Archives par étiquette : Études Sourdes

Séminaire Deaf Studies en question du 7 mars 2017- Intervention de Yann Cantin –

Remarque : Ce texte n’ayant pas été présenté tel quel lors du séminaire Deaf Studies en question à l’EHESS. Il y a donc eu des différences entre le « prononcé » sur place, et ce qui est écrit ici. Ce texte est ici mis en ligne pour susciter une réflexion, un débat sur la question des Etudes Sourdes en France. (YC)

Émergence et développement des études sur les sourds et la langue des signes en France

Les évolutions des Etudes Sourdes en France
Yann Cantin (Université Paris 8)

Avant tout chose, voici ce que je suggère pour désigner dans notre langue les Deaf Studies . Il s’agit de Sourde Recherche, pour désigner de ce que l’on dit. Je fais cette proposition afin de désigner ce domaine de recherches, non pas dans la langue des Etats-Unis, mais dans la nôtre. Ceci reste encore à réfléchir, pour que nous ayons un terme pour la désigner.

L’émergence des Deaf Studies
Je vais commencer par le point de départ du développement de la seconde vague des Deaf Studies en France. Il s’agit des Journées d’Etudes des Etudes Sourdes et de l’Epistémologie Sourde, organisées ici à l’EHESS en 2012.

Ces journées d’Etudes ont directement influencé ce séminaire, il semble donc logique de commencer par ces dates pour explorer le processus de l’émergence et du développement de ce domaine de recherches en France. Le bilan de ces JE ont permis de comprendre qu’il y a de nombreuses recherches qui entrent directement dans ce domaine : ethnologie, sociologie, anthropologie, histoire, linguistique et bien d’autres encore.

Mais, ces recherches sont isolées les unes des autres. Cet isolement académique, alors que tous ont une relation : comprendre la communauté sourde, pèse fortement sur la pérennité de ces recherches. Peu de publications se font connaître, et surtout, ces chercheurs ne se connaissent pas ou mal entre eux. Le premier objectif de ces JE a été de tenter de créer, de construire une sorte de réseau entre ces chercheurs.

Les origines (1970-1995)
Cependant, cette JE se repose sur des racines plus anciennes, datant des années 1970 avec Bernard Mottez. Il semble bien que c’est lui qui ait amorcé le développement des Etudes Sourdes en France en déclenchant toute une nouvelle réflexion autour de la langue des signes, et en important et traduisant le terme ASL vers la LSF. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La distance face au sujet d’étude …

— Par Yann Cantin

Le texte original se trouve ici 

La réflexion de la méthodologie revient de temps en temps, tout au long de la thèse. Me voici arrivé au terme de ces quatre années particulières. Mais, il existe une réflexion qui semble ne pas arriver jusqu’au bout, évoluant en fonction du contexte, des sujets d’étude, et même des parcours personnels.

Comment, étant Sourd et souvent impliqué dans des causes en lien, non pas avec la surdité, mais dans la préservation du noétomalalien, et de la communauté sourde, trouver une certaine distance avec les sujets d’étude dont la situation présente une forte proximité avec la sienne ?

La réflexion

La réflexion

Cette réflexion s’impose nécessairement puisque l’analyse d’une étude, le fait de mener une recherche en sciences humaines peut être fortement biaisée par cette proximité en question. Ce biais dont être pris en compte, chaque chercheur en sciences sociales et humaines en est clairement conscient. Mais, comment le prendre en compte ?

Répondre à « comment » s’avère bien plus difficile que l’on pense, et surtout, il n’y a pas une réponse toute faite, puisque chacun doit justement prendre en compte de ce biais en fonction du vécu, des objectifs de la recherche, et surtout, de déterminer la distance face au sujet d’étude.

Comme le dit un chercheur anglais, Mike Gulliver, la différence entre l’académique et le militantisme s’opère sur l’instant présent. Le militantisme est une réponse à des besoins immédiats, alors que la recherche s’inscrit dans un temps plus long et dans une réflexion plus globale.

C’est ce positionnement-là qui permet justement de différencier par rapport au sujet d’étude. Or, une recherche académique pure et froide ne permet pas justement de comprendre le degré d’humanité, la compréhension des parcours de chacun. Ainsi, l’objectivité n’implique pas une recherche froide, mécanique, mais justement de prendre conscience  de l’existence de ce biais, et d’adapter la recherche afin que ce biais impacte le moins possible le résultat final.

Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter