Conférence en l’honneur de Yves Delaporte – Compte-rendu –

Présentation 

Le 3 décembre 2014 s’est déroulé dans l’historique Salle des Fêtes de l’Institut National des Jeunes Sourds de Paris une conférence en l’honneur de Yves Delaporte, sur l’initiative de l’équipe d’études de langue des signes, du groupe de recherches LINGUAE de l’Institut Jean Nicod.

Cette conférence a pour objectif de rendre hommage aux travaux de Yves Delaporte sur la communauté sourde. Au moment où Yves Delaporte s’est intéressé à la communauté sourde, au début des années 1990, cette communauté a connu de profondes transformations internes consécutives au Réveil Sourd qui s’est déclenchée au milieu des années 1970.

Ainsi, ses observations font suite à celles de Bernard Mottez, et représente une analyse précieuse pour la compréhension d’une communauté particulière dans un contexte précis. Or, les travaux de Yves Delaporte servent souvent de fondement aux recherches postérieures, en Histoire et en Linguistique, notamment dans la branche de la linguistique historique afin de comprendre les évolutions de la langue des signes françaises et de ses origines.

La salle, prévue pour une centaine de personnes, a été rapidement pleine. Ce public, constitué à la fois des chercheurs, des étudiants, et d’autres personnes, membres ou non de la communauté sourde, a porté d’intérêt aux interventions et aux discussions entourant les travaux de Yves Delaporte, du témoignage de André Minguy, et de la question de la période historique entre les années 1880 et 1980. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La distance face au sujet d’étude …

— Par Yann Cantin

Le texte original se trouve ici 

La réflexion de la méthodologie revient de temps en temps, tout au long de la thèse. Me voici arrivé au terme de ces quatre années particulières. Mais, il existe une réflexion qui semble ne pas arriver jusqu’au bout, évoluant en fonction du contexte, des sujets d’étude, et même des parcours personnels.

Comment, étant Sourd et souvent impliqué dans des causes en lien, non pas avec la surdité, mais dans la préservation du noétomalalien, et de la communauté sourde, trouver une certaine distance avec les sujets d’étude dont la situation présente une forte proximité avec la sienne ?

La réflexion

La réflexion

Cette réflexion s’impose nécessairement puisque l’analyse d’une étude, le fait de mener une recherche en sciences humaines peut être fortement biaisée par cette proximité en question. Ce biais dont être pris en compte, chaque chercheur en sciences sociales et humaines en est clairement conscient. Mais, comment le prendre en compte ?

Répondre à « comment » s’avère bien plus difficile que l’on pense, et surtout, il n’y a pas une réponse toute faite, puisque chacun doit justement prendre en compte de ce biais en fonction du vécu, des objectifs de la recherche, et surtout, de déterminer la distance face au sujet d’étude.

Comme le dit un chercheur anglais, Mike Gulliver, la différence entre l’académique et le militantisme s’opère sur l’instant présent. Le militantisme est une réponse à des besoins immédiats, alors que la recherche s’inscrit dans un temps plus long et dans une réflexion plus globale.

C’est ce positionnement-là qui permet justement de différencier par rapport au sujet d’étude. Or, une recherche académique pure et froide ne permet pas justement de comprendre le degré d’humanité, la compréhension des parcours de chacun. Ainsi, l’objectivité n’implique pas une recherche froide, mécanique, mais justement de prendre conscience  de l’existence de ce biais, et d’adapter la recherche afin que ce biais impacte le moins possible le résultat final.

Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le Noétomalalien est-il une langue ? Réponse à Alain Rey

Le magazine Dossier pour la Science de Janvie-Mars 2014, n°82,  a diffusé un dossier spécial consacré à la linguistique, et plus particulièrement sur le processus de la formation des langues, de leurs évolutions, et de ce qui en adviendra. Un excellent dossier en passant dont je recommande, n’étant pas linguistique, la lecture, d’autant qu’un chapitre est consacré à la naissance des langues des signes, sous le titre de « L’énigme du pharaon Psammétique ».

Ce dossier, dont il m’est difficile d’évaluer la pertinence et le contenu, brosse mes réflexions sur le processus qui a conduit à la naissance des différentes langues des signes, et que depuis un quart de siècle, les recherches linguistiques font découvrir de nouvelles communautés, à l’exemple de la tribu bédouine Al-Sayyid.

Je vous laisse découvrir le contenu qui est intéressant. Il y a des éléments dont je regrette, c’est qu’il n’a pas abordé les origines du noétomalalien français, de ses racines, sujet d’étude de prédilection, étant historien, afin de comprendre les origines des différentes communautés sourdes.

Or, à l’introduction, non pas de ce chapitre, mais de ce dossier, il se trouve un entretien avec Alain Rey, linguistique qui a contribué, entre autres, à la rédaction des dictionnaires Le Robert, intéressante à lire, mais, une paragraphe m’interpelle. Je vous le cite :

Plus importants socialement, les « langages de signes », que je préfère nommer « codes gestuels », sont indispensables à la socialisation des sourds-muets. Ils sont parfois considérés comme de vraies langues naturelles, même si de tels codes sont formés à partir des structures de langues naturelles préexistantes : on parle alors de codes subrogés (voir L’enigme du pharaon Psammétique, par M. Aronoff, page 38).

Cette partie m’interpelle de plus haut point, puisque ce fameux chercheur considère finalement que les recherches linguistiques menées depuis les années 1960 ne sont que des lubies de chercheurs, car les « langages de signes » ne sont que des codes… En tant que chercheur, je considère qu’il fait découvrir un débat entre ceux qui admettent le statut de langue, de ceux qui ne l’admettent pas. Avec cette déclaration, Alain Rey se positionne clairement du côté de ceux qui le nient. Je ne vais pas entrer dans un débat linguistique, au jargon spécifique dont je sortirai clairement perdant. Mais, il est nécessaire de s’interroger de la portée de cette déclaration d’une personnalité de la recherche qui balaie d’un revers de main toute une recherche internationale.

Historien spécialisé dans l’étude de la communauté sourde, je me suis souvent interrogé sur le processus de la formation des communautés avec cette question fondamentale : qui s’est formé en premier, la communauté ou le noétomalalien ?

Avec cette question, je n’ai pas encore de réponse pour l’instant, mais, au vu de l’article de M. Aronoff, (dont je recommande la lecture d’un autre article, plus complet The émergence of grammaire : Systematic structure in a new langage.), il semblerait, à l’exemple de la tribu Al-Sayyid, qu’il faille la présence de quelques sourds se rencontrant ensemble, et s’échangent mutuellement des gestes, et le temps passant, une langue s’élabore au fil des échanges. Or, c’est ce qui se passe exactement de la même chose pour les langues dites orales.

Or, prenons cet fait d’une perpective historique, en ce qui concerne la langue des signes française, qui est également, à l’égal du Latin, la langue mère de la plupart des langue des signes locales de notre planète. Pour que ce que le noétomalalien français s’élabore, et qu’il y ait une telle richesse, au point d’inciter leurs premiers usagers, les Sourds (notez le « s » majuscule) revendiquent le droit d’en user comme leur propre langue, une langue à part entière.

Je cite Ernest Dusuzeau, lors du congrès de Roubaix, en 1911, consacré à la question de l’éducation de l’enfant sourd :

Les Français, les Anglais, les Allemands, les Russes, les Chinois ont une langue à eux. 
Et nous en avons une aussi à nous, le langage des signes ! Et nous devons en être fiers et d’autant plus que c’est une langue universelle.

Quelle conclusion en tirer ?

Comment peut-on revendiquer fierté si ce n’est qu’un ensemble de codes gestuels peu élaborés, indispensables à la socialisation des sourds ? Pour cela, Desloges reste le meilleur exemple. En effet, né en 1742 aux environs de Tours, en France, il s’installe à Paris dans les année 1770, et y découvre par la même occasion le noétomalalien parisien (à distincter de celui en usage de nos jours). Son ouvrage, Observations d’un sourd et muet est une fenêtre précieuse sur la vie des Sourds de la première moitié du XVIIIe siècle, avant le développement des écoles de sourds.

Desloges déclare :

«Il ne se passe aucun événement à Paris, en France et dans les quatre parties du Monde, qui ne fasse la matière de nos entretiens. Nous nous exprimons sur tous les sujets avec autant d’ordre, de précision et de célérité, que si nous jouissions de la faculté de parler et d’entendre.»

A la lumière de cette affirmation, on constate que les Sourds de la période précédent le développement des écoles sur le modèle de l’abbé de l’Epée sont loin d’être isolés, exclus, et ignorants des événements du monde. Mais, alors, comment peuvent-ils avoir accès à ces informations, via les codes gestuels ? Deslgoes utilise les termes « autant d’ordre, de précisions et de célérité, que si nous jouissions de la faculté de parler et d’entendre. » Cette partie de la phrase est l’un des plus précieux indicateurs du degré d’élaboration du noétomalalien parisien qui est déjà élevée au moment de l’arrivée de l’abbé de l’Epée. Mais, ce n’est pas tout, puisque, encore avec Desloges :

« Semblable à un François qui verroit décrier sa langue par un Alemand (sic), lequel en saurait tout au plus quelques mots, je me suis cru obligé de venger la miène (sic) des fausses imputations dont la charge cet Auteur, et de justifier en même temps la méthode de Mr. l’Abbé de l’Epée, laquelle est toute fondée sur l’usage des signes. »

Cette revendication de défendre une langue critiquée de façon injuste par quelqu’un qui méconnait est déjà présente au XVIIIe siècle, et se trouve encore et toujours de nos jours. Or, si Desloges revendique ce droit, cela démontre d’une nette conscience de la spécificité et de la richesse de sa langue qui est loin d’être un langage de gestes peu élaborés.Et l’auteur précise encore que «ce n’est donc pas Mr. l’abbé de l’Epée qui a crée et inventé ce langage; tout au contraire, il l’a appris des sourds et muets». Cela clarifie le cadre théorique du degré d’élaboration du noétomalalien parisien du XVIIIe siècle.

Sur ce, remontons encore plus loin dans le passé. Quid de cette langue dans les siècles précédents ? Serait-il sous la forme d’un amas de codes gestuels ? Au vu des conditions d’hygiène, de renouvellement de la population et du degré d’attraction de Paris, il est permis d’envisager que le noétomalalien parisien se soit lentement développés dès la fin du Moyen-Age, au moment où la ville de Paris soit suffisamment peuplée et stable afin d’accueillir un certain degré de population sourde.

Il ne s’agit pas de quelques individus, mais bel et bien plus d’une centaine, à l’image de la communauté de Martha’s Vineyard où cette langue, disparue de nos jours, était noétomalaliée par leurs habitants, qu’ils soient sourds ou non. Le nombre de personnes est un facteur à prendre en compte, et les recherches sur les petites communautés du Nicaragua et d’Israel permet d’en apporter une certaine idée. Mais, ces recherches ne permettent pas de voir, sous une perpective historique, les différentes évolutions et apports des différentes communautés sourdes urbaines autour de Paris, des processus de développement, et surtout, de l’ancienneté de ces langues visuelles.

Ainsi, la conclusion d’Alain Rey est loin d’être digne d’un chercheur, puisque c’est une conclusion hâtive, se basant sur un constat et non d’une réflexion élaborée. Il est dommage que cette conclusion soit diffusée sur un magazine de grand triage et contribue ainsi à une mauvaise compréhension, auprès du grand public, des fondements de cette langue.

C’est ce qui m’a incité à combattre cette fausse affirmation, à mon échelle.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

De l’origine des langues des Signes…

Après un long sommeil, voici donc un nouveau billet de ce carnet, consacré aux Etudes Sourdes. Pour rappel, ce carnet se distincte de la Noétomalalie historique par le fait qu’il est consacré aux différentes disciplines qui s’intéressent à la question de la place des sourds dans les sociétés, sous l’angle de vue social et non médical. Ce point précis est à mon sens nécessaire afin de comprendre la différence entre les Etudes Sourdes et les Etudes de la Surdité (qui fera l’objet d’un prochain billet)

Ceci n’est pas l’objet de ce billet, qui est en fait un croisement entre la linguistique, et l’histoire, ce qui en fait un billet pluridisciplinaire.

La question des origines des noétomalalies a longtemps intéressé les chercheurs et tous ceux qui s’intéressent à l’histoire complexe de ces langues. Cet intérêt est fortement freiné par l’absence de documentations, de corpus antérieurs au XIXe siècle, ce qui limite le champ de recherches à la fin du XVIIIe siècle. Cette limitation temporelle n’est en fait qu’une indication de la facilité d’accès aux sources les plus connus à propos du noétomalalien, et par conséquent, il existerait d’autres sources nettement moins connues, et surtout peu étudiées : les registres des Signes Monastiques.

Les Signes Monastiques, une variante, ou un mode de communication spécifique ?

Les Signes Monastiques, dont l’ancienneté est avérée, n’est pas une variante du Noétomalalien, mais bel et bien un mode de communication spécifique, qui s’est développé au sein des couvents et des monastères astreints à la règle de Saint-Benoît.

Ainsi, Saint-Benoît, en imposant ces règles qui sont le voeu de célibat, de pauvreté, et de silence, pour les plus connus, n’a pas prévu un élément qui va donner un grand rôle dans l’éducation des enfants sourds de familles fortunées : la naissance des Signes Monastiques. En effet, on remarque que les plus anciens recueils des Signes Monastiques dateraient du début du Moyen-Age, juste après la période troublée des raids vikings qui ont détruit tant de monastères. On atteste ainsi l’existence des premiers dictionnaires au Xe siècle, mais dont l’usage semble être plus ancien. Je cite Aude de Saint-Loup qui s’est consacrée à la question des Signes Monastiques : « Les premiers dictionnaires de signes écrits datent du Xe siècle, mais cet usage est attesté à des époques antérieures. En outre, dans le 33e précepte de la règle de Saint Pacôme (IVe siècle), traduit par saintJérôme (Ve siècle) et que l’on retrouve au chapitre 38 de la règle de Saint Benoït (VIe siècle), il est demandé de remplacer la parole par un signum sonitu : un sifflement ou un coup frappé sur une table. »

Par la suite, dit l’auteure, au Xe siècle, Cluny fait diffuser son modèle dans toute l’Europe occidentale, et par conséquent, son dictionnaire que chaque communauté locale l’a améliorée à sa façon.

Ce qui est intéressant, dans cet extrait, c’est que dès le IVe siècle, soit un siècle avant la fin de l’Empire Romain d’Occident, à une époque où le Christianisme a désormais droit de cité avec l’édit de Constantin le Grand, le silence est très demandé. Et donc, il est hautement probable que des gestes ont été utilisés à cette époque. Or, l’usage, à la longue, des gestes conduit à l’élaboration des Signes précis qui comportent des sens précis, et non pas des gestes basiques pour se faire comprendre. Cette élaboration semble avoir conduit à la facilitation de l’entrée des sourds dans les monastères. Cela expliquerait pourquoi les décrétales d’Innocent III, le fameux pape qui a lancé la croisade contre les Cathares, admettent le mariage de sourds-muets, mais également l’entrée de ces personnes aux ordres, et surtout, de l’usage des signes lors des messes.

Les décisions postérieures, comme lors du Synode de Nïmes, en 1252, 50 années après les fameuses décrétales, renforcent la décision de faire impliquer plus en avant les sourds-muets dans la vie, au lieu de les écarter1.

Tous ces décisions se reposent sur le débat entre Saint Augustin et Saint Jérôme, au Ve siècle sur la question de l’usage des Signes pour transmettre la parole de Dieu. Tous ces discussions ont entraîné la naissance des Signes Monastiques, puisque rien ne s’oppose en fait à leur usage au sein des monastères, et par extension, à l’éducation des enfants sourds. On dispose ainsi de quelques témoignages de sourds issus de la noblesse qui utilisent des religieux comme traducteurs pour se faire comprendre. Néanmoins, à l’heure actuelle, attester un lien entre les Signes Monastiques et les Noétomalalies est loin d’être aisé, non pas manque de sources, mais justement par manque de recherches sur ces sources, et d’une étude la plus complète possible sur les Signes Monastiques.

La nécessité d’attester ou d’infirmer les liens entre les deux groupes est nécessaire à plus d’un titre. Non pas sur la question si c’est une langue à part entière ou non, c’est un autre genre de discussions qui n’a pas sa place dans ce billet, mais de comprendre s’il y a eu des influences, des transmissions, voire des contacts.

Les racines de la Noétomalalie…

Par conséquent, on ne peut remonter au-delà du XVIIIe siècle pour étudier la langue que les Sourds utilisent. Cependant, une étude approfondie sur les gestes utilisés, et mis en valeur dans le dictionnaire édité par Pierre Pélissier principalement, et sur les études de la syntaxe fait par Roch-ambroise Bébian, notamment, et surtout par Jean-Jacques Valade-Gabel qui montrent les spécificités de la noétomalalie qui est restée invariable depuis le début du XIXe siècle. Or, il est aussi envisageable à ce que la synthaxe, et par la suite, sa grammaire, est restée constante durant le siècle qui a précédé la Révolution Française.

Cette recherche, qui demande une réflexion à la fois linguistique et historique, devrait être plus expliquée dans un article digne de nom. Cependant, ce que l’on remarque, c’est que par rapport aux langues orales dont on connaît la « généalogie » linguistique, pouvant remonter jusqu’au Ie millénaire avant notre ère, les langues noétomalaliennes sont limitées aux deux derniers siècles de notre ère, et donc, une analyse  historico-linguistique à long terme présente de peu d’intérêt puisqu’il ne montre pas justement la génèse des langues noétomalaliennes !

Ainsi, comprendre la génèse permet de comprendre in extenso le fait qu’une partie de la population humaine puisse utiliser un autre mode de pensée par rapport à la structure générale des langues orales, européennes surtout. Cette distinction, la retrouverons-t-on dans les Signes Monastiques ? Ou alors, ces Signes Monastiques se basent-ils sur la syntaxe des langues orales européennes ? Tous ces questions n’ont pas de réponses à l’heure actuelle, faute de recherches.

Il existe une recherche qui se développe aux Etats-Unis, dont le professeur Ted Suppala a fait une conférence filmée (ici), c’est une sorte d’archéologie des Signes. Cette recherche qui se cantonne aux deux derniers siècles, mérite d’étudier la question des influences mutuelles entre les noétomalalies locales, plus particulièrement celles de la France, de l’Angleterre, et des Colonies à l’époque où celles-ci étaient récemment indépendante, dont les habitants de Martha’s Vineyard étaient pour la moitié sourds, et donc, encore, utilisaient une langue locale qui semble avoir été oublié…

En ce qui concerne la France, il est clair que le noétomalalien français ait été généré dans le berceau parisien, mais, pas nécessairement, car il existe des variations locales qui peuvent avoir été produites, soit par manque de précisions dans la configuration des signes, soit par un caractère purement local, mais également par une probable influence des signes monastiques, aux premiers temps de l’instruction gratuite des sourds. Un élément doit être retenu : l’usage de la dactylologie.

En effet, la dactylologie, qui comporte autant de variantes que de pays, s’est développée au sein des monastères, dès le VIe siècle. Un élément noté par Bède le Vénérable l’atteste. Cette précocité indique qu’il y a eu une genèse entre l’émergence des ordres monastiques à la fin de la période romaine, et les premiers témoignages écrits. Cette genèse de deux à trois siècles montre une rapidité incroyable, et une structuration complexe. Mais, il faut retenir le contexte particulier de la période, où l’on dispose nombre de traces d’une gestuelle spécifique pour montrer les nombres.

Or, en revenant aux langues noétomalaliennes, on peut penser qu’il y a également une influence de la gestuelle durant le Moyen-Age, dont, pour un usager de haut niveau du noétomalalien français, certaines gestes présentent une équivalence étonnante au premier abord. Ainsi, le signe actuel « Aimer » comporte une constance dans le gestuel, les trois images suivantes montre une possible influence médiévale, et donc, de sa gesture sur les langues noétomalaliennes. Cette hypothèse mérite confirmation par une recherche approfondie entre la gesture médiévale et le noétomalalien actuel, mais qui est une recherche de longue haleine ! »Aimer » (Dictionnaire de Pierre Pélissier)

 

"Aimer" (Source "La langue de signes, IVT éditions)

« Aimer » (Source « La langue de signes, IVT éditions)

"Aimer" (Dictionnaire de Pierre Pélissier)

« Aimer » (Dictionnaire de Pierre Pélissier)

 

Le signe, à gauche est celui qui est en usage, en France, et dans les pays francophones, depuis au moins un siècle. La gestuelle est cependant différente par rapport au signe présenter dans le dictionnaire de Pélissier qui montre un mouvement de battement de coeur, ou de présentation d’affection. Or, le geste de Pélissier présente une similitude assez grande, trop grande même pour être faite par hasard, avec l’enluminure provenant du Roman d’Alexandre mettant en scène l’amour entre une femme qui présente son coeur vers un homme.

Cette gestuelle, qui date du XVe siècle, trois siècle, par conséquent, avant celui de Pélissier qui date du milieu du XIXe siècle, et qui provient de la Flandre, comporte un mouvement assez frappant ce qui laisse penser une probable influence de la gestuelle médiévale sur les Noétomalalies.

 

Voici donc l’image en question :

"Aimer" (Illustration du Roman d'Alexandre)

« Aimer » (Illustration du Roman d’Alexandre)

 

Conclusion

Le fait de voir cette similarité, à des distances temporelles et géographiques mérite une attention plus approfondie, et donc, d’une recherche plus précise sur l’histoire des langues noétomalaliennes, de leurs génèses, et par extension, de comprendre l’impact des influences linguistiques entre les langues orales et les langues noétomalaliennes.

Il existe d’autres gestuelles médiévales qui ressemblent fortement aux signes actuels, mais, il est nécessaire, là encore, le concours d’un spécialiste des enluminures médiévales afin de comprendre le sens précis de ces mouvements, et donc, de les relier ou non, au niveau linguistique, aux noétomalalies. C’est certes une recherches pionnière, délicate à mettre en place, qui risque de faire bouleverser des certitudes, voire de faire lever des bouclier, d’entraîner des volées de bois vert.

Mais, la recherche doit être une aventure, et c’est à ce titre qu’il est nécessaire de réfléchir à l’opportunité d’organiser une recherche dans cette voie, réunissant historiens, médiévistes, linguistiques, et donc de mettre en place un programme de recherches transdisciplinaire, éclairant tout un pan ignoré de l’histoire humaine !

————–

De Saint-Loup, Aude, « Les sourds-muets au Moyen-Age, mille ans de signes oubliés »,p. 19, in Le pouvoir des Signes, 1989.

Lecture recommandée sur les Signes Monastiques 

Aude de Saint-Loups, Yves Delaporte, Marc Renard, Gestes des Moines, regard des sourds, Rencontres Siloe

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Réunion publique : Les Sourds et l’Emploi, repenser la communication, négocier les conditions de travail.

      Réunion publique

Restitution de recherche & Débats

Les Sourds et l’Emploi.

Repenser la communication, négocier les conditions de travail.

La recherche sur « L’emploi et les Expériences Professionnelles des personnes Sourdes en milieu Ordinaire » est finie. Soutenus par la Drees/MiRe-Cnsa, le Centre d’Études de l’Emploi (Cee) et Websourd-R&D ont collaboré sur ce sujet durant 2 ans. Le sujet est important. Il nous parait essentiel de partager et de discuter avec vous les principaux résultats et réflexions sur l’emploi et le travail des sourds.

 

Le 19 mars 2013 à partir de 18h à Paris

Avec l’aimable accueil de la MACIF

Salle Auditorium Etienne Pernet

17-21 place Etienne Pernet, 75015 Paris

Métro : ligne 8, Félix Faure

Programme

–       présentation de la recherche

–       tables rondes avec des invités

–       débats avec la salle

Accessibilité

–       Interprétation français – LSF

–       Vélotypie

Confirmation

Pour une bonne organisation, merci de confirmer votre participation par mail à emploisourdseepso@yahoo.fr

Merci de bien vouloir diffuser cette information

Au plaisir de vous rencontrer.

Très cordialement,

Sylvain Kerbourc’h, Sociologue, chargé de mission, Centre d’étude de l’emploi (CEE)-Créapt

Sophie Dalle-Nazébi, Sociologue – Anthropologue (CNU 19 & 20), Pôle R&D-E WebSourd

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Compte-rendu Journées d’études « Deaf Studies/Deaf History », EHESS, 26-27 novembre 2012.

Journées d’études Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?

Compte-rendu établi par Yann Cantin

Un domaine de recherches en sciences humaines et sociales s’est développé depuis la fin des années 1960 aux Etats-Unis : les Deaf Studies, en français provisoirement « Études Sourdes ».

 Ces deux journées d’études avaient pour thème Deaf Studies et Deaf History: quelles épistémologies?

 Ce domaine de recherche s’est progressivement implanté dans le monde anglo-saxon, sur la vague des Cultural Studies et des recherches se concentrant sur des populations spécifiques ayant l’expérience de l’exclusion, du stigmate, des spécificités culturelles et constituant, au sein des universités, des départements de recherches et d’enseignement propres . Il s’est également implanté en Europe, plus particulièrement en Allemagne avec la fondation de l’institut de recherche, Institut für Deutsche Gebärdensprache und Kommunikation Gehörloser à l’université d’Hambourg et le centre Deaf Studies à l’Université de Bristol.

 La question a été de savoir si ce domaine de recherches peut être transposé en France ? La première difficulté est l’organisation spécifique du monde universitaire français qui est relativement inadéquate pour la mise en place d’un département d’études spécifiques. (Néanmoins cela n’est pas impossible). La deuxième difficulté est que pour être efficaces, les Études Sourdes nécessitent une recherche transdisciplinaire, regroupant des chercheurs d’horizons différents, du linguiste jusqu’au sociologue, avec pour point commun la langue des signes et le sourd.

 Les différentes interventions au cours des deux journées ont permis de faire comprendre un point essentiel des Études Sourdes : penser à l’aspect humain de la vie du sourd, et à la place primordiale de la langue des signes dans la vie des sourds. Cette langue se retrouve au centre des préoccupations des chercheurs, par son impact dû à son côté exceptionnel, et par sa spécificité linguistique.

 Le premier jour, après un exposé sur l’histoire des Deaf Studies, et des courants qui la constituent, les présentations se sont concentrées sur le côté sociologique, anthropologique et culturel de la vie du sourd, de l’influence de la langue des signes, et de la place du sourd dans la société française.

 Le deuxième jour, la question se concentre plus sur l’histoire de la communauté sourde, de sa place dans la société française, citant au passage (cela a été l’objet d’un intervention) quelques éminents personnages de l’histoire française qui ont eu des liens étroits avec les sourds. Puis, il a été question d’une analyse critique et historique des discours médicaux autour de la surdité, discours qui souvent ne reconnaissent pas l’existence d’une communauté sourde, communauté qui de ce fait balance entre reconnaissance et rejet.

Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques.

 Surdité et langue des signes :
analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques. 

Andrea Benvenuto, chargée de mission à la MSSH, Université Paris 8
Alexis Karacostas, psychiatre, Hôpital La Salpêtrière

1er et 3e lundis du mois de 19 h à 21 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 5 novembre 2012 au 3 juin 2013. 

Séminaire interprété en LSF/français

Dans le prolongement du programme initié l’année dernière et centré sur l’étude des conditions politiques, historiques et philosophiques d’émergence et d’installation du projet pédagogique de l’abbé de l’Épée (1712-1789), le séminaire de cette année s’attachera à étudier les déplacements produits au XIXe siècle sur le traitement de la surdité, des sourds et de la langue des signes. Jusqu’au XVIIIe siècle, la surdité jouait le rôle d’opérateur épistémologique interrogeant les fondements du langage, l’origine des connaissances et les frontières de l’humanité. L’enjeu pédagogique était que le sourd rejoigne un univers symbolique centré sur la dimension signifiante du corps physique. Au XIXe siècle, l’entrée des médecins dans les institutions de sourds met en jeu une appréhension différente de la surdité. L’univers auquel le sourd doit dorénavant avoir accès n’est plus centré sur la dimension signifiante mais sur la dimension sonore du corps physique. L’enjeu initial de faire parler les sourds pour leur rendre une place parmi les hommes se déplace. Les discours pédagogiques et médicaux réparateurs de la surdité font de la question du langage des sourds un problème d’ordre pathologique. Si l’humanité des sourds n’est plus en question, leur «anormalité» est à l’épreuve du pouvoir normalisateur de la médecine et des pratiques pédagogiques, pouvoir qui n’est pas resté sans effet sur les sujets qui en étaient la cible. Le pédagogue, le sourd et le médecin n’ont été ni totalement investis par la norme médicale réparatrice de la surdité, ni totalement désinvestis par elle. À des degrés divers, chacun a contribué à l’édifier et chacun a pu s’y opposer. Les deux grands discours qui ont organisé et organisent encore les savoirs concernant les sourds se mettent en place : le discours de la déficience, de nature médico-pédagogique, centré sur l’oreille défaillante et l’enseignement de la parole orale, et le discours socio-anthropologique de la différence, centré sur la langue des signes et la culture sourde. Le croisement qui se produit entre médecine et éducation dans les institutions de sourds au XIXe siècle rend solidaires les effets de la médecine de l’oreille et le processus de subjectivation des sourds. Ce séminaire s’attachera à étudier ce croisement ainsi qu’à analyser les modes de résistance et d’organisation collective des sourds.

Dans une démarche interdisciplinaire, nous solliciterons des intervenants œuvrant sur les terrains de l’anthropologie du corps et de la santé, de l’histoire de la médecine, de la philosophie et de l’histoire, ainsi que les spécialistes de l’histoire de l’éducation des sourds.

Adresse électronique de contact et d’inscription :
alexis.karacostas@wanadoo.fr
Marie.Coutant@ehess.fr   et/ou Andrea.Benvenuto@ehess.fr

PROGRAMME 

5/11/12 : Introduction par Alexis KARACOSTAS et Andrea BENVENUTO.
Thierry GINESTE , psychiatre

Le Dr J.M.G. Itard, le sauvage de l’Aveyron et les débuts de la psychiatrie de l’enfant (titre provisoire)

19/11/12 : Harlan LANE. Professeur émérite, Université Northeastern, EUA
Autour de: The People of the Eye: Deaf Ethnicity and Ancestry (2011), H. Lane, R. Pillard, U. Hedberg (eds.), Oxford University Press. 

 

3/12/12 : Alexis KARACOSTAS. Hôpital La Salpêtrière, Paris.
Fragments de “glottophagie”. Ferdinand Berthier et la naissance du mouvement sourd en France.

17/12/12 : François LEGENT, professeur. Membre de l’Académie nationale de médecine Les soins médicaux aux sourds-muets en France au XIX siècle. Naissance de l’otologie moderne. 

7/01/13 : Mathilde VILLECHEVROLLE. Doctorante à l’Université Paris-Descartes.
Le discours médical « oraliste » : principales étapes du débat scientifique sur les sourds au XIXe siècle

21/01/13 : Rafael MANDRESSI. Centre Alexandre Koyré, CNRS-EHESS.
Médecine, sensibilité et sensorialité aux XVIIIe et XIXe siècles 

4/02/13 : Didier SEGUILLON. Université Paris Ouest Nanterre.
De l’art de prévenir et de corriger à celui de faire entendre : l’éducation de l’écolier sourd dans la première moitié du XIXe siècle. 

4/03/13 : Florence ENCREVÉ. Professeur associée. Université Paris 8.
La famille des sourds-muets (1830-1870)

18/03/13 : Sabine ARNAUD. Max Planck Institute for the History of Science, Berlin.
La Surdité, une question de médecine ou de pédagogie? Pratiques, publications et réception du Docteur Alexandre-Louis-Paul Blanchet au 19e Siècle

15/04/13 : Andrea BENVENUTO, chargée de mission à la MSSH, Université Paris 8
La « nation sourde » et les banquets des sourds-muets au XIX siècle

3/06/13 : Yann CANTIN. Doctorant en histoire. CRH-EHESS
L’activité artistique et militante des sourds dans la deuxième moitié du XIX siècle.  

17/06/13 : Andrea BENVENUTO, chargée de mission à la MSSH, Université Paris 8 et Christian CUXAC, Université Paris 8.
La langue des signes entre « besoin physiologique du sourd-muet » et « interdiction ». 1880, Milan et les colloques d’enseignants et de médecins.

Source : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/62/

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter