Archives de catégorie : Textes d’interventions publiques

Réflexion sur l’absence de véritable travail de correspondance lexicale entre la LSF et le français

Voici donc le texte qui a servi de base à mon intervention au Congrès Mondial de Traductologie, qui a eu lieu à Nanterre cette semaine (semaine du 11 au 14 avril 2017).

Je précise que je difusse ce billet pour qu’il puisse servir de base de réflexion aux recherches entourant la traductologie, mais également tout ce qui concerne le noétomalalien français C’est pourquoi je le public ici, dans ce carnet consacré aux Etudes Sourdes (Deaf Studies) dont j’ai ouvert les portes à un collectif, afin de faire vivre ce carnet.

Donc, dans le droit fil de cet esprit, je vous fais part de mon intervention. Attention, il y a des différences entre mon intervention réelle et ce texte, néanmoins, mon esprit et ma réflexion y sont dedans. Les projections y sont insérées.

Bonne lecture donc ! Et bonne réflexion !

(Pour information, les images de signes proviennent de l’Iconographie de Pélissier (1856), et les autres sont issues de l’Internet, en guise d’illustration dont je n’en suis pas l’auteur.)

Réflexion sur l’absence de véritable travail de correspondance lexicale entre la LSF et le français.

Page 1 du powerpoint

Etant Sourd, et donc usager d’interprètes en langue de signes, j’ai eu régulièrement droit à des demandes de signes appropriés pour des termes en français évoqués. Ces questions montrent que l’interprétation depuis une langue linéaire, parlée ou écrite, vers une langue tridimensionnelle, qui puisse évoquer l’espace et le temps en même temps n’est pas une partie aisée.

Néanmoins, je constate, avec ces questions de termes, une sorte d’exaspération de la soi-disant pauvreté de la langue des signes. Certaines personnes évoquent que l’une des plus grandes difficultés de l’exercice d’interprétation, c’est de pouvoir franchir cette « pauvreté lexicale » dans la langue des signes. Cependant, cette « difficulté » fait considérer la langue des signes comme une langue pauvre, limitée, qui peine à être vue comme une langue à part entière.

Qu’est-ce donc cette pauvreté lexicale dans la langue des signes ?

Le choix des termes ou l’obsession du signe

Avant de répondre directement à cette question, comment procéder dans la traduction/interprétation ? Basiquement, il s’agit de comprendre/trouver les termes appropriés dans les deux langues, afin de pouvoir véhiculer le sens/message dans les deux sens. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Séminaire Deaf Studies en question du 7 mars 2017- Intervention de Yann Cantin –

Remarque : Ce texte n’ayant pas été présenté tel quel lors du séminaire Deaf Studies en question à l’EHESS. Il y a donc eu des différences entre le « prononcé » sur place, et ce qui est écrit ici. Ce texte est ici mis en ligne pour susciter une réflexion, un débat sur la question des Etudes Sourdes en France. (YC)

Émergence et développement des études sur les sourds et la langue des signes en France

Les évolutions des Etudes Sourdes en France
Yann Cantin (Université Paris 8)

Avant tout chose, voici ce que je suggère pour désigner dans notre langue les Deaf Studies . Il s’agit de Sourde Recherche, pour désigner de ce que l’on dit. Je fais cette proposition afin de désigner ce domaine de recherches, non pas dans la langue des Etats-Unis, mais dans la nôtre. Ceci reste encore à réfléchir, pour que nous ayons un terme pour la désigner.

L’émergence des Deaf Studies
Je vais commencer par le point de départ du développement de la seconde vague des Deaf Studies en France. Il s’agit des Journées d’Etudes des Etudes Sourdes et de l’Epistémologie Sourde, organisées ici à l’EHESS en 2012.

Ces journées d’Etudes ont directement influencé ce séminaire, il semble donc logique de commencer par ces dates pour explorer le processus de l’émergence et du développement de ce domaine de recherches en France. Le bilan de ces JE ont permis de comprendre qu’il y a de nombreuses recherches qui entrent directement dans ce domaine : ethnologie, sociologie, anthropologie, histoire, linguistique et bien d’autres encore.

Mais, ces recherches sont isolées les unes des autres. Cet isolement académique, alors que tous ont une relation : comprendre la communauté sourde, pèse fortement sur la pérennité de ces recherches. Peu de publications se font connaître, et surtout, ces chercheurs ne se connaissent pas ou mal entre eux. Le premier objectif de ces JE a été de tenter de créer, de construire une sorte de réseau entre ces chercheurs.

Les origines (1970-1995)
Cependant, cette JE se repose sur des racines plus anciennes, datant des années 1970 avec Bernard Mottez. Il semble bien que c’est lui qui ait amorcé le développement des Etudes Sourdes en France en déclenchant toute une nouvelle réflexion autour de la langue des signes, et en important et traduisant le terme ASL vers la LSF. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Langue des signes, noétomalalies etc… Quelles origines ? – Intervention de Yann Cantin

— Texte de l’intervention de Yann Cantin à l’International Visual Theatre, 

Table ronde sur le Rayonnement de la LSF du jeudi 13 octobre 2016 — 

(Seul le noétomalalié fait foi, ce texte est une illustration de ce que j’ai dit sur place, un article présente des extraits de mon intervention ici)

Quelque soit le nom que l’on lui donne en français, qui a énormément varié au cours du temps, cette langue connait une constante depuis deux siècles.

Pour la définir, il suffit d’un signe.

Comment décrire ce signe en français ? Quel est le mot adapté en français ? En 1889, Henri Gaillard suggère « noétomalalier » pour pouvoir décrire en un seul mot une action habituelle dans notre langue, ce qui est difficilement « écrivable » en français.

Cette réflexion sur un seul signe ne doit pas dissimuler une richesse historique incroyable de cette langue, aussi ancienne que le français, et qui a connu de profondes évolutions au cours du temps. Cependant, il reste très peu de traces historiques pour les périodes antérieures au XIXe siècle, et leur recherche commence tout juste depuis une dizaine d’années aux Etats-Unis et en France. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Sur la question des origines du noétomalalien français.

Texte d’intervention donnée par Yann Cantin dans les locaux de l’UMR 7023, Structures Formelles du langage, dans le cadre de la recherche sur la LSF (noétomalalien pour moi). Animé par Florence Encrevé et Marie-Thérèse l’Huillier, de l’équipe Langue des Signes et Gestualité, le 1er février 2016.

Ce texte fait suite à mes précédents billets et interventions sur la question des origines du noétomalalien, au Sign Language Group de l’Institut Jean Nicod.

Mon précédent billet sur la question des origines est ici.

Comme dit, seul le noétomalalié fait foi.
(à la place du prononcé)

Très bientôt, mon article sur la question des origines du noétomalalien sera publié par la revue Glottopol de l’université de Rouen. Cet article est beaucoup plus détaillé que ce texte de présentation. Je mettrai ici le lien dès sa parution.

Les origines du noétomalalien français, perspectives historiques

Introduction
La question des origines du noétomalalien français a fait l’objet de nombreuses discussions, de théories. Cependant, les recherches se concentrent essentiellement sur le XIXe et le XXe siècles, officiellement par manque de corpus des périodes antérieures.

L’enjeu de comprendre les origines du noétomalalien est justement de trouver ce qui a entraîné son apparition et son développement en tant que langue à part entière. Par conséquent, dans mon article à paraître prochainement dans la revue Glottopol, j’ai mis en évidence de l’absence de recherches approfondies sur les noétomalalies du milieu du XVIIIe siècle, et de la difficulté de transposer sur la France du XVIIIe siècle les exemples des langues apparues au Nicaragua et dans la tribu bédouine des Al-Sayyidd.

Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Avant le Réveil Sourd, que s’est-il passé ? – Conférence de Yann Cantin, 3 décembre 2014 –

Yann Cantin

Yann Cantin

Introduction 

Dans la recherche historique des Sourds, le Réveil Sourd fait référence à la période des années 1970-1990 où la communauté sourd prend progressivement conscience de sa spécificité culturelle, et des actions afin de défendre, dans un premier temps, puis de promouvoir l’usage de la langue des signes française.

Or, le « Réveil Sourd » concerne principalement la France, et dans une moindre mesure, les pays francophones limitrophes. En effet, le déroulement de cette période diverge fortement en fonction des pays, ce qui fait qu’il n’est pas généralisable à tous les pays, du fait des spécificités culturelles, et sociales propres à chaque pays.

Ainsi, en France, quand la référence du « Réveil Sourd » s’est répandu au sein de la communauté sourde, dans les années 1990, et plus particulièrement depuis une dizaine d’années, cette période semble atteindre une fin, ouvrant la voie à une autre période historique encore peu précisée.

Ce qui est intéressant du point de vue historique, mais également culture, c’est que la période qui a précédé le Réveil Sourd a été tout simplement occultée, oubliée.

Par analogie, on pourrait considérer cette analyse avec l’Histoire dans le sens général. En effet, la Renaissance suit le Moyen-Age, et pour les penseurs de la Renaissance, le Moyen-Age représente une période sombre qui disparaît dans la lumière de la Renaissance. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter