Archives par étiquette : Linguistique

Réflexion sur l’absence de véritable travail de correspondance lexicale entre la LSF et le français

Voici donc le texte qui a servi de base à mon intervention au Congrès Mondial de Traductologie, qui a eu lieu à Nanterre cette semaine (semaine du 11 au 14 avril 2017).

Je précise que je difusse ce billet pour qu’il puisse servir de base de réflexion aux recherches entourant la traductologie, mais également tout ce qui concerne le noétomalalien français C’est pourquoi je le public ici, dans ce carnet consacré aux Etudes Sourdes (Deaf Studies) dont j’ai ouvert les portes à un collectif, afin de faire vivre ce carnet.

Donc, dans le droit fil de cet esprit, je vous fais part de mon intervention. Attention, il y a des différences entre mon intervention réelle et ce texte, néanmoins, mon esprit et ma réflexion y sont dedans. Les projections y sont insérées.

Bonne lecture donc ! Et bonne réflexion !

(Pour information, les images de signes proviennent de l’Iconographie de Pélissier (1856), et les autres sont issues de l’Internet, en guise d’illustration dont je n’en suis pas l’auteur.)

Réflexion sur l’absence de véritable travail de correspondance lexicale entre la LSF et le français.

Page 1 du powerpoint

Etant Sourd, et donc usager d’interprètes en langue de signes, j’ai eu régulièrement droit à des demandes de signes appropriés pour des termes en français évoqués. Ces questions montrent que l’interprétation depuis une langue linéaire, parlée ou écrite, vers une langue tridimensionnelle, qui puisse évoquer l’espace et le temps en même temps n’est pas une partie aisée.

Néanmoins, je constate, avec ces questions de termes, une sorte d’exaspération de la soi-disant pauvreté de la langue des signes. Certaines personnes évoquent que l’une des plus grandes difficultés de l’exercice d’interprétation, c’est de pouvoir franchir cette « pauvreté lexicale » dans la langue des signes. Cependant, cette « difficulté » fait considérer la langue des signes comme une langue pauvre, limitée, qui peine à être vue comme une langue à part entière.

Qu’est-ce donc cette pauvreté lexicale dans la langue des signes ?

Le choix des termes ou l’obsession du signe

Avant de répondre directement à cette question, comment procéder dans la traduction/interprétation ? Basiquement, il s’agit de comprendre/trouver les termes appropriés dans les deux langues, afin de pouvoir véhiculer le sens/message dans les deux sens. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Conférence FEAST sur les LS

Une conférence a lieu les 4-5 mai 2015 à Barcelone. Cette conférence concerne les recherches sur les langues des signes, et réunit les chercheurs de ce domaines, réputés ou débutants : le FEAST, à l’université Pompeu Fabra, dans le programme de COST Action Signgram.

Poster_FEAST-Banner

Une particularité est à faire remarquer. Cette conférence peut être suivi en direct via cette adresse : http://www.upf.edu/retransmissions/feastconference.html  (Le programme ici)

Ainsi, même si vous avez des empêchements ou manqué l’information de FEAST 2015, vous avez donc l’opportunité de suivre les dernières évolutions de la recherche linguistique sur le noétomalalien, et donc, être au fait des avancées de cette recherche.

Les liens fournis dans ce billet vous permettront de découvrir sur ce programme de recherche de premier rang, au niveau international, et surtout qui permet d’ajouter un jalon de plus dans l’histoire de la recherche de la linguistique du noétomalalien (des Langues des signes, si vous voulez.)

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter