vidéo…

C’est exactement pour les mêmes raisons que je n’ai jamais  utilisé de magnétophone chez les Lapons. Mon carnet de notes a toujours suffi.

Dans la catégorie de l’observation participante, je mets aussi ma participation à des entreprises collectives, à l’initiative d’associations de sourds :

– Des brochures éditées par des associations : la vie de Berthier à l’association CLSFB, Massieu pour l’association des sourds de Lille, recherches pour l’association des sourds de Limoges (brochure pour le centenaire de leur association).

– Journées de formation.

– Ce dont je suis le plus fier est d’avoir permis à un sourd, Armand Pelletier, d’être publié dans la prestigieuse collection « Terre Humaine », et où notre livre se trouve à côté des noms célèbres que j’ai cités tout à l’heure.1

– J’ai ensuite publié avec Yvette, son épouse, un dictionnaire des signes du quartier des filles de l’institution de Chambéry.

– Et j’ai beaucoup travaillé pour préparer un musée d’histoire et de culture des sourds qui est maintenant ouvert à Louhans (Saône-et-Loire)2

Ethnologie, histoire et linguistique

J’ai signalé en préambule que le mot « ethnologie » ne figurait pas dans l’intitulé de cette journée. Mais d’autres mots, « histoire », « linguistique » y figurent, que je ne rejette pas du tout, bien au contraire.

L’ethnologue est une sorte d’homme à tout faire des sciences humaines. Tout ethnologue doit être en même temps historien, parce que ce qu’il observe aujourd’hui et maintenant est le produit d’une histoire qu’il doit connaître pour séparer ce qui existe depuis très longtemps de  ce qui est le produit d’une évolution récente. Arrivé chez les sourds en 1994, c’est-à-dire à la fin de l’époque du « Réveil sourd », il était essentiel de savoir si ce que j’observais était le produit d’une longue histoire, ou au contraire, quelque chose d’apparu récemment dans le cadre d’un mouvement de révolte contre l’état de choses existant.

Par exemple le concept de « faux sourd », c’est-à-dire de « sourd qui pense comme un entendant » et qui est utilisé pour délimiter la communauté sourde… C’est un concept critique qu’on aurait pu croire apparu pendant le réveil sourd. Or, Laurent Clerc, qui brillait dans les salons, qui dans son enseignement n’utilisait pas la langue des signes mais le français signé, etc. était déjà qualifié de « faux sourd » à son époque avant son départ en 1816 pour l’Amérique.

Il en va de même pour la vision du monde partagé en deux, non en fonction de l’audition, mais du mode de communication. C’est quelque chose qui est permanent depuis deux siècles dans l’histoire des sourds :

Voici tout d’abord comment cela se traduit dans une blague sourde d’aujourd’hui :

Des sourds viennent de fonder une nouvelle association pour apprendre la langue des signes aux entendants. Le premier niveau est baptisé cours pour déficients gestuels profonds. Le second niveau est destiné aux déficients gestuels sévères, le troisième aux déficients gestuels moyens, le quatrième étant réservé aux déficients gestuels légers…

Cette histoire crée, le temps d’un instant, un monde dont le centre de référence a changé. La surdité n’est plus définie en fonction de critères physiologiques, mais de capacités langagières. Normalité et anormalité ont échangé leurs places.

Or, voilà ce que l’on pouvait lire dans le compte-rendu du premier banquet sourd, celui de 1834 :

« Deux parlants seulement avaient obtenu le rare privilège d’assister à cette fête étrangère ; c’étaient M. Eugène de Monglave (un entendant ami de Berthier), parlant leur langue, initié aux us et coutumes de la nation, et M. Maurice, rédacteur du journal le Temps, homme incomplet, infortuné privé de la parole mimique, paria de cette société, obligé de recourir au crayon pour entrer en conversation avec les héros de la fête. Une expression d’ineffable pitié se lisait dans tous les traits à son approche. Le malheureux, disaient les heureux du moment, il ne pourra pas se faire comprendre. »

Les mots en gras sont soulignées dans le texte d’origine.

Voilà donc un exemple de représentations collectives qui sont là depuis deux siècles.

Si l’ethnologue doit se frotter à l’histoire, il doit aussi être plus ou moins linguiste puisque tout ce qui existe dans une culture se dit au moyen de la langue.

J’ai ouvert un champ de recherche complètement nouveau, l’étude des origines et de l’histoire de chaque signe, autrement dit son étymologie, avec un gros dictionnaire paru en 2007.

Là, je me suis heurté à un obstacle que je n’avais pas prévu : aujourd’hui, la grande majorité des signes qui étaient utilisés en France il y a encore peu de temps demeurent inconnus… Il existe seulement 4 recueils de signes régionaux, qui ont été réalisés à l’époque du Réveil sourd : Chambéry, Poitiers, Le Puy et Saint-Laurent-en-Royans. Ce dernier a été réalisé en 1979 avec le concours d’André Minguy, que j’ai le grand  plaisir de voir aujourd’hui à mes côtés.

Je fais un rêve : que les sourds s’appuient sur l’exemple de ce que l’ethnologue a fait pour aller plus loin… Les sourds, par l’intermédiaire de leurs associations, forment un réseau qui couvre tout le territoire français. Ils pourraient jouer un rôle irremplaçable dans le recueil de choses jusqu’ici inconnues. Dans le domaine historique – je viens de terminer l’écriture d’une encyclopédie historique de toutes les écoles depuis le 18e siècle. Documentation immense, que la vie entière d’un chercheur ne suffirait pas à réunir. Les sourds pourraient aller consulter les archives communales dans les régions où il y a eu de petites écoles. C’est un travail qui n’est évidemment pas à la portée d’un seul chercheur.

Dans le domaine linguistique également, des sourds pourraient recueillir les vieux signes qui sont en train de disparaître. C’est quelque chose qui me tient beaucoup à cœur. Les signes se répartissent en familles, comme les familles de mots. Tout signe de province non encore recensé est susceptible d’apporter des lumières sur d’autres signes de la même famille, etc.

Je pourrais citer des centaines d’exemples qui sont dans mon Dictionnaire étymologique publié en 2007, je me contenterai d’un seul : le signe CHOU de l’ancien quartier des filles de Chambéry, un signe que m’a montré Yvette Pelletier et qui a priori est plutôt mystérieux :

delaporte signe

Le signe « Chou » à Chambéry

L’explication apparaît quand on apprend que le chou était un légume peu apprécié par les élèves, un légume qu’on mangeait pendant la période de carême, le carême étant représenté par la fermeture de la bouche. C’est cette fermeture de la bouche qui est représentée par le signe CHOU.

Ce signe vient s’intégrer à l’importante famille des signes fondés sur l’abstention de nourriture pendant le carême chrétien. Ce signe chou vient donc enrichir, de manière très inattendue, une famille de signes que j’avais déjà repérée à partir de nombreux signes :

– SACRIFICE (croix sur le menton) qui signifie explicitement « jeûne » en LS belge et en LS italienne.

– Le signe parisien MARS. En province, j’ai rencontré le même signe pour nommer, selon les localités, le mois de FéVRIER ou le mois d’AVRIL. Cela m’avait paru très bizarre qu’un même signe puisse être utilisé pour l’un ou l’autre de ces trois mois. L’explication est toute simple : la date du carême chrétien est liée à Pâques qui est une fête mobile, le carême peut donc se dérouler, d’une année à l’autre, en février, mars ou avril…

– Le même symbole de la fermeture de la bouche retrouve également dans des signes qui se rattachent, comme le carême, aux idées d’obligation, de contrainte ou de résignation, comme PATIENCE (à Bourg-la-Reine, PATIENCE se fait comme LSF SACRIFICE) ou FORCER.

Si l’on connaissait tous les dialectes de la langue des signes française, on pourrait, comme dans cet exemple, regrouper tous les signes par familles. Au lieu de milliers de signes qui apparaissent isolés, disparates, sans lien entre eux, on pourrait les regrouper en familles, comme la famille qui découle du carême.

Ce serait quelque chose de fantastique, qui ferait énormément avancer la connaissance de la structure de la LSF, mais qui a malheureusement peu de chances d’être réalisé puisque l’on voit aujourd’hui tous les vieux signes disparaître sans que personne ne se soucie de les photographier.

Vers l’année 170 avant JC, Caton l’Ancien terminait tous ses discours par les paroles Delenda Carthago, « il faut détruire Carthage ». Carthage, au nord de l’actuelle Tunisie, était alors une cité rivale de Rome. L’expression est utilisée lorsqu’on est obsédé par un projet.

Eh bien, moi, je termine tous mes articles et toutes mes conférences, et je le ferai encore aujourd’hui, par Signa colligenda, c’est-à-dire « il faut recueillir les signes » !

_________

1  Moi, Armand, né sourd et muet, collection Terre Humaine (Lien)

2 Musée d’Histoire et de Culture des Sourds (Lien)

 


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une réflexion au sujet de « Un ethnologue chez les Sourds »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *