Avant le Réveil Sourd, que s’est-il passé ? – Conférence de Yann Cantin, 3 décembre 2014 –

Yann Cantin

Yann Cantin

Introduction 

Dans la recherche historique des Sourds, le Réveil Sourd fait référence à la période des années 1970-1990 où la communauté sourd prend progressivement conscience de sa spécificité culturelle, et des actions afin de défendre, dans un premier temps, puis de promouvoir l’usage de la langue des signes française.

Or, le « Réveil Sourd » concerne principalement la France, et dans une moindre mesure, les pays francophones limitrophes. En effet, le déroulement de cette période diverge fortement en fonction des pays, ce qui fait qu’il n’est pas généralisable à tous les pays, du fait des spécificités culturelles, et sociales propres à chaque pays.

Ainsi, en France, quand la référence du « Réveil Sourd » s’est répandu au sein de la communauté sourde, dans les années 1990, et plus particulièrement depuis une dizaine d’années, cette période semble atteindre une fin, ouvrant la voie à une autre période historique encore peu précisée.

Ce qui est intéressant du point de vue historique, mais également culture, c’est que la période qui a précédé le Réveil Sourd a été tout simplement occultée, oubliée.

Par analogie, on pourrait considérer cette analyse avec l’Histoire dans le sens général. En effet, la Renaissance suit le Moyen-Age, et pour les penseurs de la Renaissance, le Moyen-Age représente une période sombre qui disparaît dans la lumière de la Renaissance.

Extrait projection

Extrait projection

Cette brève interprétation se retrouve également au sein de la communauté sourde où justement, la période qui a suivi le congrès de Milan, en 1880, est souvent considérée comme une période sombre. Un grand nombre de militants, pour ne pas dire tous, usent des termes comme « sombre, triste, déclin, oppression ».

Ces termes se retrouvent dans les écrits des penseurs de la Renaissance, et des périodes postérieures qui considèrent le Moyen-Age en ces termes. La naissance du terme « Gothique » se repose sur l’esprit dit barbare, des goths. Or, pour les penseurs de la Renaissance, les Goths représentent ceux qui ont mis à bas la pensée Antique, la pensée par excellence de la civilisation.

Donc, pour les militants sourds, cette analogie se retrouve, et est de plus renforcée par l’origine géorgaphique de la méthode orale pure adoptée à Milan. Ainsi, pour les militants Sourds de la Belle Epoque, la méthode orale est une méthode barbare, gothique, issue des contrées barbares de l’Allemagne. Et ensuite, de nos jours, encore, le caractère considéré comme barbare, non civilisé, de l’oralisme est ainsi vu par de nombreux militants du Réveil Sourd. Par conséquent, la recherche historique est fortement influencée par cette interprétation de la période des années 1880-1970, soit un siècle, qui est vu comme le « siècle sombre ».

Or, le Réveil Sourd plonge ses racines dans cette période fortement méconnue du « siècle sombre » qui n’est sombre que de nom.

Les origines

Les racines du Réveil Sourd plongent à la Belle Epoque, à une période où la remise en question de la place de la langue des signes a conduit à son bannissement du programme éducatif, et surtout de la critique de son usage au quotidien.

Or, cette critique semble s’accroître au fil des années, à partir des années 1930-1940, avec la disparition des derniers défenseurs de la langue de signes, comme Henri Gaillard qui meurt en 1939, un mois avant le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale.

La disparition de la génération de la Belle Epoque laisse un grand vide au niveau associatif, ce qui a conduit à un fort flottement des associations, et de la disparition des initiatives entamées dans les années 1900 comme le Foyer des Sourds, à Paris, qui est plongé dans une crise financière.

Or, les années 1940-1950 se caractéristiquent par une sorte de redistribution des cartes au niveau associatif avec une nouvelle orientation du mouvement associatif. Les derniers mentions en faveur de la langue des signes, et surtout, de la mémoire des personnalités brillantes tels que Ferdinand Berthier datent des années 1930. Le centenaire de l’Association amicale des Sourds-muets de la Seine, en 1934, fait mention de Berthier.

Extrait projection

Extrait projection

Or, dans les années 1950, on assiste, de moins en moins, de mentions des années précédentes, et surtout, une augmentation progressive de la présence médicale, et surtout des traitements de la surdité, de l’éducation orale. Cette évolution se fait au détriment de la défense de la langue des signes qui s’est trouvée marginalisée dans les années postérieures à 1945.

Ce changement survenu correspond à la naissance des militants du Réveil Sourd qui n’ont jamais connu les vieux militants de la Belle époque qu’indirectement. Cette ignorance des période précédentes semble être l’un des éléments du Réveil Sourd, puisque la découverte, de ce que certains considèrent comme « l’Age d’Or », entraîne une forte prise de conscience, et surtout d’indignation face à ce qui est considéré comme une censure.

Les années 1960-1970

Or, on assiste à un sommet de ce que l’on peut qualifier d’épuration des réalisations de la Belle époque ente 1962 et 1970.

Après la disparition du foyer des Sourds de Paris dont le terrain est finalement vendu en 1947 à une entreprise de menuiserie, d’autres associations disparaissent dans les années 1960 : Alliance Républicaine Silencieuse, Salon des artistes sourds-muets, Association pour l’Avancement des sourds-muets, entre autres.

Ces associations ont toutes une caractéristique commune : celui d’animer la vie sociale et culturelle de la communauté sourde. Ainsi le dernier banquet organisé par l’Alliance Silencieuse daterait de 1963. Et depuis cette année-là, aucun banquet d’envergue ne semble être organisé au cours des années 1960 jusqu’aux années 1990, à Paris, à l’heure actuelle des recherches.

Les associations qui les remplacent s’orientent nettement sur la lutte contre la surdité, se plaçant même dans un registre de l’handicap, de la médecine. La fondation de l’UNISDA au début des années 1970 s’inscrit dans cette nouvelle orientation du mouvement associatif sourd.

Or, ce qui est frappant, c’est ce qui semble être une sorte de basculement des lignes directrices au cours des années 1950. La disparition de la Fédération des Sociétés de Sourds-Muets, fondée en 1894, et ravivée dans les années 1930, en 1959 laisse une place vide à une nouvelle fédération. Cette fédération est issu d’un courant, à l’origine marginal, mais qui dispose d’un soutien fort des directeurs d’établissements.

L’Union Nationale des amicales d’anciens élèves des institutions des sourds de France, fondée en 1949 se lie avec le Comité national des sociétés silencieuses de France et d’Outre-mer (fondée en 1955) pour donner naissance à la Confédération Nationale des Sourds de France, elle-même fondatrice de l’UNISDA en 1975. La CNSF absorbe les deux associations précédemment citées en 1972, or la fondation de la CNSF correspond à la période de la disparition de la plupart des associations parisiennes fondées à la Belle Epoque.

Cette conjonction illustre une nouvelle orientation associative en faveur de l’Handicap, au détriment de l’aspect culturel. C’est également la période où justement, la langue des signes perd ses derniers défenseurs.

Par une situation intéressante, en 1960, William Stokoe publie un article sur l’American Sign Language, où il fait noter que cet ensemble de geste présente les caractéristiques d’une langue à part entière. Cet article marque un nouveau jalon historiquement crucial puisqu’il marque l’intérêt des universitaires sur la question de la langue de signes. Or, l’intérêt des universitaires semble avoir perturbé les membres de la communauté sourde qui s’en étonnent.

La surprise

Extrait projection

Extrait projection

Ainsi, Stokoe, Mottez, et bien d’autres chercheurs, et de même Delaporte se sont intéressés à cette communauté spécifique au point de faire susciter de profonds interrogations parmi les membres de la communauté qui ont été les informateurs, que ce soit au niveau de la langue, ou au niveau de la sociologie et de l’anthropologie. N’oublions pas également l’impact des voyages à l’université Gallaudet entre 1977 et 1979 qui ont véritablement marqué le début du Réveil Sourd.

Ce qui est important, c’est qu’entre 1930 et 1970, les membres de la communautés ont été confrontés à un dénigrement important de leur langue, et à une absence que l’on peut qualifier de total d’intérêt. Les témoignages de ceux qui ont vécu durant cette période se rejoignent sur un point : les associations dites militantes ne s’intéressaient pas à la défense de la langue des signes, et les associations sportives se contentent d’organiser les rencontres sportives.

Cette différence est flagrante avec le foisonnement associatif de la Belle Epoque, où la culture dispose d’une place essentielle, et dont les débats sur la place de la langue des signes ont été furieux. La conférence d’Albert Omnès, CODA, en 1937 est l’illustration de l’existence de ces débats. En effet, cette conférence vise à faire reprendre conscience aux sourds du danger des dérives sur la langue des signes, où l’on assiste de plus en plus à une sorte de français signé, et à des structures peu logiques, y compris une perte de vocabulaire. Omnès essaie, lors de cette conférence, de faire prendre conscience, sans succès.

D’autre part, le rôle écrasant d’André de Saint-Antonin, personnage de premier plan du mouvement associatif sourd des années 1950-1970 semble avoir entrainé deux évolutions contractitoires.

Tour d’abord, il a initié la disparition de la plupart des associations nées à la Belle Epoque dont les budgets ont été renversés, d’après les dires des témoins, à la toute nouvelle Confédération. Cette décision de faire disparaître semble répondre à une politique plus générale du mouvement des handicapés qui prend de l’essor au cours des années 1960, et dont la spécificité sourde présente un visage dérangeant de la différence culturelle.

Cela peut expliquer en partie pourquoi quasiment toutes les associations culturelles et artistiques ont disparu au cours des années 1960 et 1970, et de la disparition du Musée des artistes sourds située dans un local à l’INJS.

D’autre part, Saint-Antonin est un personnage extrêmement controversé, voire sulfureux d’après ce que disent la plupart des témoins de l’époque. Il semblerait que son mépris envers les Sourds qui continuent à noétomalalier serait l’un des aiguillons du Réveil Sourd. Une anecdote semble résumer la situation :

Saint-Antonin annonce qu’il est essentiel de participer à un gala d’importance d’une association d’handicapés. Des jeunes sourds, dont certains témoins, s’y rendent avec leurs plus beaux habits, se demandant le pourquoi de cette importance. Sitôt rendus, ils se trouvent dans une salle de concert, où l’on assiste à une représentation de musique classique. L’un des Sourds de l’assistance, incapable de se contenir, et s’ennuyant surtout, se met à faire des blagues « silencieusement », et l’agitation gagne rapidement toute l’assistance silencieuse.

Saint-Antonin se retourne et déclare qu’il faut se comporter comme il faut, et écouter le concert.

Cette déclaration serait inimaginable à la Belle Epoque, comme de nos jours. Or, elle est considérée normale dans les années 1960 où la norme est de se conformer à la société entendante.

La pression de cette conformité semble être l’une des causes du Réveil Sourd, où justement cette pression est devenue insupportable au point que certains, avec l’appui plus ou moins conscient des universitaires, se sont mués en des adversaires de l’oralisme et de la politique dite « conformiste » de Saint-Antonin.

Conclusion

Ce conformisme semble avoir progressivement étouffé la jeunesse de l’époque, et par conséquent, deux principaux facteurs ont conduit à l’avènement du Réveil Sourd.

Dans un premier temps, face à la disparition, et du déni même de l’existence d’une communauté sourde, la jeunesse de l’époque (née après les années 1930) qui n’a jamais connu les personnalités de la Belle Epoque, et donc du modèle initié par Ferdinand Berthier ressent une forte chape de plomb sur eux. Ainsi, se développe une certaine interrogation sur leur place dans la société. On comprend pourquoi le Réveil Sourd a été si soudain. Mais il a fallu un déclencheur déterminant.

Après l’étouffement, il y a la prise de conscience suite à l’intérêt porté sur leur communauté par les universitaires qui ajoute un ingrédient au mélange explosif qui a conduit au Réveil Sourd qui a été cette fois-ci soudain.

Cette réunion de deux facteurs a conduit à un développement de la communauté sourde au cours de la fin du XXe siècle. Ainsi, on peut penser que sans toute cette censure, déni et étouffement, il est peu probable qu’il y ait un Réveil sourd, de même s’il n’y avait pas d’interêt universitaire qui a sollicité des informateurs sourds, il n’y aurait pas de Réveil non plus.

On constate cela une corrélation d’événements qui ont conduit à l’apparition du Réveil Sourd. Et donc, comprendre la période antérieure au Réveil est plus que nécessaire pour comprendre la période 1970-1990 !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *