Archives par étiquette : Texte d’intervention

Séminaire Deaf Studies en question du 7 mars 2017- Intervention de Yann Cantin –

Remarque : Ce texte n’ayant pas été présenté tel quel lors du séminaire Deaf Studies en question à l’EHESS. Il y a donc eu des différences entre le « prononcé » sur place, et ce qui est écrit ici. Ce texte est ici mis en ligne pour susciter une réflexion, un débat sur la question des Etudes Sourdes en France. (YC)

Émergence et développement des études sur les sourds et la langue des signes en France

Les évolutions des Etudes Sourdes en France
Yann Cantin (Université Paris 8)

Avant tout chose, voici ce que je suggère pour désigner dans notre langue les Deaf Studies . Il s’agit de Sourde Recherche, pour désigner de ce que l’on dit. Je fais cette proposition afin de désigner ce domaine de recherches, non pas dans la langue des Etats-Unis, mais dans la nôtre. Ceci reste encore à réfléchir, pour que nous ayons un terme pour la désigner.

L’émergence des Deaf Studies
Je vais commencer par le point de départ du développement de la seconde vague des Deaf Studies en France. Il s’agit des Journées d’Etudes des Etudes Sourdes et de l’Epistémologie Sourde, organisées ici à l’EHESS en 2012.

Ces journées d’Etudes ont directement influencé ce séminaire, il semble donc logique de commencer par ces dates pour explorer le processus de l’émergence et du développement de ce domaine de recherches en France. Le bilan de ces JE ont permis de comprendre qu’il y a de nombreuses recherches qui entrent directement dans ce domaine : ethnologie, sociologie, anthropologie, histoire, linguistique et bien d’autres encore.

Mais, ces recherches sont isolées les unes des autres. Cet isolement académique, alors que tous ont une relation : comprendre la communauté sourde, pèse fortement sur la pérennité de ces recherches. Peu de publications se font connaître, et surtout, ces chercheurs ne se connaissent pas ou mal entre eux. Le premier objectif de ces JE a été de tenter de créer, de construire une sorte de réseau entre ces chercheurs.

Les origines (1970-1995)
Cependant, cette JE se repose sur des racines plus anciennes, datant des années 1970 avec Bernard Mottez. Il semble bien que c’est lui qui ait amorcé le développement des Etudes Sourdes en France en déclenchant toute une nouvelle réflexion autour de la langue des signes, et en important et traduisant le terme ASL vers la LSF. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Langue des signes, noétomalalies etc… Quelles origines ? – Intervention de Yann Cantin

— Texte de l’intervention de Yann Cantin à l’International Visual Theatre, 

Table ronde sur le Rayonnement de la LSF du jeudi 13 octobre 2016 — 

(Seul le noétomalalié fait foi, ce texte est une illustration de ce que j’ai dit sur place, un article présente des extraits de mon intervention ici)

Quelque soit le nom que l’on lui donne en français, qui a énormément varié au cours du temps, cette langue connait une constante depuis deux siècles.

Pour la définir, il suffit d’un signe.

Comment décrire ce signe en français ? Quel est le mot adapté en français ? En 1889, Henri Gaillard suggère « noétomalalier » pour pouvoir décrire en un seul mot une action habituelle dans notre langue, ce qui est difficilement « écrivable » en français.

Cette réflexion sur un seul signe ne doit pas dissimuler une richesse historique incroyable de cette langue, aussi ancienne que le français, et qui a connu de profondes évolutions au cours du temps. Cependant, il reste très peu de traces historiques pour les périodes antérieures au XIXe siècle, et leur recherche commence tout juste depuis une dizaine d’années aux Etats-Unis et en France. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le Réveil Sourd – Intervention de André Minguy, 3 décembre2014 –

André Minguy présentait une conférence le 3 décembre 2014 dernier à propos du Réveil Sourd. Nous avons obtenu la permission de publier le texte de son intervention ici. Bonne Lecture.

 

André Minguy

André Minguy

Pourquoi et comment le réveil Sourd ?

Avant 1880 : Il y avait des sourds qui communiquaient en signes.
En 1880, le congrès de Milan optait la préférence de l’oralisme au détriment des signes.
Depuis cet événement de triste mémoire, les enseignants sourds disparaissent progressivement de l’enseignement, ceci jusqu’au début des années 70.

Premiers pas d’une série d’évènements vers l’émancipation des Sourds.

Je ne vais pas tout dire alors j’ai choisi certains points qui me semblent importants à vous communiquer. Je vais parler des évolutions dans chaque événement.

En l’an 1971, Paris, FMS (Fédération Mondiale des Sourds)

Le congrès mondial des Sourds avait eu lieu au palais de l’UNESCO à Paris. J’avais 21 ans, jeune et beau ! Je découvris le carrefour mondial des sourds : des allemands, des suédois, des américains et j’en passe. C’était beau à voir comment ils communiquaient entr’eux, heureux de se retrouver dans leur univers visuel-gestuel et échangeaient ce qu’ils avaient à dire en signes.

Il y avait une réunion plénière au palais de l’UNESCO, je crois bien qu’il s’agissait d’une série de conférences sur l’éducation ou l’enseignement des Sourds. Cette réunion étant axée sur l’oral était inaccessible pour moi et je ne m’y intéressais pas du tout.

Deux points importants ont été observés à ce congrès :

  1. Un enseignant spécialisé, entendant, Jean-Noël Dreillard de Marseille s’y trouvait. il avaitl’air surpris de voir un interprète qui signait à coté des conférenciers et découvrir que la traduction signée était destinée aux Sourds américains. Il fut plus étonné d’entendre les traductions orales de l’interprète aux questions et réponses des sourds américains, ces traductions de bonne qualité étaient bien ciblées sur les sujets abordés.Jean Noël Dreillard avait évoqué par écrit ce souvenir 10 ans après lors d’un stage parents organisé par 2LPE en 1981 à Saint-Laurent-en-Royans (Drôme).
    Paradoxalement à la découverte de Jean-Noël, la délégation sourde française s’y trouvait et suivait les travaux du congrès par l’intermédiaire d’un locuteur labial.
  2. A ce congrès, les américains prônaient l’usage de la totale communication aux USA (Oral – appareillage – gestes). Cette influence américaine commençait à se répandre dans les écoles spécialisées en France. De ce fait, on constate seulement l’apparition timide des signes dans les écoles en France.

A noter : En 1960, William Stokoë, linguiste américain, suivait des cours de signes. En faisant des recherches, il proposa les paramètres linguistiques, ce qui a permis d’aboutir à la reconnaissance de la langue des signes américaine (ASL) comme une langue à part entière.
En France, à partir de 1970, on observe seulement l’apparition des gestes (langage gestuel).

On ne parle pas encore de LSF et pourtant les sourds le font quotidiennement.

Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Un ethnologue chez les Sourds

Nous vous proposons ici le texte de l’intervention de Yves Delaporte, conférence donnée le 3 décembre 2014, à la salle des fêtes de l’INJS.

Yves Delaporte lors de sa conférence

Intervention de Yves Delaporte, dans la salle des fêtes de l’NJS, 3 décembre 2014

Un ethnologue chez les sourds

Dans le premier contact que j’ai eu avec Yann Cantin pour la conférence d’aujourd’hui, il me parlait de mes travaux et de l’impact qu’ils ont sur la communauté sourde et la recherche scientifique, en précisant en « linguistique, histoire et sociologie ».

Cela m’a amusé, parce que la discipline qui est la mienne, c’est l’ethnologie. C’est en tant qu’ethnologue que j’ai travaillé pendant 35 ans au CNRS.

Ce petit oubli sans importance n’est évidemment pas dû au hasard : la sociologie, l’histoire, la linguistique sont des disciplines depuis longtemps établies, bien connues, y compris par les sourds. Les signes SOCIOLOGIE, HISTOIRE, LINGUISTIQUE, existent depuis longtemps en LSF.

Il en va différemment de l’ethnologie dont pas grand-monde, sans doute, même chez les entendants, ne sait exactement de quoi il s’agit. Le signe ETHNOLOGIE est apparu il y a très peu de temps, suite à mes travaux (le mot figurait dans le sous-titre des « Sourds c’est comme ça »). Lorsqu’il est apparu et a commencé à se diffuser, il était clairement inadapté : [une main en index pointant vers le haut, l’autre main en crochet le parcourt de haut en bas]. Autrement dit : « recherche sur une personne ». Bernard Truffaut, sourd bien connu, a proposé un signe bien meilleur [une main en crochet tourne au-dessus de l’autre main en croissant]. Autrement dit : « recherche sur un groupe, une communauté ». Je le signale chaque fois que je peux, notamment avec un petit article dans le Journal de l’AFILS.

En préambule à cette réunion, j’ai donc eu envie de clarifier les choses et d’expliquer brièvement ce qu’est l’ethnologie, cette discipline nouvelle dans le champ de la surdité, quels sont ses objets d’étude et ses méthodes. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter