Archives de catégorie : Nos événements

Conférences du Dr Paddy Ladd « Comprendre la culture sourde : à la recherche du Deafhood » et « Pédagogies sourdes : le curriculum non reconnu » – EHESS, février 2017

Dans le cadre des divers séminaires organisés à l’EHESS, certains en partenariat avec l’université Jean Jaurès de Toulouse (« Surdité et langue des signes: analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques » qui a fêté ses 10 ans ; « Langue des signes et pratiques artistiques » qui court sur sa 2e année en partenariat avec l’université Jean Jaurès de Toulouse ; « Les Deaf Studies en question » organisé à l’EHESS au second semestre 2016-2017) et avec la participation du Programme Handicaps et Sociétés, le Dr Paddy Ladd a été invité à Paris pour donner une série de conférences et de rencontres.

Salle comble et acclamations du public pour accueillir le Dr Paddy Ladd

Paddy Ladd, né en 1952, est un activiste britannique multi-facettes au sein des communautés sourdes et en faveur des langues des signes, dont la  BSL (British Sign Language). Après avoir rejoint la communauté sourde vers l’âge de 20 ans, il étend son activité dans de multiples directions, professionnelles, associatives aussi bien qu’universitaires. Entre autres, il devient le premier présentateur du programme « See Hear » à la BBC dans les années 1980. En 1992, il est le premier non-américain à occuper la chaire en Deaf Studies à l’université de Gallaudet. Il soutient son doctorat en Deaf Culture à l’Université de Bristol, où il coordonne ensuite des programmes d’enseignement au sein du CDS (Center for Deaf Studies, qui est désormais fermé depuis 2013).

Les travaux de Paddy Ladd sont connus aussi bien dans le monde académique qu’au sein des communautés sourdes en particulier à la suite de la publication de son doctorat sous la forme d’un ouvrage de plus de 700 pages : Understanding Deaf Culture: In Search of Deafhood, Clevedon, Multilingual Matters, 2003. Comme il le soulignera au cours d’une de ses conférences, le Deafhood s’avèrera un concept voyageur, faisant l’objet de circulations transnationales et d’appropriations de la part de communautés sourdes de divers pays (voire même se trouvant décliné en objets dérivés tels qu’affiches, tatouages,etc.). Il est néanmoins peu connu en France, où les travaux de Paddy Ladd n’ont pour l’instant fait l’objet d’aucune traduction.

La modératrice Marie-Thérèse L’Huillier (CNRS) et Paddy Ladd

Cette série de rencontres était dès lors l’occasion d’ouvrir un espace à Paddy Ladd, familier des études sourdes telles qu’elles se font au Royaume-Uni, pour lui permettre de présenter ses travaux devant un public de plus d’une centaine de personnes.

Le lundi 6 février 2017, il a ainsi délivré une conférence sur le sujet du Deafhood durant 3h dans un amphithéâtre de l’EHESS plein à craquer, et dont l’accessibilité à tous quelle(s) que soi(en)t leur(s) langue(s) était rendue possible par un dispositif multiple d’interprètes LSI-LSF, LSF-fr et vélotypie. Et le lendemain, mardi 7 février, une nouvelle conférence de 3h lui a permis de développer les recherches qu’il effectue pour son prochain ouvrage portant sur les pédagogies sourdes.

Voici, en téléchargement libre, les transcriptions écrites et retravaillées à partir de la vélotypie :

Conférence du 6 février sur le Deafhood :
Transcription P. Ladd EHESS 6 février Deafhood

Conférence du 7 février sur les pédagogies sourdes :
Transcription P. Ladd EHESS 7 février 2017 Pédagogies sourdes

Nouveau séminaire à l’EHESS, « Sciences sociales et surdité: travaux en cours de jeunes chercheurs »

EHESS

EHESS

A l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale, un nouveau séminaire concernant les Etudes Sourdes est programmé en plus du traditionnel séminaire du lundi soir, « Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques. » dont le programme complet se trouve là.

Il s’agit du séminaire intitulé : « Sciences sociales et surdité: travaux en cours de jeunes chercheurs », dont le programme complet se trouve ici : le programme de février à juin.

Il aura lieu le, je cite Andréa BENVENUTO  » le 1° et 3° mardi du mois, de 10h à 13h (3 février, 3 et 17 mars, 7 avril, 5 et 19 mai, 2 juin et 9 juin). Salle 1, 190 Avenue de France, 75013 Paris.

Ce séminaire s’adresse principalement à des étudiants (master, doctorat) et post-doctorants engagés dans un travail de recherche en sciences sociales et humaines sur des questions relatives aux sourds, à la surdité et/ou à la langue des signes. Les séances s’appuieront sur la présentation et la discussion des travaux en cours de jeunes chercheurs sans distinction disciplinaire ni appartenance institutionnelle. Les enjeux et les problématiques mobilisées par la surdité interpellent les sciences humaines et sociales et convoquent à l’élargissement d’approches théoriques et disciplinaires et vise à la mise en réseau de chercheurs, particulièrement de jeunes chercheurs impliqués.

Langues du séminaire: LSF et français

Première séance le mardi 3 février 2015 – 10h à 13h – salle 1 au 190 Avenue de France, Paris 13ème

Interventions de:

Yann CANTIN – CRH, EHESS
Le mariage sourd à la Belle Époque, norme ou exception ?

Mathilde VILLECHEVROLLE – CERSES, Paris Descartes.
L’écriture de l’histoire des Sourds

Inscriptions par mail à Ruth.Kitchen@ehess.fr

Andrea Benvenuto. Maître de conférences à l’EHESS
Ruth Kitchen. Post-doctorante, PHS-EHESS »

Ce séminaire permettra donc aux jeunes chercheurs des Etudes Sourdes de pouvoir comparer leurs points de vues, et donc de leurs réflexions respectives. J’ose espérer que du bien en ressortira !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Compte-rendu Journées d’études « Deaf Studies/Deaf History », EHESS, 26-27 novembre 2012.

Journées d’études Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?

Compte-rendu établi par Yann Cantin

Un domaine de recherches en sciences humaines et sociales s’est développé depuis la fin des années 1960 aux Etats-Unis : les Deaf Studies, en français provisoirement « Études Sourdes ».

 Ces deux journées d’études avaient pour thème Deaf Studies et Deaf History: quelles épistémologies?

 Ce domaine de recherche s’est progressivement implanté dans le monde anglo-saxon, sur la vague des Cultural Studies et des recherches se concentrant sur des populations spécifiques ayant l’expérience de l’exclusion, du stigmate, des spécificités culturelles et constituant, au sein des universités, des départements de recherches et d’enseignement propres . Il s’est également implanté en Europe, plus particulièrement en Allemagne avec la fondation de l’institut de recherche, Institut für Deutsche Gebärdensprache und Kommunikation Gehörloser à l’université d’Hambourg et le centre Deaf Studies à l’Université de Bristol.

 La question a été de savoir si ce domaine de recherches peut être transposé en France ? La première difficulté est l’organisation spécifique du monde universitaire français qui est relativement inadéquate pour la mise en place d’un département d’études spécifiques. (Néanmoins cela n’est pas impossible). La deuxième difficulté est que pour être efficaces, les Études Sourdes nécessitent une recherche transdisciplinaire, regroupant des chercheurs d’horizons différents, du linguiste jusqu’au sociologue, avec pour point commun la langue des signes et le sourd.

 Les différentes interventions au cours des deux journées ont permis de faire comprendre un point essentiel des Études Sourdes : penser à l’aspect humain de la vie du sourd, et à la place primordiale de la langue des signes dans la vie des sourds. Cette langue se retrouve au centre des préoccupations des chercheurs, par son impact dû à son côté exceptionnel, et par sa spécificité linguistique.

 Le premier jour, après un exposé sur l’histoire des Deaf Studies, et des courants qui la constituent, les présentations se sont concentrées sur le côté sociologique, anthropologique et culturel de la vie du sourd, de l’influence de la langue des signes, et de la place du sourd dans la société française.

 Le deuxième jour, la question se concentre plus sur l’histoire de la communauté sourde, de sa place dans la société française, citant au passage (cela a été l’objet d’un intervention) quelques éminents personnages de l’histoire française qui ont eu des liens étroits avec les sourds. Puis, il a été question d’une analyse critique et historique des discours médicaux autour de la surdité, discours qui souvent ne reconnaissent pas l’existence d’une communauté sourde, communauté qui de ce fait balance entre reconnaissance et rejet.

Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques.

 Surdité et langue des signes :
analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques. 

Andrea Benvenuto, chargée de mission à la MSSH, Université Paris 8
Alexis Karacostas, psychiatre, Hôpital La Salpêtrière

1er et 3e lundis du mois de 19 h à 21 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 5 novembre 2012 au 3 juin 2013. 

Séminaire interprété en LSF/français

Dans le prolongement du programme initié l’année dernière et centré sur l’étude des conditions politiques, historiques et philosophiques d’émergence et d’installation du projet pédagogique de l’abbé de l’Épée (1712-1789), le séminaire de cette année s’attachera à étudier les déplacements produits au XIXe siècle sur le traitement de la surdité, des sourds et de la langue des signes. Jusqu’au XVIIIe siècle, la surdité jouait le rôle d’opérateur épistémologique interrogeant les fondements du langage, l’origine des connaissances et les frontières de l’humanité. L’enjeu pédagogique était que le sourd rejoigne un univers symbolique centré sur la dimension signifiante du corps physique. Au XIXe siècle, l’entrée des médecins dans les institutions de sourds met en jeu une appréhension différente de la surdité. L’univers auquel le sourd doit dorénavant avoir accès n’est plus centré sur la dimension signifiante mais sur la dimension sonore du corps physique. L’enjeu initial de faire parler les sourds pour leur rendre une place parmi les hommes se déplace. Les discours pédagogiques et médicaux réparateurs de la surdité font de la question du langage des sourds un problème d’ordre pathologique. Si l’humanité des sourds n’est plus en question, leur «anormalité» est à l’épreuve du pouvoir normalisateur de la médecine et des pratiques pédagogiques, pouvoir qui n’est pas resté sans effet sur les sujets qui en étaient la cible. Le pédagogue, le sourd et le médecin n’ont été ni totalement investis par la norme médicale réparatrice de la surdité, ni totalement désinvestis par elle. À des degrés divers, chacun a contribué à l’édifier et chacun a pu s’y opposer. Les deux grands discours qui ont organisé et organisent encore les savoirs concernant les sourds se mettent en place : le discours de la déficience, de nature médico-pédagogique, centré sur l’oreille défaillante et l’enseignement de la parole orale, et le discours socio-anthropologique de la différence, centré sur la langue des signes et la culture sourde. Le croisement qui se produit entre médecine et éducation dans les institutions de sourds au XIXe siècle rend solidaires les effets de la médecine de l’oreille et le processus de subjectivation des sourds. Ce séminaire s’attachera à étudier ce croisement ainsi qu’à analyser les modes de résistance et d’organisation collective des sourds.

Dans une démarche interdisciplinaire, nous solliciterons des intervenants œuvrant sur les terrains de l’anthropologie du corps et de la santé, de l’histoire de la médecine, de la philosophie et de l’histoire, ainsi que les spécialistes de l’histoire de l’éducation des sourds.

Adresse électronique de contact et d’inscription :
alexis.karacostas@wanadoo.fr
Marie.Coutant@ehess.fr   et/ou Andrea.Benvenuto@ehess.fr

PROGRAMME 

5/11/12 : Introduction par Alexis KARACOSTAS et Andrea BENVENUTO.
Thierry GINESTE , psychiatre

Le Dr J.M.G. Itard, le sauvage de l’Aveyron et les débuts de la psychiatrie de l’enfant (titre provisoire)

19/11/12 : Harlan LANE. Professeur émérite, Université Northeastern, EUA
Autour de: The People of the Eye: Deaf Ethnicity and Ancestry (2011), H. Lane, R. Pillard, U. Hedberg (eds.), Oxford University Press. 

 

3/12/12 : Alexis KARACOSTAS. Hôpital La Salpêtrière, Paris.
Fragments de “glottophagie”. Ferdinand Berthier et la naissance du mouvement sourd en France.

17/12/12 : François LEGENT, professeur. Membre de l’Académie nationale de médecine Les soins médicaux aux sourds-muets en France au XIX siècle. Naissance de l’otologie moderne. 

7/01/13 : Mathilde VILLECHEVROLLE. Doctorante à l’Université Paris-Descartes.
Le discours médical « oraliste » : principales étapes du débat scientifique sur les sourds au XIXe siècle

21/01/13 : Rafael MANDRESSI. Centre Alexandre Koyré, CNRS-EHESS.
Médecine, sensibilité et sensorialité aux XVIIIe et XIXe siècles 

4/02/13 : Didier SEGUILLON. Université Paris Ouest Nanterre.
De l’art de prévenir et de corriger à celui de faire entendre : l’éducation de l’écolier sourd dans la première moitié du XIXe siècle. 

4/03/13 : Florence ENCREVÉ. Professeur associée. Université Paris 8.
La famille des sourds-muets (1830-1870)

18/03/13 : Sabine ARNAUD. Max Planck Institute for the History of Science, Berlin.
La Surdité, une question de médecine ou de pédagogie? Pratiques, publications et réception du Docteur Alexandre-Louis-Paul Blanchet au 19e Siècle

15/04/13 : Andrea BENVENUTO, chargée de mission à la MSSH, Université Paris 8
La « nation sourde » et les banquets des sourds-muets au XIX siècle

3/06/13 : Yann CANTIN. Doctorant en histoire. CRH-EHESS
L’activité artistique et militante des sourds dans la deuxième moitié du XIX siècle.  

17/06/13 : Andrea BENVENUTO, chargée de mission à la MSSH, Université Paris 8 et Christian CUXAC, Université Paris 8.
La langue des signes entre « besoin physiologique du sourd-muet » et « interdiction ». 1880, Milan et les colloques d’enseignants et de médecins.

Source : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/62/

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter