Archives par étiquette : Deaf Studies

Séminaire Deaf Studies en question du 7 mars 2017- Intervention de Yann Cantin –

Remarque : Ce texte n’ayant pas été présenté tel quel lors du séminaire Deaf Studies en question à l’EHESS. Il y a donc eu des différences entre le « prononcé » sur place, et ce qui est écrit ici. Ce texte est ici mis en ligne pour susciter une réflexion, un débat sur la question des Etudes Sourdes en France. (YC)

Émergence et développement des études sur les sourds et la langue des signes en France

Les évolutions des Etudes Sourdes en France
Yann Cantin (Université Paris 8)

Avant tout chose, voici ce que je suggère pour désigner dans notre langue les Deaf Studies . Il s’agit de Sourde Recherche, pour désigner de ce que l’on dit. Je fais cette proposition afin de désigner ce domaine de recherches, non pas dans la langue des Etats-Unis, mais dans la nôtre. Ceci reste encore à réfléchir, pour que nous ayons un terme pour la désigner.

L’émergence des Deaf Studies
Je vais commencer par le point de départ du développement de la seconde vague des Deaf Studies en France. Il s’agit des Journées d’Etudes des Etudes Sourdes et de l’Epistémologie Sourde, organisées ici à l’EHESS en 2012.

Ces journées d’Etudes ont directement influencé ce séminaire, il semble donc logique de commencer par ces dates pour explorer le processus de l’émergence et du développement de ce domaine de recherches en France. Le bilan de ces JE ont permis de comprendre qu’il y a de nombreuses recherches qui entrent directement dans ce domaine : ethnologie, sociologie, anthropologie, histoire, linguistique et bien d’autres encore.

Mais, ces recherches sont isolées les unes des autres. Cet isolement académique, alors que tous ont une relation : comprendre la communauté sourde, pèse fortement sur la pérennité de ces recherches. Peu de publications se font connaître, et surtout, ces chercheurs ne se connaissent pas ou mal entre eux. Le premier objectif de ces JE a été de tenter de créer, de construire une sorte de réseau entre ces chercheurs.

Les origines (1970-1995)
Cependant, cette JE se repose sur des racines plus anciennes, datant des années 1970 avec Bernard Mottez. Il semble bien que c’est lui qui ait amorcé le développement des Etudes Sourdes en France en déclenchant toute une nouvelle réflexion autour de la langue des signes, et en important et traduisant le terme ASL vers la LSF. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Compte-rendu Journées d’études « Deaf Studies/Deaf History », EHESS, 26-27 novembre 2012.

Journées d’études Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?

Compte-rendu établi par Yann Cantin

Un domaine de recherches en sciences humaines et sociales s’est développé depuis la fin des années 1960 aux Etats-Unis : les Deaf Studies, en français provisoirement « Études Sourdes ».

 Ces deux journées d’études avaient pour thème Deaf Studies et Deaf History: quelles épistémologies?

 Ce domaine de recherche s’est progressivement implanté dans le monde anglo-saxon, sur la vague des Cultural Studies et des recherches se concentrant sur des populations spécifiques ayant l’expérience de l’exclusion, du stigmate, des spécificités culturelles et constituant, au sein des universités, des départements de recherches et d’enseignement propres . Il s’est également implanté en Europe, plus particulièrement en Allemagne avec la fondation de l’institut de recherche, Institut für Deutsche Gebärdensprache und Kommunikation Gehörloser à l’université d’Hambourg et le centre Deaf Studies à l’Université de Bristol.

 La question a été de savoir si ce domaine de recherches peut être transposé en France ? La première difficulté est l’organisation spécifique du monde universitaire français qui est relativement inadéquate pour la mise en place d’un département d’études spécifiques. (Néanmoins cela n’est pas impossible). La deuxième difficulté est que pour être efficaces, les Études Sourdes nécessitent une recherche transdisciplinaire, regroupant des chercheurs d’horizons différents, du linguiste jusqu’au sociologue, avec pour point commun la langue des signes et le sourd.

 Les différentes interventions au cours des deux journées ont permis de faire comprendre un point essentiel des Études Sourdes : penser à l’aspect humain de la vie du sourd, et à la place primordiale de la langue des signes dans la vie des sourds. Cette langue se retrouve au centre des préoccupations des chercheurs, par son impact dû à son côté exceptionnel, et par sa spécificité linguistique.

 Le premier jour, après un exposé sur l’histoire des Deaf Studies, et des courants qui la constituent, les présentations se sont concentrées sur le côté sociologique, anthropologique et culturel de la vie du sourd, de l’influence de la langue des signes, et de la place du sourd dans la société française.

 Le deuxième jour, la question se concentre plus sur l’histoire de la communauté sourde, de sa place dans la société française, citant au passage (cela a été l’objet d’un intervention) quelques éminents personnages de l’histoire française qui ont eu des liens étroits avec les sourds. Puis, il a été question d’une analyse critique et historique des discours médicaux autour de la surdité, discours qui souvent ne reconnaissent pas l’existence d’une communauté sourde, communauté qui de ce fait balance entre reconnaissance et rejet.

Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter