Archives par étiquette : Histoire

Réflexion sur l’absence de véritable travail de correspondance lexicale entre la LSF et le français

Voici donc le texte qui a servi de base à mon intervention au Congrès Mondial de Traductologie, qui a eu lieu à Nanterre cette semaine (semaine du 11 au 14 avril 2017).

Je précise que je difusse ce billet pour qu’il puisse servir de base de réflexion aux recherches entourant la traductologie, mais également tout ce qui concerne le noétomalalien français C’est pourquoi je le public ici, dans ce carnet consacré aux Etudes Sourdes (Deaf Studies) dont j’ai ouvert les portes à un collectif, afin de faire vivre ce carnet.

Donc, dans le droit fil de cet esprit, je vous fais part de mon intervention. Attention, il y a des différences entre mon intervention réelle et ce texte, néanmoins, mon esprit et ma réflexion y sont dedans. Les projections y sont insérées.

Bonne lecture donc ! Et bonne réflexion !

(Pour information, les images de signes proviennent de l’Iconographie de Pélissier (1856), et les autres sont issues de l’Internet, en guise d’illustration dont je n’en suis pas l’auteur.)

Réflexion sur l’absence de véritable travail de correspondance lexicale entre la LSF et le français.

Page 1 du powerpoint

Etant Sourd, et donc usager d’interprètes en langue de signes, j’ai eu régulièrement droit à des demandes de signes appropriés pour des termes en français évoqués. Ces questions montrent que l’interprétation depuis une langue linéaire, parlée ou écrite, vers une langue tridimensionnelle, qui puisse évoquer l’espace et le temps en même temps n’est pas une partie aisée.

Néanmoins, je constate, avec ces questions de termes, une sorte d’exaspération de la soi-disant pauvreté de la langue des signes. Certaines personnes évoquent que l’une des plus grandes difficultés de l’exercice d’interprétation, c’est de pouvoir franchir cette « pauvreté lexicale » dans la langue des signes. Cependant, cette « difficulté » fait considérer la langue des signes comme une langue pauvre, limitée, qui peine à être vue comme une langue à part entière.

Qu’est-ce donc cette pauvreté lexicale dans la langue des signes ?

Le choix des termes ou l’obsession du signe

Avant de répondre directement à cette question, comment procéder dans la traduction/interprétation ? Basiquement, il s’agit de comprendre/trouver les termes appropriés dans les deux langues, afin de pouvoir véhiculer le sens/message dans les deux sens. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Sur la question des origines du noétomalalien français.

Texte d’intervention donnée par Yann Cantin dans les locaux de l’UMR 7023, Structures Formelles du langage, dans le cadre de la recherche sur la LSF (noétomalalien pour moi). Animé par Florence Encrevé et Marie-Thérèse l’Huillier, de l’équipe Langue des Signes et Gestualité, le 1er février 2016.

Ce texte fait suite à mes précédents billets et interventions sur la question des origines du noétomalalien, au Sign Language Group de l’Institut Jean Nicod.

Mon précédent billet sur la question des origines est ici.

Comme dit, seul le noétomalalié fait foi.
(à la place du prononcé)

Très bientôt, mon article sur la question des origines du noétomalalien sera publié par la revue Glottopol de l’université de Rouen. Cet article est beaucoup plus détaillé que ce texte de présentation. Je mettrai ici le lien dès sa parution.

Les origines du noétomalalien français, perspectives historiques

Introduction
La question des origines du noétomalalien français a fait l’objet de nombreuses discussions, de théories. Cependant, les recherches se concentrent essentiellement sur le XIXe et le XXe siècles, officiellement par manque de corpus des périodes antérieures.

L’enjeu de comprendre les origines du noétomalalien est justement de trouver ce qui a entraîné son apparition et son développement en tant que langue à part entière. Par conséquent, dans mon article à paraître prochainement dans la revue Glottopol, j’ai mis en évidence de l’absence de recherches approfondies sur les noétomalalies du milieu du XVIIIe siècle, et de la difficulté de transposer sur la France du XVIIIe siècle les exemples des langues apparues au Nicaragua et dans la tribu bédouine des Al-Sayyidd.

Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le Réveil Sourd – Intervention de André Minguy, 3 décembre2014 –

André Minguy présentait une conférence le 3 décembre 2014 dernier à propos du Réveil Sourd. Nous avons obtenu la permission de publier le texte de son intervention ici. Bonne Lecture.

 

André Minguy

André Minguy

Pourquoi et comment le réveil Sourd ?

Avant 1880 : Il y avait des sourds qui communiquaient en signes.
En 1880, le congrès de Milan optait la préférence de l’oralisme au détriment des signes.
Depuis cet événement de triste mémoire, les enseignants sourds disparaissent progressivement de l’enseignement, ceci jusqu’au début des années 70.

Premiers pas d’une série d’évènements vers l’émancipation des Sourds.

Je ne vais pas tout dire alors j’ai choisi certains points qui me semblent importants à vous communiquer. Je vais parler des évolutions dans chaque événement.

En l’an 1971, Paris, FMS (Fédération Mondiale des Sourds)

Le congrès mondial des Sourds avait eu lieu au palais de l’UNESCO à Paris. J’avais 21 ans, jeune et beau ! Je découvris le carrefour mondial des sourds : des allemands, des suédois, des américains et j’en passe. C’était beau à voir comment ils communiquaient entr’eux, heureux de se retrouver dans leur univers visuel-gestuel et échangeaient ce qu’ils avaient à dire en signes.

Il y avait une réunion plénière au palais de l’UNESCO, je crois bien qu’il s’agissait d’une série de conférences sur l’éducation ou l’enseignement des Sourds. Cette réunion étant axée sur l’oral était inaccessible pour moi et je ne m’y intéressais pas du tout.

Deux points importants ont été observés à ce congrès :

  1. Un enseignant spécialisé, entendant, Jean-Noël Dreillard de Marseille s’y trouvait. il avaitl’air surpris de voir un interprète qui signait à coté des conférenciers et découvrir que la traduction signée était destinée aux Sourds américains. Il fut plus étonné d’entendre les traductions orales de l’interprète aux questions et réponses des sourds américains, ces traductions de bonne qualité étaient bien ciblées sur les sujets abordés.Jean Noël Dreillard avait évoqué par écrit ce souvenir 10 ans après lors d’un stage parents organisé par 2LPE en 1981 à Saint-Laurent-en-Royans (Drôme).
    Paradoxalement à la découverte de Jean-Noël, la délégation sourde française s’y trouvait et suivait les travaux du congrès par l’intermédiaire d’un locuteur labial.
  2. A ce congrès, les américains prônaient l’usage de la totale communication aux USA (Oral – appareillage – gestes). Cette influence américaine commençait à se répandre dans les écoles spécialisées en France. De ce fait, on constate seulement l’apparition timide des signes dans les écoles en France.

A noter : En 1960, William Stokoë, linguiste américain, suivait des cours de signes. En faisant des recherches, il proposa les paramètres linguistiques, ce qui a permis d’aboutir à la reconnaissance de la langue des signes américaine (ASL) comme une langue à part entière.
En France, à partir de 1970, on observe seulement l’apparition des gestes (langage gestuel).

On ne parle pas encore de LSF et pourtant les sourds le font quotidiennement.

Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Un ethnologue chez les Sourds

Nous vous proposons ici le texte de l’intervention de Yves Delaporte, conférence donnée le 3 décembre 2014, à la salle des fêtes de l’INJS.

Yves Delaporte lors de sa conférence

Intervention de Yves Delaporte, dans la salle des fêtes de l’NJS, 3 décembre 2014

Un ethnologue chez les sourds

Dans le premier contact que j’ai eu avec Yann Cantin pour la conférence d’aujourd’hui, il me parlait de mes travaux et de l’impact qu’ils ont sur la communauté sourde et la recherche scientifique, en précisant en « linguistique, histoire et sociologie ».

Cela m’a amusé, parce que la discipline qui est la mienne, c’est l’ethnologie. C’est en tant qu’ethnologue que j’ai travaillé pendant 35 ans au CNRS.

Ce petit oubli sans importance n’est évidemment pas dû au hasard : la sociologie, l’histoire, la linguistique sont des disciplines depuis longtemps établies, bien connues, y compris par les sourds. Les signes SOCIOLOGIE, HISTOIRE, LINGUISTIQUE, existent depuis longtemps en LSF.

Il en va différemment de l’ethnologie dont pas grand-monde, sans doute, même chez les entendants, ne sait exactement de quoi il s’agit. Le signe ETHNOLOGIE est apparu il y a très peu de temps, suite à mes travaux (le mot figurait dans le sous-titre des « Sourds c’est comme ça »). Lorsqu’il est apparu et a commencé à se diffuser, il était clairement inadapté : [une main en index pointant vers le haut, l’autre main en crochet le parcourt de haut en bas]. Autrement dit : « recherche sur une personne ». Bernard Truffaut, sourd bien connu, a proposé un signe bien meilleur [une main en crochet tourne au-dessus de l’autre main en croissant]. Autrement dit : « recherche sur un groupe, une communauté ». Je le signale chaque fois que je peux, notamment avec un petit article dans le Journal de l’AFILS.

En préambule à cette réunion, j’ai donc eu envie de clarifier les choses et d’expliquer brièvement ce qu’est l’ethnologie, cette discipline nouvelle dans le champ de la surdité, quels sont ses objets d’étude et ses méthodes. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter