Sur la question des origines du noétomalalien français.

Texte d’intervention dans les locaux de l’UMR 7023, Structures Formelles du langage, dans le cadre de la recherche sur la LSF (noétomalalien pour moi). Animé par Florence Encrevé et Marie-Thérèse l’Huillier, de l’équipe Langue des Signes et Gestualité, le 1er février 2016.

Ce texte fait suite à mes précédents billets et interventions sur la question des origines du noétomalalien, au Sign Language Group de l’Institut Jean Nicod.

Mon précédent billet sur la question des origines est ici.

Comme dit, seul le noétomalalié fait foi.
(à la place du prononcé)

Très bientôt, mon article sur la question des origines du noétomalalien sera publié par la revue Glottopol de l’université de Rouen. Cet article est beaucoup plus détaillé que ce texte de présentation. Je mettrai ici le lien dès sa parution.

Les origines du noétomalalien français, perspectives historiques

Introduction
La question des origines du noétomalalien français a fait l’objet de nombreuses discussions, de théories. Cependant, les recherches se concentrent essentiellement sur le XIXe et le XXe siècles, officiellement par manque de corpus des périodes antérieures.

L’enjeu de comprendre les origines du noétomalalien est justement de trouver ce qui a entraîné son apparition et son développement en tant que langue à part entière. Par conséquent, dans mon article à paraître prochainement dans la revue Glottopol, j’ai mis en évidence de l’absence de recherches approfondies sur les noétomalalies du milieu du XVIIIe siècle, et de la difficulté de transposer sur la France du XVIIIe siècle les exemples des langues apparues au Nicaragua et dans la tribu bédouine des Al-Sayyidd.

Ces deux exemples peuvent être anachroniques au sens strictement historique. Mais, également peu compatibles au niveau de l’environnement. Je pense à un exemple simple. Il s’agit du vocabulaire inuit pour désigner neige :

qanik
neige qui tombe
aputi
neige sur le sol
pukak
neige cristalline sur le sol aniu neige servant à faire de l’eau siku glace en général
nilak
glace d’eau douce, pour boire qinu bouillie de glace au bord de la mer

Source : Dictionnaire français-esquimau du parler de l’Ungava, 1970

Les Lapons ont leur vocabulaire pour désigner le renne selon la période d’âge :

« C’est ainsi que le renne est appelé miessi de sa naissance en mai jusqu’au mois de mai de l’année suivante, puis čaermat jusqu’à l’automne suivant. Le renne mâle âgé d’un an et demi est alors appelé varit, puis vuovers à deux ans et demi, gåddudas à trois ans et demi, goasehas à quatre ans et demi, màkkan (is) à cinq ans et demi et namma-lèppi à partir de six ans et demi. »

(Source : MONTIER, Jean-Marie. La langue et ses problèmes In : Les Lapons : Étude d’une minorité scandinave [en ligne]. Caen : Presses universitaires de Caen, 1970 )

Ces deux exemples de deux peuples vivant au nord du cercle arctique nous indique que leur langue s’est spécialisée à leur environnement. Ainsi, cela est une indication à utiliser pour le noétomalalien français.

Une origine urbaine
Par conséquent, on peut constater que notre langue est « particulièrement pauvre » au niveau du lexique botanique, ou naturaliste. On est souvent en peine de désigner des fruits et des légumes, comme le blé, le milet ou autre. Cela doit nous faire réfléchir, non pas à son apparente pauvreté lexicale, ni même sur les conséquences de la réforme de Milan.

Il est probable que l’appauvrissement lexical, souvent véhiculé dans les discussions, soit moins important qu’il parait. On n’a pas réellement mené de recherches sur la période 1910-1970, que ce soit au niveau historique ou linguistique, afin de mettre en évidence cet appauvrissement. Dans l’absence de recherches claires, j’évite donc d’utiliser ce terme qui risque justement de biaiser notre analyse sur l’histoire de cette langue.

Donc, on passe à un second élément, plus conséquent. Il s’agit d’un caractère purement urbain de la communauté sourde. Je l’avais mis en évidence dans ma thèse, avec la grille d’évaluation de Wengley et de Harris. Cette grille permet justement de comprendre s’il existe bel et bien une communauté sourde à la Belle Epoque. Ainsi, ce qui m’a frappé, c’est la concentration forte de la communauté sourde dans les centres urbains, non pas autour des écoles, mais bel et bien dans les villes les plus importantes.

Cela m’incite à réfléchir sur le début du XIXe siècle, et donc sur la fin du XVIIIe siècle, où on a un témoignage précieux : les observations d’un sourd et muet de Pierre Desloges.

Cet ouvrage nous éclaire fortement sur le contexte social de la communauté sourde. Il y a un débat sur l’existence de cette communauté au XVIIIe siècle. On peut remarquer, dans cet ouvrage, que la communauté sourde était déjà structurée, et qu’elle dispose déjà des réseaux de solidarité.

Une mobilité géographique importante
Un autre élément historique prêche en faveur de cette mobilité géographique. Il s’agit d’Etienne de Fay et de sa petite école à Amiens. Dans les dernières années de sa vie, il a eu comme élève Azy d’Etavigny, natif de la Rochelle, entre autres. On peut faire remarquer que les élèves de ce moine sourd ont eu une grande mobilité géographique, que leurs parents n’hésitent pas à l’envoyer au loin pour recevoir une éducation.

Au XVIIIe siècle, contrairement à ce que l’on pense, la mobilité géographique était très importante à cette époque. Mais sous une forme où le voyage représente une décision importante. Il est clairement envisageable que Paris ait été le creuset de gestation du noétomalalien parisien.

La vie de Desloges nous informe de la puissance dʼattraction de Paris, et donc des voyages effectués par certains sourds pour venir dans la ville. Lui-même est natif de la région de Tours, et il a fallu au moins trois jours de voyage à pied pour faire le trajet. Or, la présence, peu claire, dʼun sourd qui serait dʼorigine italienne, valet de la comédia dʼel arte, laisse supposer que des sourds domestiques voyageraient avec leurs maîtres, et ainsi contribuent, à leur échelle la diffusion de certains signes.

Mais, on ne peut, à lʼheure actuelle des recherches qui sont encore superficielles, dʼaller plus loin. Ce qui est certain, cʼest que les Signes Parisiens est une composition de différents signes provenant des régions entourant lʼile de France, à une semaine de marche alentour, ce qui équivaudrait à un zone de 200-250 km de rayon, sachant que 30-50 km est une distance moyenne pour une journée de marche.

Par conséquent, cette distance de rayon englobe les villes de Reims, Orléans, Tours, le Havre, Rouen, Amiens, Arras, Angers .. Des villes dʼimportance pour le Royaume de France, et qui laissent supposer une autre influence, celle des Signes Monastiques.

Les Signes Monastiques
Donc, en ce qui concerne les signes monastiques, il semblerait que leur influence sur la langue des signes parisienne en soit justement très méconnu. Or, de nombreux éléments plaident en faveur dʼune possible influence.

Tout dʼabord, historiquement, lʼEglise représente le principal lieu de charité envers les sourds, et par conséquent, on dispose de nombreux récits de relations entre des religieux et des sourds, comme Saint-François dʼAssise et un sourd, prénommé Martin.

Mais, en ce qui concerne la région de Paris, on a plus dʼune centaine de monastères et de couvents. Ce réseau est justement essentiel puisquʼil permet de prendre en compte cet impact. Dʼautre part, des recherches consacrées aux signes monastiques ont été effectuées, mais, là encore, ces recherches ne prennent pas en compte de possibles liens avec les communautés sourdes.

Ainsi, jʼai remarqué de nombreux éléments plaidant pour ce lien, bien que ténu, entre le noétomalalien parisien et les Signes Monastiques, au niveau du vocabulaire. Or, dans le vocabulaire, il y a un élément assez frappant, cʼest deux signes, ceux de « travail» et de « femme» qui sont les moins iconiques possible.

Or, ces deux signes se retrouvent dans le vieux noétomalalien et dans le noétomalalien actuel, dans la même configuration. Par conséquent, à moins que cela soit un hasard historique, il y a donc une transmission, probablement par le biais des religieux sʼoccupant de la charité, mais également par le biais des anciens élèves comme ceux dʼEtienne de Fay, religieux sourd qui a enseigné entre 1670 et 1740 à Amiens, à peine 180km de Paris ! Ainsi, cette localisation à proximité de Paris laisse probable la possibilité quʼil y ait une introduction lexicale via les élèves.

En ce qui concerne les actions de charité, le devoir de charité est lʼun des devoirs des ordres mendiants comme les dominicains. Néanmoins, lʼordre cistercien est lʼun des ordres, que je qualifierais, comme les plus gestualistes, car cʼest un des ordres les plus stricts au niveau de la règle du silence. Or, lʼordre cistercien est descendant de lʼordre clunisien, très connu pour avoir lʼun des premiers à mettre sur papier, et à coordonner les Signes monastiques, en fonction des nécessités.

Lʼordre clunisien, au Moyen-Age, est lʼun des plus puissants qui soit, et lʼune de ses ramifications a fondé le monastère dʼOna, au nord de la Castille, en Espagne. Monastère qui est connu actuellement pour avoir expérimenté lʼéducation orale, avec le moine Pedro Ponce de Léon !

Il est ainsi probable que le monastère dʼOna ait usité des Signes Monastiques, et de la dactylologie qui descend de celle de Cluny, qui a également donné naissance à une autre dactylologie, française, mentionné par lʼAbbé de lʼEpée, qui pourrait ressembler à lʼimage, qui provient dʼun monastère cistercien.

Ainsi, ces ramifications qui demandent une analyse plus précise et plus poussée éclaire sous un jour nouveau les contacts entre les communautés sourdes et les monastères, contacts qui peuvent avoir été à lʼorigine de certains signes.

Néanmoins, cela ne signifie pas que le noétomalalien parisien sʼest construite sur les Signes Monastiques, mais, quʼune part en provienne, oui.Par conséquent, lʼanalyse de lʼhistoire des Signes Monastiques, de son vocabulaire, et donc de ses liens avec les plus anciens signes connus (dictionnaire pélissier, entre autres) permet dʼéclairer sous un jour nouveau ses racines.

Conclusion
Le temps étant limité, je ne peux que faire superficiellement, de ce que lʼon peut approfondir. Ce qui est nécessaire, cʼest justement de comprendre les origines des langues des signes, de ce qui a permis à leur constitution, de leur transmission au fil des génération, et à leur expansion.

Une étude comparative entre le noétomalalien français actuel, celui du XIXe siècle avec les signes monastiques permet de se rendre compte de la présence de ces signes dans notre langue. Par conséquent, on pourra ainsi faire le tri entre les influence et de mettre en évidence la part des signes non-monastiques dans le vocabulaire du XIXe siècle.

Notre langue est-elle valorisée ?

Est-ce que le noétomalalien est-il valorisé ? Quelle est la perception des Sourds à son encontre ?

Je pose ces deux question à partir d’un simple constat, souvent remarqué durant des discussions. Ce constat, c’est : « Que est le signe pour tel ou tel mot ? »

Souvent, régulièrement même, on me sollicite pour trouver le signe approprié à tel ou tel mot, en urgence, et parfois dans un accès de panique; avant une intervention ou une traduction. Ainsi, j’ai remarqué qu’il y a une difficulté croissante pour traduire dans de bonnes conditions depuis le français parlé vers le noétomalalien. A quoi sont dues ces difficultés ?

L’argumentation la plus répandue, c’est à cause de Milan que l’on n’a pas assez de signes par rapport au français écrit ou parlé. Ainsi, on manque de vocabulaire, à cause de cette « satanée interdiction de 100 ans de son usage dans les écoles ». Y a du vrai dans cette phrase, mais, au fur et à mesure, à force de répéter, cette phrase perd progressivement tout son sens.

Par conséquent, il faut réfléchir à comprendre pourquoi on peine à trouver les correspondances lexicales entre le français et le noétomalalien. Pourquoi c’est toujours « quel est le signe approprié ? » et non pas « quel est le mot approprié pour le signe ? » C’est souvent dans ce sens-là que je remarque.

A cette nouvelle question, je sens poindre une nouvelle inquiétude quant à notre langue. La communauté Sourde, depuis le Réveil des années 1970, s’est investie dans l’usage de sa langue, de sa promotion (au travers des cours), de sa vulgarisation. Mais, s’est-elle interrogée sur son usage, et donc, de sa place vis-à-vis des autres langues ? J’en doute, car l’argument « c’est une langue » ne suffit pas.

Pourquoi ?

Parce que l’on a laissé à d’autres la charge de trouver comment faire correspondre tel signe/mot à tel mot/signe. Or, qui sont ces autres ? Les interprètes ! Loin de moi de leur jeter la pierre, mais, ces interprètes ont appris dans notre communauté notre langue, les Sourds les ont enseigné notre vocabulaire sans vraiment avoir conscience de sa correspondance par rapport au français. Ainsi, on voit une inflation de nouveaux signes dont moi-même j’ai toutes les peines au monde à les assimiler tellement qu’ils paraissent artificiels, crées de toutes pièces.

Pourquoi choisir la voie : « trouver/créer un signe pour tel mot ? » au lieu de chercher « comment faire correspondre les deux langues dans un sens commun ? ». Chaque langue a sa propre vocabulaire, sa propre lexique. On ne va pas créer 26 mots en français pour la faire correspondre au vocabulaire lapon de « neige ».

Or, c’est l’inverse que l’on constate. On déplore la pauvreté du vocabulaire du noétomalalien, et ainsi, il est temps de la gaver de nouveaux signes, et avoir ainsi des millions de nouveaux termes.

Que dire face à cela … C’est tout simplement de la facilité, de la simplification, et d’une absence grave de réflexion en profondeur sur le fonctionnement même de notre langue.

On oublie que chaque mot/signe peut donner un sens différent selon le contexte/objectif de la phrase. Par conséquent, j’ai pour habitude de refuser de donner la traduction d’un mot, sans que j’aie la phase entière. Ainsi, pour un mot, je peux donner des dizaines de signes selon le contexte.

ET l’inverse est pareil ! Pour chaque signe, on peut trouver des milliers de mots appropriés, toujours selon le contexte.

Peut-Être que je devrais écrire un article détaillé sur ce sujet. Mais, il est vraiment temps d’y réfléchir, et peut-être arrêter cette tendance à créer de toutes pièces de nouveaux signes pour les adapter aux mots …

Place à la réflexion ! Cela dévalorise notre langue aux yeux de tous !

Conférence FEAST sur les LS

Une conférence a lieu les 4-5 mai à Barcelone. Cette conférence concerne les recherches sur les langues des signes, et réunit les chercheurs de ce domaines, réputés ou débutants : le FEAST, à l’université Pompeu Fabra, dans le programme de COST Action Signgram.

Poster_FEAST-Banner

Une particularité est à faire remarquer. Cette conférence peut être suivi en direct via cette adresse : http://www.upf.edu/retransmissions/feastconference.html  (Le programme ici)

Ainsi, même si vous avez des empêchements ou manqué l’information de FEAST 2015, vous avez donc l’opportunité de suivre les dernières évolutions de la recherche linguistique sur le noétomalalien, et donc, être au fait des avancées de cette recherche.

Les liens fournis dans ce billet vous permettront de découvrir sur ce programme de recherche de premier rang, au niveau international, et surtout qui permet d’ajouter un jalon de plus dans l’histoire de la recherche de la linguistique du noétomalalien (des Langues des signes, si vous voulez.)

Nouveau séminaire à l’EHESS, le programme

EHESS

EHESS

A l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale, un nouveau séminaire concernant les Etudes Sourdes est programmé en plus du traditionnel séminaire du lundi soir, « Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques. » dont le programme complet se trouve là.

Il s’agit du séminaire intitulé : « Sciences sociales et surdité: travaux en cours de jeunes chercheurs », dont le programme complet se trouve ici : le programme de février à juin.

Il aura lieu le, je cite Andréa BENVENUTO  » le 1° et 3° mardi du mois, de 10h à 13h (3 février, 3 et 17 mars, 7 avril, 5 et 19 mai, 2 juin et 9 juin). Salle 1, 190 Avenue de France, 75013 Paris.

Ce séminaire s’adresse principalement à des étudiants (master, doctorat) et post-doctorants engagés dans un travail de recherche en sciences sociales et humaines sur des questions relatives aux sourds, à la surdité et/ou à la langue des signes. Les séances s’appuieront sur la présentation et la discussion des travaux en cours de jeunes chercheurs sans distinction disciplinaire ni appartenance institutionnelle. Les enjeux et les problématiques mobilisées par la surdité interpellent les sciences humaines et sociales et convoquent à l’élargissement d’approches théoriques et disciplinaires et vise à la mise en réseau de chercheurs, particulièrement de jeunes chercheurs impliqués.

Langues du séminaire: LSF et français

Première séance le mardi 3 février 2015 – 10h à 13h – salle 1 au 190 Avenue de France, Paris 13ème

Interventions de:

Yann CANTIN – CRH, EHESS
Le mariage sourd à la Belle Époque, norme ou exception ?

Mathilde VILLECHEVROLLE – CERSES, Paris Descartes.
L’écriture de l’histoire des Sourds

Inscriptions par mail à Ruth.Kitchen@ehess.fr

Andrea Benvenuto. Maître de conférences à l’EHESS
Ruth Kitchen. Post-doctorante, PHS-EHESS »

Ce séminaire permettra donc aux jeunes chercheurs des Etudes Sourdes de pouvoir comparer leurs points de vues, et donc de leurs réflexions respectives. J’ose espérer que du bien en ressortira !

Colloque universitaires Sourds francophones

Une grande nouvelle !

Un colloque international d’importance est enfin organisé à propos des Etudes Sourdes francophones. Il aura lieu à Rimouski, au Québec, les 28 et 29 mai 2015. Cela marque une nouvelle étape dans l’émergence des Etudes Sourdes dans le monde francophone, et il m’est avis que tous ceux qui travaillent de près ou de loin de ce domaine d’études doivent y contribuer.

Voici le lien vidéo, où tout est expliqué clairement : http://vimeo.com/116725314

Délai de propositions de communications : 15 février.

Et le lien pour s’inscrire au congrès : http://www.acfas.ca/evenements/congres/inscription

L’Europe francophone doit se représenter en nombre à ce congrès, et faisons développer ce domaine de recherches !

Le Réveil Sourd – Intervention de André Minguy, 3 décembre2014 –

André Minguy

André Minguy

Pourquoi et comment le réveil Sourd ?

Avant 1880 : Il y avait des sourds qui communiquaient en signes.
En 1880, le congrès de Milan optait la préférence de l’oralisme au détriment des signes.
Depuis cet événement de triste mémoire, les enseignants sourds disparaissent progressivement de l’enseignement, ceci jusqu’au début des années 70.

Premiers pas d’une série d’évènements vers l’émancipation des Sourds.

Je ne vais pas tout dire alors j’ai choisi certains points qui me semblent importants à vous communiquer. Je vais parler des évolutions dans chaque événement.

En l’an 1971, Paris, FMS (Fédération Mondiale des Sourds)

Le congrès mondial des Sourds avait eu lieu au palais de l’UNESCO à Paris. J’avais 21 ans, jeune et beau ! Je découvris le carrefour mondial des sourds : des allemands, des suédois, des américains et j’en passe. C’était beau à voir comment ils communiquaient entr’eux, heureux de se retrouver dans leur univers visuel-gestuel et échangeaient ce qu’ils avaient à dire en signes.

Il y avait une réunion plénière au palais de l’UNESCO, je crois bien qu’il s’agissait d’une série de conférences sur l’éducation ou l’enseignement des Sourds. Cette réunion étant axée sur l’oral était inaccessible pour moi et je ne m’y intéressais pas du tout.

Deux points importants ont été observés à ce congrès :

  1. Un enseignant spécialisé, entendant, Jean-Noël Dreillard de Marseille s’y trouvait. il avaitl’air surpris de voir un interprète qui signait à coté des conférenciers et découvrir que la traduction signée était destinée aux Sourds américains. Il fut plus étonné d’entendre les traductions orales de l’interprète aux questions et réponses des sourds américains, ces traductions de bonne qualité étaient bien ciblées sur les sujets abordés.Jean Noël Dreillard avait évoqué par écrit ce souvenir 10 ans après lors d’un stage parents organisé par 2LPE en 1981 à Saint-Laurent-en-Royans (Drôme).
    Paradoxalement à la découverte de Jean-Noël, la délégation sourde française s’y trouvait et suivait les travaux du congrès par l’intermédiaire d’un locuteur labial.
  2. A ce congrès, les américains prônaient l’usage de la totale communication aux USA (Oral – appareillage – gestes). Cette influence américaine commençait à se répandre dans les écoles spécialisées en France. De ce fait, on constate seulement l’apparition timide des signes dans les écoles en France.

A noter : En 1960, William Stokoë, linguiste américain, suivait des cours de signes. En faisant des recherches, il proposa les paramètres linguistiques, ce qui a permis d’aboutir à la reconnaissance de la langue des signes américaine (ASL) comme une langue à part entière.
En France, à partir de 1970, on observe seulement l’apparition des gestes (langage gestuel).

On ne parle pas encore de LSF et pourtant les sourds le font quotidiennement.

1975 : FMS à Washington DC. USA

Le congrès mondial des sourds se déroulait à Washington DC. Deux centaines de français (des Sourds en grande quantité et quelques entendants) étaient présents. Ils étaient impressionnés par la langue des Sourds américains, la culture artistique, le théâtre, le niveau des études, etc. De retour en France, l’impact visuel resta lettre morte au niveau associatif : les dirigeants sourds français de la Confédération Nationale des Sourds de France disaient que ce constat typiquement américain était impensable en France.

Pourtant, Il y eut quelques initiatives isolées qui se passaient à Paris pour que la révélation américaine soit plausible en France. Vous verrez par la suite ce qui se passera.

A noter la présence à ce rassemblement mondial d’un chercheur en sociologie : Bernard Mottez apprenait l’existence d’une langue visuelle aux USA : l’ASL (Américain Sign Language). Il se demandait si l’on pouvait en faire autant en France : la Langue des Signes Française (LSF). Ce qui fut fait et appliqué.

Formation élèves-professeurs 

Après le FMS en 71, à partir de 1973, deux sourds, Christian Deck et Jean-Jacques Bourgeois, désireux de devenir enseignants, effectuaient des démarches auprès des associations de parents d’enfants Sourds, au ministère, etc, pour obtenir gain de cause. Ce qui ne fut pas une tâche aisée. Selon l’interdiction de la loi, des écoles spécialisées ne les embauchaient pas. Finalement, en 1976, un seul établissement situé à St-Laurent-en-Royans (Drôme) les accueillait et assurait la formation, le suivi des deux candidats. Cette session était organisée par la FISAF. (Fédération Insertion Sourds Aveugles de France)

A noter : Depuis la découverte des Sourds à l’INJS de Paris en 1974, le sociologue Bernard Mottez soutenait beaucoup l’action les deux candidats Sourds. Il leur insufflait des connaissances politiques pour qu’ils obtiennent des résolutions à leurs attentes.

1980, 100 ans après le congrès de Milan, Christian Deck obtenait enfin son examen et devenait le premier enseignant sourd. Jean-Jacques Bourgeois le suivait un an plus tard. Grâce à ces lauréats, la porte s’ouvrit aux autres candidats sourds désireux de devenir enseignants, mais seulement dans l’enseignement spécialisé. De ce fait, la loi interdisant l’accès des Sourds à l’enseignement devenait caduque.

A noter : Pas d’enseignants sourds à l’Education Nationale.

Culture :
Avant 1975, la culture était inexistante, sauf pour certains en écriture et en lecture. Pas de théâtre, pas de contes, pas de conférences, etc. pour tous les sourds, même les oralistes. C’était presque le vide culturel et artistique pour les Sourds en France sauf à quelques exceptions en expression artistique ; un véritable décalage par rapport aux évolutions de la société.

Un mur invisible d’ordre linguistique se dressait pour les visuels car de l’autre côté de la barrière tout est axé sur l’oralisme, donc les informations passaient de la bouche à l’oreille.

Après le congrès mondial de Washington DC en 75, lors d’une rencontre improvisée à Nancy, Jean Grémion, un entendant épris de l’art culturel, saisit l’opportunité de faire venir Alfredo Corrado, un comédien Sourd américain pour faire fleurir la culture visuelle en France : le théâtre, les contes, les conférences. Cet évènement inattendu attirait l’attention du monde Sourd.

En l’an 1976, Rassemblement au château de Vincennes : Il s’agissait d’une réunion exceptionnelle pour le refleurissement culturel à l’intention des Sourds en France. A cette occasion, « International Visual Theatre » (IVT) fut créé et installé au donjon du château de Vincennes. Plus d’une dizaine de Sourds s’initiaient à l’art théâtral sous la conduite d’Alfredo Corrado.

Encore une présence américaine dans la mouvance du réveil Sourd : A la demande d’Alfredo Corrado, Bill Moody, un interprète faisait sensation en assurant une traduction de qualité des langues orales et signées, il venait spécialement pour le comédien américain qui avait besoin de l’assurance pour les traductions de qualité LSF – ASL.

Bill Moody : Avec lui, par lui, en lui, Sa présence, ô combien indispensable, suscitait de l’intérêt aux entendants pour la fonction d’interprète. En plus, il enseignait des cours de langue des signes aux entendants, il laissait progressivement sa place aux sourds. Pour terminer, avec la participation des Sourds d’IVT, il collabore à la réalisation des trois tomes des cours de LSF. Une première en France !

Cours de langue des signes.
La première chose à faire du mouvement sourd était de mettre en place des cours du langage gestuel dans les institutions. Aucun programme précis n’était établi pour ce faire. Le plus souvent, on proposait une liste de mots et l’on associait un geste à un mot. Pendant un bon moment, chaque animateur improvisait ce genre de cours par des coupures de journaux, d’images, de mimes, etc.

Au fil du temps, le contenu des cours s’améliorait grâce aux cours de communication non verbale (forme de l’iconicité) de Gil Eastman, formateur américain et aux tomes «IVT».
A partir de ce moment là, sur proposition de Bernard Mottez, la notion du langage gestuel fut remplacée par celle de la langue des signes Française. Sur ce, IVT et l’académie de la langue des signes française (ALSF) étaient les pionniers de l’enseignement de qualité.

Les recherches ne s’arrêtaient pas là. En l’an 2000 On incorporait les recherches de Christian Cuxac sur l’iconicité dans le contenu des cours. On ne fait uniquement un signe un mot. On propose l’apprentissage des intentions visuelles et signées dans un contexte précis, le plus souvent au moyen des images conçues à cet effet et visionner les séquences signées en vidéos.

En plus, l’apport de la technologie facilite l’apprentissage des cours de LSF.

Actuellement, En plus d’IVT et l’ALSF, le réseau de Visuel LSF France (17 centres), Steum de Nantes, dans les écoles spécialisées, dans les associations de parents d’enfants sourds dispensaient ces cours et envoyaient des formateurs à se perfectionner dans la linguistique de la LSF et la pédagogie visuelle, ceci en collaboration avec l’université Paris 8. Chaque année, Visuel LSF France organisait le séminaire afin que toute la classe formatrice puisse partager leurs recherches et leurs connaissances, peaufiner la progression pédagogique des cours.

Mouvement oblige ! Plus rien ne l’arrête : On constate la sortie des ouvrages ou livres en langue des signes : Editions Monica Companys, IVT, des livres écrits par des Sourds, des Bandes dessinées Etc. Actuellement, Art Pi sort trimestriellement son magazine sur l’art visuel et les artistes… Beaucoup d’enrichissement à découvrir sur le monde des Sourds dans la France profonde.

A Noter : Christian Cuxac, linguiste entendant, suivait des cours de gestes à l’INJS St Jacques. C’était Frère Jouanny qui y animait. Il y proposait une liste de mots. A chacun de mémoriser un signe pour un mot. A un moment donné, Christian observait par la fenêtre les élèves signer entr’eux en récréation. Il trouvait que c’était bien une langue vivante. Par la suite, il faisait des recherches sur l’iconicité en visionnant Guy Bouchauveau en train de signer une histoire drôle et y décelait des aspects grammaticaux, temporels, les formes de taille, de personne, de situations, etc. Ce qui fait que cette trouvaille aboutit à l’enrichissement du programme des cours de langue des signes.

Un petit tour au nouveau monde…
A l’initiative de Bernard Mottez, sociologue Français et d’Harry Markowicz, sociolinguiste américain : des stages d’été furent organisés à Gallaudet Collège en 78 – 79. 35 personnes Sourdes et Entendants y participaient. Durant leur séjour, un programme bien diversifié fut proposée et exposée à leur intention :page3image31016

  • Découverte des moyens de communication visuelle (appels lumineux, ASL, tout le monde signait au campus universitaire.)
  • Exploration des techniques d’informations et de communication. (Studio d’enregistrement vidéo. Banque des données vidéothèques, de la maternelle à l’université, des box pour apprentissage individuel des cours d’ASL.., des ouvrages en ASL, Etc.)
  • Cours de communication non verbale. Belle découverte !
  • Des conférences traduites en langues orales et signées.
  • Rencontre avec des Sourds américains sur la culture sourde : Humours, Mimes, etc.
  • Découverte de l’histoire des Sourds en France.
  • Des rencontres avec les linguistes, les enseignants sourds et entendants sur les recherches de langues des signes.Ce fut une découverte fabuleuse des potentialités visuelles jusque-là ignorées des sourds Français. A noter également que chacun prenne conscience et l’importance de la perception et l’émission visuelle gestuelle ou signée.

Accélération des initiatives :

Education,
De retour des stages d’été sur le nouveau monde, le mouvement Sourd prenait son envol. Les réponses aux besoins des Sourds se précisaient :

1979, A l’initiative de Danièle Bouvet : une première initiative bilingue fut expérimentée à l’école maternelle de Bossuet (Paris). Le corps enseignant, composé de Marie-Thérèse l’Huillier, Sourde signante et de Danièle Bouvet, orthophoniste, dispensait, 2h par jour, d’apprentissage bilingue. A partir d’un texte écrit, Marie-Thérèse signait et l’orthophoniste oralisait.

Le reste du temps scolaire, les enfants fréquentaient dans les classes maternelles avec la présence d’un enseignant entendant assurant la traduction visuelle des cours.

1979 -1980 : « Deux langues pour une éducation » (2LPE)
L’objectif de cette association est la participation des sourds, professionnels et parents d’enfants Sourds, ceci afin de promouvoir la reconnaissance, la sensibilisation de la langue des signes française et le bilinguisme.

A l’instar des stages d’été à Gallaudet collège, le mouvement triangulaire a pour but d’organiser « des stages parents » chaque année, une semaine en juillet, de faire prendre conscience aux parents d’enfants sourds l’existence d’une langue visuelle signée. (Langue des signes française) pour les Sourds et qu’il est possible de communiquer avec eux, d’organiser des conférences sur le bilinguisme, la langue des signes, l’interprétariat, les témoignages des Sourds, etc.

De la naissance jusqu’à sa dissolution en 1988, 2LPE regroupait en son sein 22 groupes locaux.

A partir de 1984, grâce à l’initiative des parents d’enfants Sourds, 2LPE avait mis en place 6 classes bilingues / Chalon sur Saône, Poitiers, Toulouse, Nancy, Bayonne, Champs sur Marne. En tout, soixante enfants suivaient la scolarité à l’éducation nationale.

Au début des années 2000, L’Education nationale ouvrit enfin la porte à des enseignants sourds, actuellement certains sont professeurs des écoles.

page4image22960

A partir des années 80 – 90, le réveil sourd ne s’arrête pas, le mouvement s’étend (touche) dans d’autres domaines :

Vers la professionnalisation des interprètes…
Avant 1986, les traductions étaient assurées par des bénévoles signants.
A partir de 1986, des formateurs bilingues, sourds et entendants, de SERAC, ESIT, Rouen, Toulouse, Lille, dispensaient des cours d’interprétariat. Cette formation devenait de plus en plus performante grâce aux recherches linguistiques de Paris 8, de Visuel LSF et du monde des Sourds. Ce domaine est indispensable car il permet aux sourds de favoriser l’autonomie, de développer son savoir, de s’ouvrir vers autrui, de suivre des conférences publiques, etc.

Des sourds peuvent intervenir publiquement dans tous les domaines avec sa langue signée : social, professionnel, politique, universitaire, médiatique, etc.
Tout n’est pas au point. Il reste à parfaire la pérennisation de cette action.

Santé : des médecins apprennent à signer !
Jamais, je n’aurais imaginé qu’une partie du corps médical puisse s’intéresser à la langue des signes française. Les médecins sont trop occupés à soigner l’oreille malade et à tenter de la réparer. Cela loin, très loin des potentialités que chaque sourd possède en communication visuelle-signée.

Eh bien, ce qui devrait arriver arriva et je ne m’y attendais pas du tout :
A partir de 1996, un médecin, Jean Dagron, apprenait la langue des signes pour communiquer avec ses clients signants. Il recevait un Sourd pour une consultation. Il voulait demander la présence d’un interprète pour une meilleure compréhension de la consultation. Le patient en question, sachant que le médecin pouvait signer, préfère discuter en tête à tête avec lui.

Jean Dagron, à qui j’ai demandé la raison qui l’a poussé à mettre en place des unités d’accueil pour Sourds, a bien voulu me répondre. Voici le message qu’il m’a envoyé ci-après :

Le point du départ a été le SIDA et précisément deux faits : les sourds séropositifs n’allaient pas se faire soigner car ils devraient passer par l’intermédiaire d’un tiers. L’utilisation de la LSF a permis une relation directe et confidentielle.

  1. les sourds séropositifs n’allaient pas se faire soigner car ils devraient passer par l’intermédiaire d’un tiers. L’utilisation de la LSF a permis une relation directe et confidentielle.
  2. Des Sourds apprenaient dans la même la même consultation leur séropositivité et ce que c’était le SIDA.

C’est ainsi que des unités d’accueil s’installaient progressivement en France. Les consultations et suivies sont assurées par un corps médical bilingue : Sourds et entendants.

Les premiers unités : La salpêtrière, Marseille, CHU de Rennes, Etc. A l’heure actuelle, il en existe quatorze en France.

Pour moi, c’est un événement rare et inattendu, un des faits marquants du réveil Sourd en France. On sait que les médecins se concentrent uniquement sur la surdité. En l’absence de l’audition, Ils ne voient pas ou refusent la communication visuelle-gestuelle.
Enfin, à l’heure actuelle, on voit quelques rares médecins apprendre la langue des signes et communiquer avec des patients Sourds. Ces derniers parlent de leurs problèmes de santé en toute quiétude et dans le secret absolu.

Cours de linguistique :
Actuellement des cours de formation de langue des signes sont assurés par l’université Paris 8 en collaboration avec Visuel LSF 75. Cela permet aux formateurs sourds d’établir une progression des apprentissages visuels de la langue des signes, de créer des néologismes, de diversifier les interventions des autres intervenants, ceci afin de permettre aux stagiaires de s’habituer à la perception visuelle signée. Paris 8 délivre à ces stagiaires une licence professionnelle de langue des signes.

Actuellement. On note l’accession des sourds à postes importantes: Dans l’enseignement (professeurs et inspecteur de l’Education Nationale), l’éducation, les recherches historiques (Yann Cantin), CNRS, l’anthropologie, l’université, les médias télévisés (L’œil et la main), etc. Direction d’un magazine (Art-PI, Echo magazine) les formateurs de LSF, la direction des centres de formation en langue des signes, etc.

Jadis, on disait aux sourds que l’accession aux niveaux cités ci-dessus était impensable, voire impossible. Actuellement on montre bien les possibilités pour les sourds à franchir ce palier de connaissances et de compétences.

Les acteurs du mouvement historique :
Des sourds et des entendants travaillent main dans la main pour la bonne cause. Il faut bien souligner que sans ces derniers, la question si le réveil sourd aura bel et bien lieu ?

La participation de la gent entendante est primordiale car elle permet aux Sourds, par le biais des interprètes diplômés et des locuteurs signants, de mieux se connaître et s’apprécier. Grâce à elle, des sourds voient s’ouvrir de nouveaux horizons, Ils apprennent à son contact, découvrent son monde, ses us et coutumes et réciproquement. Ils accèdent dans le domaine des apprentissages, des connaissances, ceci afin de fructifier le capital savoir.

Quelques dates législatives relatives à la langue des signes.
En 1991 déjà, l’amendement « Fabius » de la loi n° 91-73 du 18 janvier 1991 reconnaissait aux familles le droit de choisir une communication bilingue, langue des signes – français et langue française.

Loi du 11 février 2005 :
La loi n°2005-102 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a été votée le 11 février 2005 (Journal officiel du 12/02/2005).
Il est stipulé que la langue des signes est reconnue comme langue à part entière, seulement dans le domaine du handicap. Mais cette officialisation n’est pas mentionnée dans le registre de la constitution française contrairement aux autres pays. A la grande surprise des Sourds français, la fédération mondiale des Sourds avait bien précisé cette non-reconnaissance lors d’une réunion à Paris.

Conclusion :
On remarque au premier abord l’influence des Etats-Unis d’Amérique sur le réveil Sourd en France. Ce qui a permis aux Sourds de récupérer son « BIEN » Ô combien précieux : la langue des signes française.

Un grand virage de l’émancipation des premiers acteurs du réveil sourd a été abordé au prix de grandes difficultés, de souffrances et de refus entre les pro et les réfractaires de la langue des signes.

A l’instar d’une cellule de syndicats qui se batte pour améliorer les conditions du travail de l’ensemble des salariés, Le combat de reconnaissance sociale sourde conduit par les pionniers est profitable aux générations futures. Grâce aux retombées linguistiques par des précurseurs de première heure, des jeunes s’émancipent dans ses apprentissages et dans leur vie. Ils s’auto-suffisent et sont peu enclins à se battre pour assurer la relève des anciens précurseurs. On se doit de les sensibiliser sans cesse.

Le plus dur est de convaincre les anciens Sourds que la langue des signes les concerne également car ils sont, comme tous les visuels, logés à la même enseigne : la perception et l’émission visuelle- gestuelle ; chose qu’ils n’ont pas pu bénéficier au temps de l’oralisme.

Cela fait 34 ans que le réveil Sourd fut entamé et qu’il continue. Des choses ont été avancées mais il reste encore beaucoup à faire pour satisfaire les besoins du quotidien des Sourds : des centres relais téléphoniques permanents, des traductions signées plus fréquentes sur le petit écran, des sous- titrages à améliorer, des classes bilingues ou signantes un peu partout en France, etc.

Le plus important est d’obtenir la reconnaissance officielle de la langue des signes dans la constitution française. Des pays en Europe et du monde ont déjà officialisé ce précieux sésame pour les Sourds de leur pays respectifs.

Qu’en est-il de notre pays, terre d’accueil et des libertés ?

André MINGUY

Avant le Réveil Sourd, que s’est-il passé ? – Conférence de Yann Cantin, 3 décembre 2014 –

Yann Cantin

Yann Cantin

Introduction 

Dans la recherche historique des Sourds, le Réveil Sourd fait référence à la période des années 1970-1990 où la communauté sourd prend progressivement conscience de sa spécificité culturelle, et des actions afin de défendre, dans un premier temps, puis de promouvoir l’usage de la langue des signes française.

Or, le « Réveil Sourd » concerne principalement la France, et dans une moindre mesure, les pays francophones limitrophes. En effet, le déroulement de cette période diverge fortement en fonction des pays, ce qui fait qu’il n’est pas généralisable à tous les pays, du fait des spécificités culturelles, et sociales propres à chaque pays.

Ainsi, en France, quand la référence du « Réveil Sourd » s’est répandu au sein de la communauté sourde, dans les années 1990, et plus particulièrement depuis une dizaine d’années, cette période semble atteindre une fin, ouvrant la voie à une autre période historique encore peu précisée.

Ce qui est intéressant du point de vue historique, mais également culture, c’est que la période qui a précédé le Réveil Sourd a été tout simplement occultée, oubliée.

Par analogie, on pourrait considérer cette analyse avec l’Histoire dans le sens général. En effet, la Renaissance suit le Moyen-Age, et pour les penseurs de la Renaissance, le Moyen-Age représente une période sombre qui disparaît dans la lumière de la Renaissance.

Extrait projection

Extrait projection

Cette brève interprétation se retrouve également au sein de la communauté sourde où justement, la période qui a suivi le congrès de Milan, en 1880, est souvent considérée comme une période sombre. Un grand nombre de militants, pour ne pas dire tous, usent des termes comme « sombre, triste, déclin, oppression ».

Ces termes se retrouvent dans les écrits des penseurs de la Renaissance, et des périodes postérieures qui considèrent le Moyen-Age en ces termes. La naissance du terme « Gothique » se repose sur l’esprit dit barbare, des goths. Or, pour les penseurs de la Renaissance, les Goths représentent ceux qui ont mis à bas la pensée Antique, la pensée par excellence de la civilisation.

Donc, pour les militants sourds, cette analogie se retrouve, et est de plus renforcée par l’origine géorgaphique de la méthode orale pure adoptée à Milan. Ainsi, pour les militants Sourds de la Belle Epoque, la méthode orale est une méthode barbare, gothique, issue des contrées barbares de l’Allemagne. Et ensuite, de nos jours, encore, le caractère considéré comme barbare, non civilisé, de l’oralisme est ainsi vu par de nombreux militants du Réveil Sourd. Par conséquent, la recherche historique est fortement influencée par cette interprétation de la période des années 1880-1970, soit un siècle, qui est vu comme le « siècle sombre ».

Or, le Réveil Sourd plonge ses racines dans cette période fortement méconnue du « siècle sombre » qui n’est sombre que de nom.

Les origines

Les racines du Réveil Sourd plongent à la Belle Epoque, à une période où la remise en question de la place de la langue des signes a conduit à son bannissement du programme éducatif, et surtout de la critique de son usage au quotidien.

Or, cette critique semble s’accroître au fil des années, à partir des années 1930-1940, avec la disparition des derniers défenseurs de la langue de signes, comme Henri Gaillard qui meurt en 1939, un mois avant le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale.

La disparition de la génération de la Belle Epoque laisse un grand vide au niveau associatif, ce qui a conduit à un fort flottement des associations, et de la disparition des initiatives entamées dans les années 1900 comme le Foyer des Sourds, à Paris, qui est plongé dans une crise financière.

Or, les années 1940-1950 se caractéristiquent par une sorte de redistribution des cartes au niveau associatif avec une nouvelle orientation du mouvement associatif. Les derniers mentions en faveur de la langue des signes, et surtout, de la mémoire des personnalités brillantes tels que Ferdinand Berthier datent des années 1930. Le centenaire de l’Association amicale des Sourds-muets de la Seine, en 1934, fait mention de Berthier.

Extrait projection

Extrait projection

Or, dans les années 1950, on assiste, de moins en moins, de mentions des années précédentes, et surtout, une augmentation progressive de la présence médicale, et surtout des traitements de la surdité, de l’éducation orale. Cette évolution se fait au détriment de la défense de la langue des signes qui s’est trouvée marginalisée dans les années postérieures à 1945.

Ce changement survenu correspond à la naissance des militants du Réveil Sourd qui n’ont jamais connu les vieux militants de la Belle époque qu’indirectement. Cette ignorance des période précédentes semble être l’un des éléments du Réveil Sourd, puisque la découverte, de ce que certains considèrent comme « l’Age d’Or », entraîne une forte prise de conscience, et surtout d’indignation face à ce qui est considéré comme une censure.

Les années 1960-1970

Or, on assiste à un sommet de ce que l’on peut qualifier d’épuration des réalisations de la Belle époque ente 1962 et 1970.

Après la disparition du foyer des Sourds de Paris dont le terrain est finalement vendu en 1947 à une entreprise de menuiserie, d’autres associations disparaissent dans les années 1960 : Alliance Républicaine Silencieuse, Salon des artistes sourds-muets, Association pour l’Avancement des sourds-muets, entre autres.

Ces associations ont toutes une caractéristique commune : celui d’animer la vie sociale et culturelle de la communauté sourde. Ainsi le dernier banquet organisé par l’Alliance Silencieuse daterait de 1963. Et depuis cette année-là, aucun banquet d’envergue ne semble être organisé au cours des années 1960 jusqu’aux années 1990, à Paris, à l’heure actuelle des recherches.

Les associations qui les remplacent s’orientent nettement sur la lutte contre la surdité, se plaçant même dans un registre de l’handicap, de la médecine. La fondation de l’UNISDA au début des années 1970 s’inscrit dans cette nouvelle orientation du mouvement associatif sourd.

Or, ce qui est frappant, c’est ce qui semble être une sorte de basculement des lignes directrices au cours des années 1950. La disparition de la Fédération des Sociétés de Sourds-Muets, fondée en 1894, et ravivée dans les années 1930, en 1959 laisse une place vide à une nouvelle fédération. Cette fédération est issu d’un courant, à l’origine marginal, mais qui dispose d’un soutien fort des directeurs d’établissements.

L’Union Nationale des amicales d’anciens élèves des institutions des sourds de France, fondée en 1949 se lie avec le Comité national des sociétés silencieuses de France et d’Outre-mer (fondée en 1955) pour donner naissance à la Confédération Nationale des Sourds de France, elle-même fondatrice de l’UNISDA en 1975. La CNSF absorbe les deux associations précédemment citées en 1972, or la fondation de la CNSF correspond à la période de la disparition de la plupart des associations parisiennes fondées à la Belle Epoque.

Cette conjonction illustre une nouvelle orientation associative en faveur de l’Handicap, au détriment de l’aspect culturel. C’est également la période où justement, la langue des signes perd ses derniers défenseurs.

Par une situation intéressante, en 1960, William Stokoe publie un article sur l’American Sign Language, où il fait noter que cet ensemble de geste présente les caractéristiques d’une langue à part entière. Cet article marque un nouveau jalon historiquement crucial puisqu’il marque l’intérêt des universitaires sur la question de la langue de signes. Or, l’intérêt des universitaires semble avoir perturbé les membres de la communauté sourde qui s’en étonnent.

La surprise

Extrait projection

Extrait projection

Ainsi, Stokoe, Mottez, et bien d’autres chercheurs, et de même Delaporte se sont intéressés à cette communauté spécifique au point de faire susciter de profonds interrogations parmi les membres de la communauté qui ont été les informateurs, que ce soit au niveau de la langue, ou au niveau de la sociologie et de l’anthropologie. N’oublions pas également l’impact des voyages à l’université Gallaudet entre 1977 et 1979 qui ont véritablement marqué le début du Réveil Sourd.

Ce qui est important, c’est qu’entre 1930 et 1970, les membres de la communautés ont été confrontés à un dénigrement important de leur langue, et à une absence que l’on peut qualifier de total d’intérêt. Les témoignages de ceux qui ont vécu durant cette période se rejoignent sur un point : les associations dites militantes ne s’intéressaient pas à la défense de la langue des signes, et les associations sportives se contentent d’organiser les rencontres sportives.

Cette différence est flagrante avec le foisonnement associatif de la Belle Epoque, où la culture dispose d’une place essentielle, et dont les débats sur la place de la langue des signes ont été furieux. La conférence d’Albert Omnès, CODA, en 1937 est l’illustration de l’existence de ces débats. En effet, cette conférence vise à faire reprendre conscience aux sourds du danger des dérives sur la langue des signes, où l’on assiste de plus en plus à une sorte de français signé, et à des structures peu logiques, y compris une perte de vocabulaire. Omnès essaie, lors de cette conférence, de faire prendre conscience, sans succès.

D’autre part, le rôle écrasant d’André de Saint-Antonin, personnage de premier plan du mouvement associatif sourd des années 1950-1970 semble avoir entrainé deux évolutions contractitoires.

Tour d’abord, il a initié la disparition de la plupart des associations nées à la Belle Epoque dont les budgets ont été renversés, d’après les dires des témoins, à la toute nouvelle Confédération. Cette décision de faire disparaître semble répondre à une politique plus générale du mouvement des handicapés qui prend de l’essor au cours des années 1960, et dont la spécificité sourde présente un visage dérangeant de la différence culturelle.

Cela peut expliquer en partie pourquoi quasiment toutes les associations culturelles et artistiques ont disparu au cours des années 1960 et 1970, et de la disparition du Musée des artistes sourds située dans un local à l’INJS.

D’autre part, Saint-Antonin est un personnage extrêmement controversé, voire sulfureux d’après ce que disent la plupart des témoins de l’époque. Il semblerait que son mépris envers les Sourds qui continuent à noétomalalier serait l’un des aiguillons du Réveil Sourd. Une anecdote semble résumer la situation :

Saint-Antonin annonce qu’il est essentiel de participer à un gala d’importance d’une association d’handicapés. Des jeunes sourds, dont certains témoins, s’y rendent avec leurs plus beaux habits, se demandant le pourquoi de cette importance. Sitôt rendus, ils se trouvent dans une salle de concert, où l’on assiste à une représentation de musique classique. L’un des Sourds de l’assistance, incapable de se contenir, et s’ennuyant surtout, se met à faire des blagues « silencieusement », et l’agitation gagne rapidement toute l’assistance silencieuse.

Saint-Antonin se retourne et déclare qu’il faut se comporter comme il faut, et écouter le concert.

Cette déclaration serait inimaginable à la Belle Epoque, comme de nos jours. Or, elle est considérée normale dans les années 1960 où la norme est de se conformer à la société entendante.

La pression de cette conformité semble être l’une des causes du Réveil Sourd, où justement cette pression est devenue insupportable au point que certains, avec l’appui plus ou moins conscient des universitaires, se sont mués en des adversaires de l’oralisme et de la politique dite « conformiste » de Saint-Antonin.

Conclusion

Ce conformisme semble avoir progressivement étouffé la jeunesse de l’époque, et par conséquent, deux principaux facteurs ont conduit à l’avènement du Réveil Sourd.

Dans un premier temps, face à la disparition, et du déni même de l’existence d’une communauté sourde, la jeunesse de l’époque (née après les années 1930) qui n’a jamais connu les personnalités de la Belle Epoque, et donc du modèle initié par Ferdinand Berthier ressent une forte chape de plomb sur eux. Ainsi, se développe une certaine interrogation sur leur place dans la société. On comprend pourquoi le Réveil Sourd a été si soudain. Mais il a fallu un déclencheur déterminant.

Après l’étouffement, il y a la prise de conscience suite à l’intérêt porté sur leur communauté par les universitaires qui ajoute un ingrédient au mélange explosif qui a conduit au Réveil Sourd qui a été cette fois-ci soudain.

Cette réunion de deux facteurs a conduit à un développement de la communauté sourde au cours de la fin du XXe siècle. Ainsi, on peut penser que sans toute cette censure, déni et étouffement, il est peu probable qu’il y ait un Réveil sourd, de même s’il n’y avait pas d’interêt universitaire qui a sollicité des informateurs sourds, il n’y aurait pas de Réveil non plus.

On constate cela une corrélation d’événements qui ont conduit à l’apparition du Réveil Sourd. Et donc, comprendre la période antérieure au Réveil est plus que nécessaire pour comprendre la période 1970-1990 !

Un ethnologue chez les Sourds (Conférence de Yves Delaporte, 3 décembre 2014)

10509764_10204405980483694_6617478572913860531_n

Intervention de Yves Delaporte, dans la salle des fêtes de l’NJS, 3 décembre 2014

Un ethnologue chez les sourds

Dans le premier contact que j’ai eu avec Yann Cantin pour la conférence d’aujourd’hui, il me parlait de mes travaux et de l’impact qu’ils ont sur la communauté sourde et la recherche scientifique, en précisant en « linguistique, histoire et sociologie ».

Cela m’a amusé, parce que la discipline qui est la mienne, c’est l’ethnologie. C’est en tant qu’ethnologue que j’ai travaillé pendant 35 ans au CNRS.

Ce petit oubli sans importance n’est évidemment pas dû au hasard : la sociologie, l’histoire, la linguistique sont des disciplines depuis longtemps établies, bien connues, y compris par les sourds. Les signes SOCIOLOGIE, HISTOIRE, LINGUISTIQUE, existent depuis longtemps en LSF.

Il en va différemment de l’ethnologie dont pas grand-monde, sans doute, même chez les entendants, ne sait exactement de quoi il s’agit. Le signe ETHNOLOGIE est apparu il y a très peu de temps, suite à mes travaux (le mot figurait dans le sous-titre des « Sourds c’est comme ça »). Lorsqu’il est apparu et a commencé à se diffuser, il était clairement inadapté : [une main en index pointant vers le haut, l’autre main en crochet le parcourt de haut en bas]. Autrement dit : « recherche sur une personne ». Bernard Truffaut, sourd bien connu, a proposé un signe bien meilleur [une main en crochet tourne au-dessus de l’autre main en croissant]. Autrement dit : « recherche sur un groupe, une communauté ». Je le signale chaque fois que je peux, notamment avec un petit article dans le Journal de l’AFILS.

En préambule à cette réunion, j’ai donc eu envie de clarifier les choses et d’expliquer brièvement ce qu’est l’ethnologie, cette discipline nouvelle dans le champ de la surdité, quels sont ses objets d’étude et ses méthodes.

L’objet

Il y a cinquante ans, les sociologues étudiaient les sociétés contemporaines complexes, urbanisées, celles où nous vivons. Les ethnologues, eux, étudiaient les sociétés traditionnelles ou primitives, de petits groupes qui se maintenaient à l’écart des grandes évolutions contemporaines en conservant un mode de vie traditionnel. En France, de grands livres ont fait connaître l’ethnologie. Une superbe collection, « Terre Humaine », dirigée par Jean Malaurie aux éditions Plon, a contribué à populariser les meilleurs textes : c’est dans cette collection qu’ont été édités des livres mondialement célèbres : les Tristes tropiques de Lévi-Strauss (sur des tribus amazoniennes), L’exotique est quotidien (Georges Condominas, sur une minorité ethnique du Vietnam), Le Cheval d’orgueil (Pierre Jakez Hélias, sur l’ancienne culture bretonne).

Il y avait donc à cette époque un partage du monde entre les sociologues, qui étudiaient ce qui se passe ici, et les ethnologues, qui étudiaient ce qui se passe là-bas…

Pendant 20 ans, j’ai fait partie de ces ethnologues qui étudiaient de petits groupes à la vie traditionnelle : j’ai étudié les Lapons, un peuple qui vit dans l’Arctique, et dont toute la vie matérielle, sociale et culturelle est fondée sur l’élevage du renne, un animal qui était déjà important pour les sociétés préhistoriques.

Mais dans les années 1970, un grand changement s’est opéré en ethnologie pour différentes raisons qu’il est inutile de détailler ici. L’ethnologue ne se consacre plus uniquement aux sociétés traditionnelles, lointaines, exotiques, aujourd’hui il peut travailler n’importe où. J’ai participé à ce mouvement : il m’était toujours apparu qu’il y avait une sorte de racisme inversé dans l’attitude de l’ethnologue pour qui toutes les sociétés étaient intéressantes, sauf la nôtre…

Les méthodes

Puisque l’ancien partage de la planète entre sociologues et ethnologues n’existe plus aujourd’hui, qu’est-ce qui fait la spécificité de l’ethnologie ? Pourquoi s’est-elle maintenue comme discipline autonome, sans fusionner avec la sociologie ?

Cette spécificité, ce sont les méthodes d’enquête. Forgées autrefois auprès de petits groupes traditionnels et exotiques, elles ont été conservées dans l’étude des sociétés modernes.

Les Lapons et les sourds sont deux groupes humains très différents l’un de l’autre. Mais les méthodes que j’ai pratiquées auprès des sourds sont les mêmes que celles que j’avais pratiquées auparavant pendant près d’un quart de siècle chez les Lapons.

Quelles sont ces méthodes ?

Pour nommer ce qu’ils font, les ethnologues ont forgé l’expression d’ « observation participante » : observer directement ce qui se passe, sans passer par le biais d’interviews ou de questionnaires comme font beaucoup de sociologues, et participer à toutes les activités du groupe étudié.

Apprendre la langue lapone, accompagner les éleveurs auprès des troupeaux, participer aux tâches de l’élevage (apprendre à capturer des rennes sauvages au lasso, ce qui me laisse de drôles de souvenirs… descendre un grand mâle du haut d’une montagne jusque dans la vallée en traversant des bois…) : voilà, entre autres, ce qu’est l’observation participante dans le cas des Lapons. Quand on a participé soi-même à toutes les techniques de l’élevage, c’est évidemment beaucoup plus facile de les décrire dans des livres.

Dans le cas des sourds, j’ai commencé par aller dans tous les lieux les plus faciles d’accès : banquets, fêtes, réunions d’associations, manifestations, etc. Le regretté Jimmy Leix m’avait donné le nom-signe « PARACHUTE », parce que partout où il allait, par un exemple le dimanche matin à une association au fin fond de la banlieue parisienne, j’étais là…

Petit à petit, l’ethnologue se fait des amis, et il franchit « le mur du privé » : il est invité dans les familles, il invite ses amis sourds chez lui ; puis les amis des amis, et ainsi de suite.

J’ai évité de rencontrer tout de suite les personnalités très connues, les élites sourdes, j’ai voulu d’abord m’immerger dans le monde de ce qu’on appelle les « sourds simples », les « sourds de base », les « sourds des foyers ». Parce que les élites sourdes ont réfléchi par elles-mêmes, ont milité pendant la période du réveil sourd, et je voulais éviter d’être influencé avant de m’être moi-même fait une idée de ce qu’est le monde sourd. Naturellement, ces personnes je les ai rencontrées plus tard et elles m’ont beaucoup apporté.

La méthode consiste à observer ce qui se fait et ce qui se dit entre sourds, sans intervenir, sans poser de questions. « Être là ». J’ai toujours posé le moins de questions possibles, pour ne pas avoir de réponses toutes faites, ou des réponses déformées par le fait que c’étaient justement des réponses à une question. Je notais tout sur un petit carnet que j’avais toujours dans la poche de ma veste, et c’est devenu mon nom-signe : « Celui qui prend des notes ».

Je prends un exemple, le concept de « culture sourde ». Il serait tout à fait puéril de poser aux sourds la question : « c’est quoi pour vous, la culture sourde ? » Seul un étudiant de première année ou de très mauvais ethnologues pourraient faire cela.

La notion de culture sourde est un concept abstrait, qui ne peut être dégagé qu’à partir d’un très grand nombre d’observations concrètes. C’est seulement lorsque l’on a fait toutes ces observations, ce qui peut prendre plusieurs années, que l’on peut essayer de construire une définition de la culture sourde : « l’ensemble des manières de penser et de faire, des symboles, des rituels et des savoirs que les sourds se transmettent de génération en génération ». Naturellement, chaque mot de cette définition doit être repris pour montrer son contenu :

– représentations opposées à celles des entendants. Notamment pour ce qui concerne la transmission héréditaire de la surdité : pour les entendants, être  né sourd est une chose affreuse, mais avoir en plus des enfants sourds est encore pire. Pour les sourds, c’est le contraire, pour une raison simple : les cas de transmission replacent la surdité dans la normalité de l’espèce humaine : l’enfant sourd a des parents sourds, la langue des signes est sa langue maternelle, exactement comme l’enfant qui est lapon parce qu’il a des parents lapons et que la langue lapone est sa langue maternelle.

– les rituels de présentation, à l’opposé de ceux des devenus-sourds ;  les noms-signes ; l’humour…

– surtout, le fait de définir les entendants et les sourds non par rapport à l’audition mais par rapport au mode de communication… Pour les entendants, les sourds ont quelque chose en moins, ce sont des déficients ; pour les sourds le monde se partage en deux catégories égales en dignité, ceux qui parlent en faisant bouger leurs lèvres et ceux qui parlent avec leurs mains et leurs corps.

J’ai appris beaucoup de choses sur les sourds avec les histoires drôles qu’ils racontent…  Mais on ne peut pas prendre un sourd dans un coin et lui dire « raconte-moi des histoires drôles »… Non, il faut être présent dans les lieux où les sourds se rencontrent, par exemple dans les banquets où, à la fin, les histoires drôles sont un rituel presque obligé.

J’ai beaucoup appris aussi en accompagnant des amis sourds à l’hôpital. Naturellement, les sourds peuvent être intarissables sur ce sujet ; mais rien ne remplace l’observation directe.

Quelques bonnes âmes s’étonnent que je n’utilise pas la vidéo : mais ce serait exactement le contraire de la méthode ethnologique ! Lourdeur, manque d’intimité, coupé de la vie quotidienne, etc. Des informations très importantes ont été recueillies au café, dans des repas au restaurant, et même au cours de voyages en voiture ! Et j’ai recueilli aussi beaucoup de confidences personnelles, parfois délicates, qu’on ne m’aurait évidemment pas livrées si j’avais été assez stupide pour vouloir les enregistrer en vidéo…

C’est exactement pour les mêmes raisons que je n’ai jamais  utilisé de magnétophone chez les Lapons. Mon carnet de notes a toujours suffi.

Dans la catégorie de l’observation participante, je mets aussi ma participation à des entreprises collectives, à l’initiative d’associations de sourds :

– Des brochures éditées par des associations : la vie de Berthier à l’association CLSFB, Massieu pour l’association des sourds de Lille, recherches pour l’association des sourds de Limoges (brochure pour le centenaire de leur association).

– Journées de formation.

– Ce dont je suis le plus fier est d’avoir permis à un sourd, Armand Pelletier, d’être publié dans la prestigieuse collection « Terre Humaine », et où notre livre se trouve à côté des noms célèbres que j’ai cités tout à l’heure.1

– J’ai ensuite publié avec Yvette, son épouse, un dictionnaire des signes du quartier des filles de l’institution de Chambéry.

– Et j’ai beaucoup travaillé pour préparer un musée d’histoire et de culture des sourds qui est maintenant ouvert à Louhans (Saône-et-Loire)2

Ethnologie, histoire et linguistique

J’ai signalé en préambule que le mot « ethnologie » ne figurait pas dans l’intitulé de cette journée. Mais d’autres mots, « histoire », « linguistique » y figurent, que je ne rejette pas du tout, bien au contraire.

L’ethnologue est une sorte d’homme à tout faire des sciences humaines. Tout ethnologue doit être en même temps historien, parce que ce qu’il observe aujourd’hui et maintenant est le produit d’une histoire qu’il doit connaître pour séparer ce qui existe depuis très longtemps de  ce qui est le produit d’une évolution récente. Arrivé chez les sourds en 1994, c’est-à-dire à la fin de l’époque du « Réveil sourd », il était essentiel de savoir si ce que j’observais était le produit d’une longue histoire, ou au contraire, quelque chose d’apparu récemment dans le cadre d’un mouvement de révolte contre l’état de choses existant.

Par exemple le concept de « faux sourd », c’est-à-dire de « sourd qui pense comme un entendant » et qui est utilisé pour délimiter la communauté sourde… C’est un concept critique qu’on aurait pu croire apparu pendant le réveil sourd. Or, Laurent Clerc, qui brillait dans les salons, qui dans son enseignement n’utilisait pas la langue des signes mais le français signé, etc. était déjà qualifié de « faux sourd » à son époque avant son départ en 1816 pour l’Amérique.

Il en va de même pour la vision du monde partagé en deux, non en fonction de l’audition, mais du mode de communication. C’est quelque chose qui est permanent depuis deux siècles dans l’histoire des sourds :

Voici tout d’abord comment cela se traduit dans une blague sourde d’aujourd’hui :

Des sourds viennent de fonder une nouvelle association pour apprendre la langue des signes aux entendants. Le premier niveau est baptisé cours pour déficients gestuels profonds. Le second niveau est destiné aux déficients gestuels sévères, le troisième aux déficients gestuels moyens, le quatrième étant réservé aux déficients gestuels légers…

Cette histoire crée, le temps d’un instant, un monde dont le centre de référence a changé. La surdité n’est plus définie en fonction de critères physiologiques, mais de capacités langagières. Normalité et anormalité ont échangé leurs places.

Or, voilà ce que l’on pouvait lire dans le compte-rendu du premier banquet sourd, celui de 1834 :

« Deux parlants seulement avaient obtenu le rare privilège d’assister à cette fête étrangère ; c’étaient M. Eugène de Monglave (un entendant ami de Berthier), parlant leur langue, initié aux us et coutumes de la nation, et M. Maurice, rédacteur du journal le Temps, homme incomplet, infortuné privé de la parole mimique, paria de cette société, obligé de recourir au crayon pour entrer en conversation avec les héros de la fête. Une expression d’ineffable pitié se lisait dans tous les traits à son approche. Le malheureux, disaient les heureux du moment, il ne pourra pas se faire comprendre. »

Les mots en gras sont soulignées dans le texte d’origine.

Voilà donc un exemple de représentations collectives qui sont là depuis deux siècles.

Si l’ethnologue doit se frotter à l’histoire, il doit aussi être plus ou moins linguiste puisque tout ce qui existe dans une culture se dit au moyen de la langue.

J’ai ouvert un champ de recherche complètement nouveau, l’étude des origines et de l’histoire de chaque signe, autrement dit son étymologie, avec un gros dictionnaire paru en 2007.

Là, je me suis heurté à un obstacle que je n’avais pas prévu : aujourd’hui, la grande majorité des signes qui étaient utilisés en France il y a encore peu de temps demeurent inconnus… Il existe seulement 4 recueils de signes régionaux, qui ont été réalisés à l’époque du Réveil sourd : Chambéry, Poitiers, Le Puy et Saint-Laurent-en-Royans. Ce dernier a été réalisé en 1979 avec le concours d’André Minguy, que j’ai le grand  plaisir de voir aujourd’hui à mes côtés.

Je fais un rêve : que les sourds s’appuient sur l’exemple de ce que l’ethnologue a fait pour aller plus loin… Les sourds, par l’intermédiaire de leurs associations, forment un réseau qui couvre tout le territoire français. Ils pourraient jouer un rôle irremplaçable dans le recueil de choses jusqu’ici inconnues. Dans le domaine historique – je viens de terminer l’écriture d’une encyclopédie historique de toutes les écoles depuis le 18e siècle. Documentation immense, que la vie entière d’un chercheur ne suffirait pas à réunir. Les sourds pourraient aller consulter les archives communales dans les régions où il y a eu de petites écoles. C’est un travail qui n’est évidemment pas à la portée d’un seul chercheur.

Dans le domaine linguistique également, des sourds pourraient recueillir les vieux signes qui sont en train de disparaître. C’est quelque chose qui me tient beaucoup à cœur. Les signes se répartissent en familles, comme les familles de mots. Tout signe de province non encore recensé est susceptible d’apporter des lumières sur d’autres signes de la même famille, etc.

Je pourrais citer des centaines d’exemples qui sont dans mon Dictionnaire étymologique publié en 2007, je me contenterai d’un seul : le signe CHOU de l’ancien quartier des filles de Chambéry, un signe que m’a montré Yvette Pelletier et qui a priori est plutôt mystérieux :

delaporte signe

Le signe « Chou » à Chambéry

L’explication apparaît quand on apprend que le chou était un légume peu apprécié par les élèves, un légume qu’on mangeait pendant la période de carême, le carême étant représenté par la fermeture de la bouche. C’est cette fermeture de la bouche qui est représentée par le signe CHOU.

Ce signe vient s’intégrer à l’importante famille des signes fondés sur l’abstention de nourriture pendant le carême chrétien. Ce signe chou vient donc enrichir, de manière très inattendue, une famille de signes que j’avais déjà repérée à partir de nombreux signes :

– SACRIFICE (croix sur le menton) qui signifie explicitement « jeûne » en LS belge et en LS italienne.

– Le signe parisien MARS. En province, j’ai rencontré le même signe pour nommer, selon les localités, le mois de FéVRIER ou le mois d’AVRIL. Cela m’avait paru très bizarre qu’un même signe puisse être utilisé pour l’un ou l’autre de ces trois mois. L’explication est toute simple : la date du carême chrétien est liée à Pâques qui est une fête mobile, le carême peut donc se dérouler, d’une année à l’autre, en février, mars ou avril…

– Le même symbole de la fermeture de la bouche retrouve également dans des signes qui se rattachent, comme le carême, aux idées d’obligation, de contrainte ou de résignation, comme PATIENCE (à Bourg-la-Reine, PATIENCE se fait comme LSF SACRIFICE) ou FORCER.

Si l’on connaissait tous les dialectes de la langue des signes française, on pourrait, comme dans cet exemple, regrouper tous les signes par familles. Au lieu de milliers de signes qui apparaissent isolés, disparates, sans lien entre eux, on pourrait les regrouper en familles, comme la famille qui découle du carême.

Ce serait quelque chose de fantastique, qui ferait énormément avancer la connaissance de la structure de la LSF, mais qui a malheureusement peu de chances d’être réalisé puisque l’on voit aujourd’hui tous les vieux signes disparaître sans que personne ne se soucie de les photographier.

Vers l’année 170 avant JC, Caton l’Ancien terminait tous ses discours par les paroles Delenda Carthago, « il faut détruire Carthage ». Carthage, au nord de l’actuelle Tunisie, était alors une cité rivale de Rome. L’expression est utilisée lorsqu’on est obsédé par un projet.

Eh bien, moi, je termine tous mes articles et toutes mes conférences, et je le ferai encore aujourd’hui, par Signa colligenda, c’est-à-dire « il faut recueillir les signes » !

_________

1  Moi, Armand, né sourd et muet, collection Terre Humaine (Lien)

2 Musée d’Histoire et de Culture des Sourds (Lien)

 

Conférence en l’honneur de Yves Delaporte – Compte-rendu –

Présentation 

Le 3 décembre 2014 s’est déroulé dans l’historique Salle des Fêtes de l’Institut National des Jeunes Sourds de Paris une conférence en l’honneur de Yves Delaporte, sur l’initiative de l’équipe d’études de langue des signes, du groupe de recherches LINGUAE de l’Institut Jean Nicod.

Cette conférence a pour objectif de rendre hommage aux travaux de Yves Delaporte sur la communauté sourde. Au moment où Yves Delaporte s’est intéressé à la communauté sourde, au début des années 1990, cette communauté a connu de profondes transformations internes consécutives au Réveil Sourd qui s’est déclenchée au milieu des années 1970.

Ainsi, ses observations font suite à celles de Bernard Mottez, et représente une analyse précieuse pour la compréhension d’une communauté particulière dans un contexte précis. Or, les travaux de Yves Delaporte servent souvent de fondement aux recherches postérieures, en Histoire et en Linguistique, notamment dans la branche de la linguistique historique afin de comprendre les évolutions de la langue des signes françaises et de ses origines.

La salle, prévue pour une centaine de personnes, a été rapidement pleine. Ce public, constitué à la fois des chercheurs, des étudiants, et d’autres personnes, membres ou non de la communauté sourde, a porté d’intérêt aux interventions et aux discussions entourant les travaux de Yves Delaporte, du témoignage de André Minguy, et de la question de la période historique entre les années 1880 et 1980.

Carlo Geraci (IJN-CNRS)

Carlo Geraci (IJN-CNRS)

Après le discours du linguiste Carlo Geraci qui remercie tout particulièrement Philippe Schlenker et l’Institut Jean Nicod qui ont permis l’organisation de cette journée, les interventions successives de Yves Delaporte (sur son regard d’ethnologue et la communauté sourde), de Yann Cantin (sur la période précédant le Réveil Sourd) et d’André Minguy (sur le Réveil Sourd vu par lui-même) ont permis de prendre en évidence l’intérêt d’une telle conférence pour comprendre l’importance des travaux de Yves Delaporte. Les textes intégraux des interventions suivront dans les prochains billets dont les liens sont inclus ici.

Intervention de Yves Delaporte (Lien direct texte intégral)

La présentation de Yves Delaporte nous éclaire sur les circonstances qui l’ont amené à s’intéresser à la communauté sourde, et à comprendre son fonctionnement interne. Il nous a dévoilé également les difficultés entourant l’étude de cette communauté, où il est peu aisé de transporter une caméra et de filmer les anecdotes, ce qui conduit à refroidir l’ambiance, d’où l’usage du carnet et du crayon, à l’origine de son nom-signe : celui qui prend des notes.

Yves Delaporte s’est particulièrement intéressé sur la notion de la différence chez les sourds par rapport à la société française, et de cette notion de la différence qui semble être beaucoup plus ancien que supposé, ce qui l’a conduit finalement à s’intéresser à l’Histoire de cette communauté. Il fait noter un point essentiel sur la compréhension de la communauté sourde de la part d’un chercheur extérieur. Il s’agit de s’impliquer dans la vie de la communauté pour comprendre son fonctionnement, ses us et ses coutumes. Observer de l’extérieur ne suffit pas à comprendre, il reste nécessaire d’apprendre la langue de cette communauté afin de pouvoir la comprendre.

Son intervention éclaire à plus d’un titre de l’intérêt de recueillir les anciens signes sur toute la France, et de comprendre leurs origines, de leur processus d’apparition et de transformation.

Intervention de Yann Cantin (Lien direct texte intégral)

Son intervention s’intéresse tout particulièrement sur la période souvent considérée comme les « Ages sombres » de la communauté sourde où s’est pourtant développé le fondement du Réveil Sourd. Ainsi, la question de comprendre comment s’est fait le réveil sourd ne peut se résoudre sans comprendre ce qui s’est déroulé entre 1880 et 1980.

Fondamentalement, le réveil Sourd se base sur une frustration de la génération née après 1940 face à un déni de leur spécificité culturelle et linguistique, non seulement de la part de la société, mais également des instances dirigeantes de la communauté. Ensuite, le rôle d’une des personnalités de la communauté de l’époque, André de Saint-Antonin semble être fondamental, et même paradoxal dans le processus du Réveil Sourd.

Ainsi, personnalité controversée, Saint-Antonin, en essayant de solder l’héritage de Berthier, a au contraire entraîné une lame de fond en faveur de la préservation de cet héritage, et en faisant développer le combat en faveur de l’éducation bilingue et du Réveil Sourd.

Intervention de André Minguy (Lien direct texte intégral)

L’intérêt de l’intervention de André Minguy réside sur le fait que c’est l’un des premiers témoins et même l’un des premiers contributeurs du Réveil Sourd. Son témoignage est ainsi l’un des plus précieux au travers de son ouvrage, le Réveil Sourd qui n’est pas le premier, ni le dernier. Son expérience dans le combat en faveur du Réveil Sourd, et plus particulièrement pour l’éducation bilingue et de la préservation de la langue des signes représente une information fondamentale dans la compréhension de l’Histoire récente de la communauté sourde française.

L’émancipation sociale du sourd semble être l’élément central du combat de André Minguy depuis les années 1970. Or, la clé de cette émancipation réside justement dans l’éducation bilingue ET la maîtrise du français écrit. Ce discours ressemble fortement au combat de Henri Gaillard dans les années 1890-1920, avec exactement les mêmes termes.

Le Réveil Sourd, selon lui, ne s’est pas fait sans difficultés, ni sans souffrances. Les remises en question ont été nombreuses, plus particulièrement quand il a fallu contredire les acquis des années 1950-1970.

Son intervention nous éclaire une période fondamentale de l’intérieur, et cela nous apprend sur l’importance de recueillir ces témoignages, tant au niveau historique et linguistique puisque les deux éléments permettent de comprendre les évolutions depuis 40 ans et les différences avec les signes usités entre 1920 et 1970.

Conclusion

Cette conférence a permis de comprendre l’impact des travaux de Yves Delaporte sur la vie de la communauté sourde, et de sa compréhensions au niveau scientifique (principalement en ethnologie, anthropologie, linguistique et historique).

S’inscrivant dans un contexte où le Réveil Sourd connait une expension rapide au cours des années 1990, les travaux de Yves Delaporte ont permis de mettre en évidence les spécificités régionales au niveau linguistique et social, et des actions souterraines qui ont permis à la communautés sourde de pouvoir se redéfinir. Ces actions souterraines, dans un premier temps, ont été mises en évidence par l’intervention de André Minguy. Or, ces actions ont été déclenchées par un processus de déni de la spécificité linguistique et culturelle de la communauté sourde durant les années 1950 et 1960, ce qui a entraîné une certaine frustration chez la jeunesse sourde des années 1960-1970.

Ainsi, grâce à ces interventions, on dispose d’une vue d’ensemble de la communauté sourde entre les années 1950 et 2000, et c’est un éclairage nouveau sur une période cruciale, non seulement au niveau historique, mais également dans la linguistique et dans l’ethnologie.

La distance face au sujet d’étude …

Le texte original se trouve ici 

La réflexion de la méthodologie revient de temps en temps, tout au long de la thèse. Me voici arrivé au terme de ces quatre années particulières. Mais, il existe une réflexion qui semble ne pas arriver jusqu’au bout, évoluant en fonction du contexte, des sujets d’étude, et même des parcours personnels.

Comment, étant Sourd et souvent impliqué dans des causes en lien, non pas avec la surdité, mais dans la préservation du noétomalalien, et de la communauté sourde, trouver une certaine distance avec les sujets d’étude dont la situation présente une forte proximité avec la sienne ?

La réflexion

La réflexion

Cette réflexion s’impose nécessairement puisque l’analyse d’une étude, le fait de mener une recherche en sciences humaines peut être fortement biaisée par cette proximité en question. Ce biais dont être pris en compte, chaque chercheur en sciences sociales et humaines en est clairement conscient. Mais, comment le prendre en compte ?

Répondre à « comment » s’avère bien plus difficile que l’on pense, et surtout, il n’y a pas une réponse toute faite, puisque chacun doit justement prendre en compte de ce biais en fonction du vécu, des objectifs de la recherche, et surtout, de déterminer la distance face au sujet d’étude.

Comme le dit un chercheur anglais, Mike Gulliver, la différence entre l’académique et le militantisme s’opère sur l’instant présent. Le militantisme est une réponse à des besoins immédiats, alors que la recherche s’inscrit dans un temps plus long et dans une réflexion plus globale.

C’est ce positionnement-là qui permet justement de différencier par rapport au sujet d’étude. Or, une recherche académique pure et froide ne permet pas justement de comprendre le degré d’humanité, la compréhension des parcours de chacun. Ainsi, l’objectivité n’implique pas une recherche froide, mécanique, mais justement de prendre conscience  de l’existence de ce biais, et d’adapter la recherche afin que ce biais impacte le moins possible le résultat final.

Eradiquer le biais, une gageure

Ce Biais, les jeunes doctorants, et jeunes chercheurs en sciences sociales et humaines pensent souvent pouvoir le maîtriser. Je l’ai cru, et cela à conduit à des textes insipides, peu intéressants, à force d’être obsédé par l’objectivité à tout prix. 

C’est toute la problématique de la distanciation. A force de rester au loin, et de plonger dans les détails pour éviter d’être pris par son ensemble, on finit par perdre de vue l’essence humaine de la recherche. Le texte mis en lien au début de ce billet présente un début de réflexion, mais, il manque justement l’essence même de la recherche : faire découvrir l’existence des éléments non connus.

C’est le fondement même de la recherche scientifique : lever le voile de l’inconnu.

Comprendre

Comprendre

Ainsi, c’est cette volonté de découvrir l’inconnu qui permet justement de trouver un certain réglage par rapport au biais. Il s’agit de se considérer comme un maillon de la chaîne de la recherche scientifique. Ainsi, le fait que nos recherches à l’instant T peuvent être corrigées, ou contre-dites à l’instant T+1. C’est ce qui fait une certaine chaîne de la recherche, depuis la « théorie de l’allumage de feu », il y a un million d’années jusqu’à « l’allumage des boosters de la navette ».

Des millions de théories se sont succédées, plus ou moins parfaites en fonction du contexte.

La perfection, l’idéal, mais pas la réalité

Ainsi, la recherche est menée par cet idéal de la perfection théorique. Mais, cette  perfection ne reflète pas la réalité. Les chercheurs sont fortement influencés par les idéologies, les éducations, les contextes à l’instant T, et se trouvent contredits par d’autres chercheurs à l’instant T-1.

Precious Diamond With Rainbow

Les facettes de la connaissance

Comme disait un enseignant d’université de DEUG, lors d’un cours de méthodologie dont j’ai complètement oublié le nom, la réalité est une pierre à plusieurs facettes. Chacun a sa propre facette et s’estime avoir raison. Or, chacun a justement raison pour sa propre facette, et a justement tort par rapport à l’autre facette.

L’enjeu, c’est justement de relier ces différentes facettes pour former un tout. Il faudra donc trouver une certaine distance pour voir la pierre dans son ensemble. C’est toute la difficulté de l’exercice. A trop prendre la distance, on ne voit plus qu’un point, a trop prendre de proximité, on ne voit plus que la facette.

C’est ce qui se passe avec les Etudes Sourdes. Certaines recherches sont fortement impactées par le combat militant à l’instant T qu’ils ne sont plus utilisables à l’instant T+1, avec le changement de contexte.

Le biais semble être plus influent à mesure que la méconnaissance du sujet d’étude est grand. Par conséquent, il est probable que la méconnaissance, au niveau du vécu, du contexte d’étude est un biais encore plus pernicieux. C’est pourquoi la présence des chercheurs Sourds permet d’apporter une nouvelle réflexion, pas forcément en sciences sociales et humaines, mais dans la recherche en général. En effet, la diversité des vues, avec les mêmes méthodes de recherche permet justement de faire avancer la chaîne de réflexion.

C’est cette réflexion que je suis arrivé, par rapport au texte de 2012 : il est plus que nécessaire de préserver sa spécificité. Être objectif n’implique justement pas de gommer sa spécificité, puisqu’il est une aide précieuse dans la réflexions scientifique !

C’est pourquoi les chercheurs les plus talentueux sont justement ceux qui ont pu utiliser leurs spécificités quoi qu’ils en soient comme des éléments complémentaires à la réflexion.

Conclusion

J’en arrive à la conclusion de ce billet écrit un peu à la va-vite. Il s’agit de faire partager une réflexion par un canal aisément accessible à tous. J’apporte ce conseil aux jeunes qui souhaitent entamer une carrière de chercheur. Moi-même, j’espère également commencer cette carrière.

Faire de la recherche ne demande pas de gommer, de dissimuler, de cacher les spécificités de vos vécus, de vos parcours. Ils sont autant d’éléments qui permettent d’apporter une nouvelle réflexion, une nouvelle facette à la pierre de la recherche.

La difficulté, c’est justement de convaincre l’intérêt de cet apport, puisqu’ils ne la connaissent justement pas.

C’est pourquoi les débats sont plus que nécessaire dans la recherche, plus particulièrement en France, dans le domaine des Etudes Sourdes qui ressemble plus à un désert qu’à une jungle…

 

Le Noétomalalien est-il une langue ? Réponse à Alain Rey

Le magazine Dossier pour la Science de Janvie-Mars 2014, n°82,  a diffusé un dossier spécial consacré à la linguistique, et plus particulièrement sur le processus de la formation des langues, de leurs évolutions, et de ce qui en adviendra. Un excellent dossier en passant dont je recommande, n’étant pas linguistique, la lecture, d’autant qu’un chapitre est consacré à la naissance des langues des signes, sous le titre de « L’énigme du pharaon Psammétique ».

Ce dossier, dont il m’est difficile d’évaluer la pertinence et le contenu, brosse mes réflexions sur le processus qui a conduit à la naissance des différentes langues des signes, et que depuis un quart de siècle, les recherches linguistiques font découvrir de nouvelles communautés, à l’exemple de la tribu bédouine Al-Sayyid.

Je vous laisse découvrir le contenu qui est intéressant. Il y a des éléments dont je regrette, c’est qu’il n’a pas abordé les origines du noétomalalien français, de ses racines, sujet d’étude de prédilection, étant historien, afin de comprendre les origines des différentes communautés sourdes.

Or, à l’introduction, non pas de ce chapitre, mais de ce dossier, il se trouve un entretien avec Alain Rey, linguistique qui a contribué, entre autres, à la rédaction des dictionnaires Le Robert, intéressante à lire, mais, une paragraphe m’interpelle. Je vous le cite :

Plus importants socialement, les « langages de signes », que je préfère nommer « codes gestuels », sont indispensables à la socialisation des sourds-muets. Ils sont parfois considérés comme de vraies langues naturelles, même si de tels codes sont formés à partir des structures de langues naturelles préexistantes : on parle alors de codes subrogés (voir L’enigme du pharaon Psammétique, par M. Aronoff, page 38).

Cette partie m’interpelle de plus haut point, puisque ce fameux chercheur considère finalement que les recherches linguistiques menées depuis les années 1960 ne sont que des lubies de chercheurs, car les « langages de signes » ne sont que des codes… En tant que chercheur, je considère qu’il fait découvrir un débat entre ceux qui admettent le statut de langue, de ceux qui ne l’admettent pas. Avec cette déclaration, Alain Rey se positionne clairement du côté de ceux qui le nient. Je ne vais pas entrer dans un débat linguistique, au jargon spécifique dont je sortirai clairement perdant. Mais, il est nécessaire de s’interroger de la portée de cette déclaration d’une personnalité de la recherche qui balaie d’un revers de main toute une recherche internationale.

Historien spécialisé dans l’étude de la communauté sourde, je me suis souvent interrogé sur le processus de la formation des communautés avec cette question fondamentale : qui s’est formé en premier, la communauté ou le noétomalalien ?

Avec cette question, je n’ai pas encore de réponse pour l’instant, mais, au vu de l’article de M. Aronoff, (dont je recommande la lecture d’un autre article, plus complet The émergence of grammaire : Systematic structure in a new langage.), il semblerait, à l’exemple de la tribu Al-Sayyid, qu’il faille la présence de quelques sourds se rencontrant ensemble, et s’échangent mutuellement des gestes, et le temps passant, une langue s’élabore au fil des échanges. Or, c’est ce qui se passe exactement de la même chose pour les langues dites orales.

Or, prenons cet fait d’une perpective historique, en ce qui concerne la langue des signes française, qui est également, à l’égal du Latin, la langue mère de la plupart des langue des signes locales de notre planète. Pour que ce que le noétomalalien français s’élabore, et qu’il y ait une telle richesse, au point d’inciter leurs premiers usagers, les Sourds (notez le « s » majuscule) revendiquent le droit d’en user comme leur propre langue, une langue à part entière.

Je cite Ernest Dusuzeau, lors du congrès de Roubaix, en 1911, consacré à la question de l’éducation de l’enfant sourd :

Les Français, les Anglais, les Allemands, les Russes, les Chinois ont une langue à eux. 
Et nous en avons une aussi à nous, le langage des signes ! Et nous devons en être fiers et d’autant plus que c’est une langue universelle.

Quelle conclusion en tirer ?

Comment peut-on revendiquer fierté si ce n’est qu’un ensemble de codes gestuels peu élaborés, indispensables à la socialisation des sourds ? Pour cela, Desloges reste le meilleur exemple. En effet, né en 1742 aux environs de Tours, en France, il s’installe à Paris dans les année 1770, et y découvre par la même occasion le noétomalalien parisien (à distincter de celui en usage de nos jours). Son ouvrage, Observations d’un sourd et muet est une fenêtre précieuse sur la vie des Sourds de la première moitié du XVIIIe siècle, avant le développement des écoles de sourds.

Desloges déclare :

«Il ne se passe aucun événement à Paris, en France et dans les quatre parties du Monde, qui ne fasse la matière de nos entretiens. Nous nous exprimons sur tous les sujets avec autant d’ordre, de précision et de célérité, que si nous jouissions de la faculté de parler et d’entendre.»

A la lumière de cette affirmation, on constate que les Sourds de la période précédent le développement des écoles sur le modèle de l’abbé de l’Epée sont loin d’être isolés, exclus, et ignorants des événements du monde. Mais, alors, comment peuvent-ils avoir accès à ces informations, via les codes gestuels ? Deslgoes utilise les termes « autant d’ordre, de précisions et de célérité, que si nous jouissions de la faculté de parler et d’entendre. » Cette partie de la phrase est l’un des plus précieux indicateurs du degré d’élaboration du noétomalalien parisien qui est déjà élevée au moment de l’arrivée de l’abbé de l’Epée. Mais, ce n’est pas tout, puisque, encore avec Desloges :

« Semblable à un François qui verroit décrier sa langue par un Alemand (sic), lequel en saurait tout au plus quelques mots, je me suis cru obligé de venger la miène (sic) des fausses imputations dont la charge cet Auteur, et de justifier en même temps la méthode de Mr. l’Abbé de l’Epée, laquelle est toute fondée sur l’usage des signes. »

Cette revendication de défendre une langue critiquée de façon injuste par quelqu’un qui méconnait est déjà présente au XVIIIe siècle, et se trouve encore et toujours de nos jours. Or, si Desloges revendique ce droit, cela démontre d’une nette conscience de la spécificité et de la richesse de sa langue qui est loin d’être un langage de gestes peu élaborés.Et l’auteur précise encore que «ce n’est donc pas Mr. l’abbé de l’Epée qui a crée et inventé ce langage; tout au contraire, il l’a appris des sourds et muets». Cela clarifie le cadre théorique du degré d’élaboration du noétomalalien parisien du XVIIIe siècle.

Sur ce, remontons encore plus loin dans le passé. Quid de cette langue dans les siècles précédents ? Serait-il sous la forme d’un amas de codes gestuels ? Au vu des conditions d’hygiène, de renouvellement de la population et du degré d’attraction de Paris, il est permis d’envisager que le noétomalalien parisien se soit lentement développés dès la fin du Moyen-Age, au moment où la ville de Paris soit suffisamment peuplée et stable afin d’accueillir un certain degré de population sourde.

Il ne s’agit pas de quelques individus, mais bel et bien plus d’une centaine, à l’image de la communauté de Martha’s Vineyard où cette langue, disparue de nos jours, était noétomalaliée par leurs habitants, qu’ils soient sourds ou non. Le nombre de personnes est un facteur à prendre en compte, et les recherches sur les petites communautés du Nicaragua et d’Israel permet d’en apporter une certaine idée. Mais, ces recherches ne permettent pas de voir, sous une perpective historique, les différentes évolutions et apports des différentes communautés sourdes urbaines autour de Paris, des processus de développement, et surtout, de l’ancienneté de ces langues visuelles.

Ainsi, la conclusion d’Alain Rey est loin d’être digne d’un chercheur, puisque c’est une conclusion hâtive, se basant sur un constat et non d’une réflexion élaborée. Il est dommage que cette conclusion soit diffusée sur un magazine de grand triage et contribue ainsi à une mauvaise compréhension, auprès du grand public, des fondements de cette langue.

C’est ce qui m’a incité à combattre cette fausse affirmation, à mon échelle.

De l’origine des langues des Signes…

Après un long sommeil, voici donc un nouveau billet de ce carnet, consacré aux Etudes Sourdes. Pour rappel, ce carnet se distincte de la Noétomalalie historique par le fait qu’il est consacré aux différentes disciplines qui s’intéressent à la question de la place des sourds dans les sociétés, sous l’angle de vue social et non médical. Ce point précis est à mon sens nécessaire afin de comprendre la différence entre les Etudes Sourdes et les Etudes de la Surdité (qui fera l’objet d’un prochain billet)

Ceci n’est pas l’objet de ce billet, qui est en fait un croisement entre la linguistique, et l’histoire, ce qui en fait un billet pluridisciplinaire.

La question des origines des noétomalalies a longtemps intéressé les chercheurs et tous ceux qui s’intéressent à l’histoire complexe de ces langues. Cet intérêt est fortement freiné par l’absence de documentations, de corpus antérieurs au XIXe siècle, ce qui limite le champ de recherches à la fin du XVIIIe siècle. Cette limitation temporelle n’est en fait qu’une indication de la facilité d’accès aux sources les plus connus à propos du noétomalalien, et par conséquent, il existerait d’autres sources nettement moins connues, et surtout peu étudiées : les registres des Signes Monastiques.

Les Signes Monastiques, une variante, ou un mode de communication spécifique ?

Les Signes Monastiques, dont l’ancienneté est avérée, n’est pas une variante du Noétomalalien, mais bel et bien un mode de communication spécifique, qui s’est développé au sein des couvents et des monastères astreints à la règle de Saint-Benoît.

Ainsi, Saint-Benoît, en imposant ces règles qui sont le voeu de célibat, de pauvreté, et de silence, pour les plus connus, n’a pas prévu un élément qui va donner un grand rôle dans l’éducation des enfants sourds de familles fortunées : la naissance des Signes Monastiques. En effet, on remarque que les plus anciens recueils des Signes Monastiques dateraient du début du Moyen-Age, juste après la période troublée des raids vikings qui ont détruit tant de monastères. On atteste ainsi l’existence des premiers dictionnaires au Xe siècle, mais dont l’usage semble être plus ancien. Je cite Aude de Saint-Loup qui s’est consacrée à la question des Signes Monastiques : « Les premiers dictionnaires de signes écrits datent du Xe siècle, mais cet usage est attesté à des époques antérieures. En outre, dans le 33e précepte de la règle de Saint Pacôme (IVe siècle), traduit par saintJérôme (Ve siècle) et que l’on retrouve au chapitre 38 de la règle de Saint Benoït (VIe siècle), il est demandé de remplacer la parole par un signum sonitu : un sifflement ou un coup frappé sur une table. »

Par la suite, dit l’auteure, au Xe siècle, Cluny fait diffuser son modèle dans toute l’Europe occidentale, et par conséquent, son dictionnaire que chaque communauté locale l’a améliorée à sa façon.

Ce qui est intéressant, dans cet extrait, c’est que dès le IVe siècle, soit un siècle avant la fin de l’Empire Romain d’Occident, à une époque où le Christianisme a désormais droit de cité avec l’édit de Constantin le Grand, le silence est très demandé. Et donc, il est hautement probable que des gestes ont été utilisés à cette époque. Or, l’usage, à la longue, des gestes conduit à l’élaboration des Signes précis qui comportent des sens précis, et non pas des gestes basiques pour se faire comprendre. Cette élaboration semble avoir conduit à la facilitation de l’entrée des sourds dans les monastères. Cela expliquerait pourquoi les décrétales d’Innocent III, le fameux pape qui a lancé la croisade contre les Cathares, admettent le mariage de sourds-muets, mais également l’entrée de ces personnes aux ordres, et surtout, de l’usage des signes lors des messes.

Les décisions postérieures, comme lors du Synode de Nïmes, en 1252, 50 années après les fameuses décrétales, renforcent la décision de faire impliquer plus en avant les sourds-muets dans la vie, au lieu de les écarter1.

Tous ces décisions se reposent sur le débat entre Saint Augustin et Saint Jérôme, au Ve siècle sur la question de l’usage des Signes pour transmettre la parole de Dieu. Tous ces discussions ont entraîné la naissance des Signes Monastiques, puisque rien ne s’oppose en fait à leur usage au sein des monastères, et par extension, à l’éducation des enfants sourds. On dispose ainsi de quelques témoignages de sourds issus de la noblesse qui utilisent des religieux comme traducteurs pour se faire comprendre. Néanmoins, à l’heure actuelle, attester un lien entre les Signes Monastiques et les Noétomalalies est loin d’être aisé, non pas manque de sources, mais justement par manque de recherches sur ces sources, et d’une étude la plus complète possible sur les Signes Monastiques.

La nécessité d’attester ou d’infirmer les liens entre les deux groupes est nécessaire à plus d’un titre. Non pas sur la question si c’est une langue à part entière ou non, c’est un autre genre de discussions qui n’a pas sa place dans ce billet, mais de comprendre s’il y a eu des influences, des transmissions, voire des contacts.

Les racines de la Noétomalalie…

Par conséquent, on ne peut remonter au-delà du XVIIIe siècle pour étudier la langue que les Sourds utilisent. Cependant, une étude approfondie sur les gestes utilisés, et mis en valeur dans le dictionnaire édité par Pierre Pélissier principalement, et sur les études de la syntaxe fait par Roch-ambroise Bébian, notamment, et surtout par Jean-Jacques Valade-Gabel qui montrent les spécificités de la noétomalalie qui est restée invariable depuis le début du XIXe siècle. Or, il est aussi envisageable à ce que la synthaxe, et par la suite, sa grammaire, est restée constante durant le siècle qui a précédé la Révolution Française.

Cette recherche, qui demande une réflexion à la fois linguistique et historique, devrait être plus expliquée dans un article digne de nom. Cependant, ce que l’on remarque, c’est que par rapport aux langues orales dont on connaît la « généalogie » linguistique, pouvant remonter jusqu’au Ie millénaire avant notre ère, les langues noétomalaliennes sont limitées aux deux derniers siècles de notre ère, et donc, une analyse  historico-linguistique à long terme présente de peu d’intérêt puisqu’il ne montre pas justement la génèse des langues noétomalaliennes !

Ainsi, comprendre la génèse permet de comprendre in extenso le fait qu’une partie de la population humaine puisse utiliser un autre mode de pensée par rapport à la structure générale des langues orales, européennes surtout. Cette distinction, la retrouverons-t-on dans les Signes Monastiques ? Ou alors, ces Signes Monastiques se basent-ils sur la syntaxe des langues orales européennes ? Tous ces questions n’ont pas de réponses à l’heure actuelle, faute de recherches.

Il existe une recherche qui se développe aux Etats-Unis, dont le professeur Ted Suppala a fait une conférence filmée (ici), c’est une sorte d’archéologie des Signes. Cette recherche qui se cantonne aux deux derniers siècles, mérite d’étudier la question des influences mutuelles entre les noétomalalies locales, plus particulièrement celles de la France, de l’Angleterre, et des Colonies à l’époque où celles-ci étaient récemment indépendante, dont les habitants de Martha’s Vineyard étaient pour la moitié sourds, et donc, encore, utilisaient une langue locale qui semble avoir été oublié…

En ce qui concerne la France, il est clair que le noétomalalien français ait été généré dans le berceau parisien, mais, pas nécessairement, car il existe des variations locales qui peuvent avoir été produites, soit par manque de précisions dans la configuration des signes, soit par un caractère purement local, mais également par une probable influence des signes monastiques, aux premiers temps de l’instruction gratuite des sourds. Un élément doit être retenu : l’usage de la dactylologie.

En effet, la dactylologie, qui comporte autant de variantes que de pays, s’est développée au sein des monastères, dès le VIe siècle. Un élément noté par Bède le Vénérable l’atteste. Cette précocité indique qu’il y a eu une genèse entre l’émergence des ordres monastiques à la fin de la période romaine, et les premiers témoignages écrits. Cette genèse de deux à trois siècles montre une rapidité incroyable, et une structuration complexe. Mais, il faut retenir le contexte particulier de la période, où l’on dispose nombre de traces d’une gestuelle spécifique pour montrer les nombres.

Or, en revenant aux langues noétomalaliennes, on peut penser qu’il y a également une influence de la gestuelle durant le Moyen-Age, dont, pour un usager de haut niveau du noétomalalien français, certaines gestes présentent une équivalence étonnante au premier abord. Ainsi, le signe actuel « Aimer » comporte une constance dans le gestuel, les trois images suivantes montre une possible influence médiévale, et donc, de sa gesture sur les langues noétomalaliennes. Cette hypothèse mérite confirmation par une recherche approfondie entre la gesture médiévale et le noétomalalien actuel, mais qui est une recherche de longue haleine ! »Aimer » (Dictionnaire de Pierre Pélissier)

 

"Aimer" (Source "La langue de signes, IVT éditions)

« Aimer » (Source « La langue de signes, IVT éditions)

"Aimer" (Dictionnaire de Pierre Pélissier)

« Aimer » (Dictionnaire de Pierre Pélissier)

 

Le signe, à gauche est celui qui est en usage, en France, et dans les pays francophones, depuis au moins un siècle. La gestuelle est cependant différente par rapport au signe présenter dans le dictionnaire de Pélissier qui montre un mouvement de battement de coeur, ou de présentation d’affection. Or, le geste de Pélissier présente une similitude assez grande, trop grande même pour être faite par hasard, avec l’enluminure provenant du Roman d’Alexandre mettant en scène l’amour entre une femme qui présente son coeur vers un homme.

Cette gestuelle, qui date du XVe siècle, trois siècle, par conséquent, avant celui de Pélissier qui date du milieu du XIXe siècle, et qui provient de la Flandre, comporte un mouvement assez frappant ce qui laisse penser une probable influence de la gestuelle médiévale sur les Noétomalalies.

 

Voici donc l’image en question :

"Aimer" (Illustration du Roman d'Alexandre)

« Aimer » (Illustration du Roman d’Alexandre)

 

Conclusion

Le fait de voir cette similarité, à des distances temporelles et géographiques mérite une attention plus approfondie, et donc, d’une recherche plus précise sur l’histoire des langues noétomalaliennes, de leurs génèses, et par extension, de comprendre l’impact des influences linguistiques entre les langues orales et les langues noétomalaliennes.

Il existe d’autres gestuelles médiévales qui ressemblent fortement aux signes actuels, mais, il est nécessaire, là encore, le concours d’un spécialiste des enluminures médiévales afin de comprendre le sens précis de ces mouvements, et donc, de les relier ou non, au niveau linguistique, aux noétomalalies. C’est certes une recherches pionnière, délicate à mettre en place, qui risque de faire bouleverser des certitudes, voire de faire lever des bouclier, d’entraîner des volées de bois vert.

Mais, la recherche doit être une aventure, et c’est à ce titre qu’il est nécessaire de réfléchir à l’opportunité d’organiser une recherche dans cette voie, réunissant historiens, médiévistes, linguistiques, et donc de mettre en place un programme de recherches transdisciplinaire, éclairant tout un pan ignoré de l’histoire humaine !

————–

De Saint-Loup, Aude, « Les sourds-muets au Moyen-Age, mille ans de signes oubliés »,p. 19, in Le pouvoir des Signes, 1989.

Lecture recommandée sur les Signes Monastiques 

Aude de Saint-Loups, Yves Delaporte, Marc Renard, Gestes des Moines, regard des sourds, Rencontres Siloe

 

Réunion publique : Les Sourds et l’Emploi, repenser la communication, négocier les conditions de travail.

      Réunion publique

Restitution de recherche & Débats

Les Sourds et l’Emploi.

Repenser la communication, négocier les conditions de travail.

La recherche sur « L’emploi et les Expériences Professionnelles des personnes Sourdes en milieu Ordinaire » est finie. Soutenus par la Drees/MiRe-Cnsa, le Centre d’Études de l’Emploi (Cee) et Websourd-R&D ont collaboré sur ce sujet durant 2 ans. Le sujet est important. Il nous parait essentiel de partager et de discuter avec vous les principaux résultats et réflexions sur l’emploi et le travail des sourds.

 

Le 19 mars 2013 à partir de 18h à Paris

Avec l’aimable accueil de la MACIF

Salle Auditorium Etienne Pernet

17-21 place Etienne Pernet, 75015 Paris

Métro : ligne 8, Félix Faure

Programme

–       présentation de la recherche

–       tables rondes avec des invités

–       débats avec la salle

Accessibilité

–       Interprétation français – LSF

–       Vélotypie

Confirmation

Pour une bonne organisation, merci de confirmer votre participation par mail à emploisourdseepso@yahoo.fr

Merci de bien vouloir diffuser cette information

Au plaisir de vous rencontrer.

Très cordialement,

Sylvain Kerbourc’h, Sociologue, chargé de mission, Centre d’étude de l’emploi (CEE)-Créapt

Sophie Dalle-Nazébi, Sociologue – Anthropologue (CNU 19 & 20), Pôle R&D-E WebSourd

Compte-rendu Journées d’études « Deaf Studies/Deaf History », EHESS, 26-27 novembre 2012.

Journées d’études Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?

Compte-rendu établi par Yann Cantin

Un domaine de recherches en sciences humaines et sociales s’est développé depuis la fin des années 1960 aux Etats-Unis : les Deaf Studies, en français provisoirement « Études Sourdes ».

 Ces deux journées d’études avaient pour thème Deaf Studies et Deaf History: quelles épistémologies?

 Ce domaine de recherche s’est progressivement implanté dans le monde anglo-saxon, sur la vague des Cultural Studies et des recherches se concentrant sur des populations spécifiques ayant l’expérience de l’exclusion, du stigmate, des spécificités culturelles et constituant, au sein des universités, des départements de recherches et d’enseignement propres . Il s’est également implanté en Europe, plus particulièrement en Allemagne avec la fondation de l’institut de recherche, Institut für Deutsche Gebärdensprache und Kommunikation Gehörloser à l’université d’Hambourg et le centre Deaf Studies à l’Université de Bristol.

 La question a été de savoir si ce domaine de recherches peut être transposé en France ? La première difficulté est l’organisation spécifique du monde universitaire français qui est relativement inadéquate pour la mise en place d’un département d’études spécifiques. (Néanmoins cela n’est pas impossible). La deuxième difficulté est que pour être efficaces, les Études Sourdes nécessitent une recherche transdisciplinaire, regroupant des chercheurs d’horizons différents, du linguiste jusqu’au sociologue, avec pour point commun la langue des signes et le sourd.

 Les différentes interventions au cours des deux journées ont permis de faire comprendre un point essentiel des Études Sourdes : penser à l’aspect humain de la vie du sourd, et à la place primordiale de la langue des signes dans la vie des sourds. Cette langue se retrouve au centre des préoccupations des chercheurs, par son impact dû à son côté exceptionnel, et par sa spécificité linguistique.

 Le premier jour, après un exposé sur l’histoire des Deaf Studies, et des courants qui la constituent, les présentations se sont concentrées sur le côté sociologique, anthropologique et culturel de la vie du sourd, de l’influence de la langue des signes, et de la place du sourd dans la société française.

 Le deuxième jour, la question se concentre plus sur l’histoire de la communauté sourde, de sa place dans la société française, citant au passage (cela a été l’objet d’un intervention) quelques éminents personnages de l’histoire française qui ont eu des liens étroits avec les sourds. Puis, il a été question d’une analyse critique et historique des discours médicaux autour de la surdité, discours qui souvent ne reconnaissent pas l’existence d’une communauté sourde, communauté qui de ce fait balance entre reconnaissance et rejet.

 Remarquons que nous nous sommes essentiellement focalisés sur Deaf Studies et moins sur Deaf History ce que l’on peut comprendre car la grande préoccupation des sourds actuellement en France est d’avoir sa place dans la société tant que personne sourde à part entière. Les aspects historiques de la vie des sourds sembleraient moins urgents à traiter. Il faut aussi remarquer le retard du développement des recherches dans ce domaine, la France étant marquée par le développement des sujets qui ont avoir à la vie quotidienne des sourds: l’éducation, la langue, l’accès aux services. Cependant c’est un point d’un grand intérêt et qu’il nous faudra voir dans une prochaine conférence.

 Ces deux jours ont permis de montrer qu’il existe tout un travail de réflexion venant de différents secteurs de la recherche en Sciences Sociales et Humaines sur la place du sourd dans la société française. Ces recherches ont émergés à la fin des années soixante dix en France sur les pas des précurseurs tels que Bernard Mottez et Harry Markowicz et se sont développés dès le fin des années quatre vingts avec Christian Cuxac, Yves Bernard, Alexis Karacostas, Benoît Virole, Jean-René Presneau, Yves Delaporte entre autres. L’influence des travaux des philosophes comme Foucault et Canguilhem a eu en retour une répercussion sur le développement des recherches autour des sourds.

 Les Études Sourdes devraient trouver une place dans le paysage universitaire français à partir d’une réflexion comparative et critique des paradigmes en question. Ces recherches sur les sourds peuvent permettre d’apporter un nouveau point de vue, et comme l’a dit un auditeur : « Pourquoi ne pas faire des études sur le regard du sourd sur le monde entendant ? Avoir une vision extérieure sur nos habitudes, Cela en intéresserait plus d’un ! ».

 Ainsi, les Etudes Sourdes peuvent apporter un complément à la diversité qui constitue l’Humanité.

 Pour finir, voici un résumé en quelques lignes des interventions des deux jours :

Premier jour

Deaf Studies: émergence, objets, méthodes
Lundi 26 novembre 2012
(Salle Lombard. 96 boulevard Raspail. 75006 Paris)

Modération : Didier SEGUILLON
(Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Pierre SCHMITT (EHESS, LAHIC) – Sciences sociales, sourds et langue des signes. D’un champ d’expérience-s a un champ d’étude ?

Deaf Studies, et de son histoire a fait l’objet d’une présentation de la part de Pierre Schmitt. Il est intéressant de voir que ce domaine de recherches a émergé aux États-Unis à la fin des années 1960, dans la foulée d’une recherche sur la langue des signes américaine.

Ce domaine de recherche a fait l’objet de nombreuses publications, que ce soit de la part de sourds ou d’entendants. Depuis les travaux de Stokoe autour de la légitimisation de la langue des signes américaines comme une langue à part entière, les études autour des sourds, de leur langue et de leur histoire se sont développés dans le monde anglo-saxon de la plume de plusieurs auteurs, parmi lesquels Harlan Lane entre autres. D’autres générations ont suivi: Carol Padden, Tom Humphries, Paddy Ladd.

Un détail important a été soulevé : Deaf Studies n’a pas pris naissance à l’université Gallaudet, mais dans d’autres universités. Ainsi, les milieux dits «spécialisés» sur la question des sourds ont été sceptiques envers ce nouveau domaine de recherche pour la simple raison que celui-ci s’interroge sur l’angle de la différence, et non de la déficience (angle sous lequel la question était abordée jusqu’alors).

C’est ce qui caractérise le Deaf Studies, et c’est ce qu’a montré Pierre Schmitt à l’ouverture des journées d’études.

Diane BEDOIN (Université de Rouen) – Perspectives autour des « multicultural » Deaf Studies.

 Le travail de Diane Bedoin repose sur la question des jeunes sourds issus de l’immigration, afin de savoir s’ils ont plusieurs langues, orales ou gestuelles. Les populations immigrées apportent avec elles leurs cultures et leurs langues. Or, qu’en est-ils des enfants et jeunes sourds ?

Sur la base d’un questionnement remontant aux années 1990 au sein des Deaf Studies, une réflexion s’est développée et qui a produit une nombreuse littérature, le Multicultural Deaf Studies pose la question du positionnement des sourds issus des minorités culturelles et d’immigration. Sont-ils premièrement sourds et en deuxième personne immigrée ou pas ?

Ainsi, la recherche de Diane Bedoin essaie de comprendre quel est le positionnement des jeunes sourds de l’immigration. Après une présentation de la situation et de la méthodologie, un élément est assez intéressant. La plupart des parents de ces jeunes sourds insistent sur l’importance du français oral, espérant que cela leur permettra de sortir de leur condition. La plupart des jeunes sourds connaissent peu ou mal leur langue d’origine.

Mais, il faut rappeler que beaucoup de travail reste encore à faire, et qu’il manque de statistique officielle. La recherche s’est faite en milieu spécialisé. Le travail de Diane Bedoin peut permettre d’apporter des questionnements différents et donc de nuancer plus les recherches sur les sourds, voire de prendre en compte l’existence de l’aspect pluriculturel et plurilinguistique des jeunes sourds.

Références anglo-saxonnes :

Ahmad, Darr, Jones & Nisar (1998). Deafness and Ethnicity: Services, policy and politics. Bristol: Policy Press.

Akamatsu & Cole (2003). Deaf immigrant and refugee children: A different kind of multiculturalism? In E. Cole, & J. A. Siegel (Eds.), (pp. 296-321). Ashland, OH, US: Hogrefe & Huber Publishers

Christensen & Delgado (Eds.) (1993). Multicultural Issues in Deafness, NY : Longman.

Christensen & Delgado (Eds.) (2000). Deaf plus: A multicultural perspective. San Diego: DawnSign Press.

Cohen, Fischgrund & Redding (1990). Deaf children from ethnic, linguistic and racial minority backgrounds: An overview. American Annals of the Deaf, 135 (2), 67-93.

Foster & Kinuthia (2003). Deaf persons of Asian American, Hispanic American and Black American backgrounds: a study of intraindividual diversity and identity. Journal of Deaf Studies and Deaf Education, 8(3), 271-290.

Plue (2003). Multicultural deaf profiles in the deaf community. MultiCultural Review, 12 (3), 48-56.

Steinberg, Bain, Li, Delgado & Ruperto (2003). Decisions hispanic families make after the identification of deafness. Journal of Deaf Studies and Deaf Education, 8(3), 291-303.

Référence personnelle:

Bedoin, D. (2008). Enfants sourds et malentendants en situation d’immigration à l’école : une double stigmatisation ? ALTER – Revue Européenne de Recherche sur le Handicap, 2(4), 292-311.

 Modération : Brigitte GARCIA (Université Paris 8)

Andrea BENVENUTO (MSSH, Université Paris 8) – Études autour de la culture, la langue et l’histoire de la communauté sourde en France.

 La présentation d’Andrea Benvenuto se concentre sur la question des recherches sur la culture, la langue et l’histoire des sourds en France. Démarrant sur l’émergence des Disability Studies, et rejoingnant l’intervention de Pierre Schmitt, sur les origines des Deaf Studies.

Les Disability Studies ont émergé dans la foulée des mouvements activistes des années 1960 dans les droits civils aux États-Unis et en Grande-Bretagne, et donc de la reconnaissance des droits des minorités. Ainsi se développe un nouveau paradigme : celui de regarder, non plus sous l’angle médical de la déficience, mais celui de regarder le degré d’ouverture de la société sur les Disabled People.

Toute une réflexion, sous l’influence des théories philosophiques et sociologiques des années 1940-1960, en découle au cours des années 1970 et 1980. Cela entraîne une nouvelle réflexion à propos des recherches sur les sourds.

Ainsi, après une présentation montrant que la surdité a toujours été considérée comme une déficience et étudiée comme tel (Disability Studies), cette intervention a voulu montrer l’ancienneté des études autour des sourds et de la langue des signes. Bien que n’étant pas constitué comme un domaine de recherche spécifique, la surdité a servi d’analyseur depuis l’antiquité (dont la première référence on la doit à Platon dans son ouvrage le Cratyle), pour confirmer ou infirmer des aspects divers liant les gestes des sourds et l’origine des idées. De ce fait, depuis longtemps, il existe des réflexions à propos des sourds sans que leurs auteurs en disent le nom. Ces réflexions sur les sourds ont abouti à un regard sur la place des sourds dans la société, que ce soit dans l’Enseignement, dans la Langue, dans l’Histoire, dans l’Anthropologie et dans la Philosophie.

Depuis les recherches portant sur ces questions, à l’institutionnalisation d’un champ d’études particulier, les études sourdes en France se sont développés principalement autour de la langue des signes (recherches linguistiques, intérpretariat, enseignement). Mais la surdité donne matière à la réflexion pour des questions telles que la prise en compte de la singularité dans l’universalité du vivant ou les conditions de possibilité d’une citoyenneté partagée. Il est temps donc que les sciences sociales s’emparent de la question et que des recherches inter et trandisciplinaires viennent élargir les objets d’études autour des sourds.

ALBRECHT (Gary L.)/RAVAUD (Jean-François)/STIKER (Henri-Jacques)/CASTELAIN MEUNIER (Christine), « L’émergence des disability studies : état des lieux et perspectives », Sciences sociales et santé, 2001, 19, 4, 43-78.

ARISTOTE, Les Politiques, trad. Inédite Pierre Pellegrini. GF Flammarion, 1993 (2°éd.)

BENVENUTO, Andrea, Qu’est-ce qu’un sourd? De la figure au sujet philosophique. Thèse de doctorat en philosophie. Université Paris 8, 2009.

CEFAI, Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on? Les théories de l’action collective, La Découverte, 2007

FILLION, Emmanuelle. Intervention au séminaire Mobilistaions et identités collectives dans le champ de la santé et du handicap, EHESP-EHESS, 13 novembre 2012.

Olivier SCHETRIT (EHESS, LAS) – Écrire et éditer : l’International Visual Théâtre et ses éditions autour de la langue des signes française

La question de faire éditer des ouvrages en langue des signes a été posée par Olivier Schetrit, avec l’exemple de l’International Visual Théâtre. Il a présenté les origines des études de la langue des signes. Le fait d’enseigner les sourds via la langue des signes a rendu nécessaire le développement des dictionnaires, ce dès l’abbé de l’Épée. Ainsi, au cours du XIXe siècle des méthodes se sont développées pour l’édition de dictionnaires.

Néanmoins, la prise de conscience de la valeur de la langue des signes date seulement des années 1970, avec l’édition du dictionnaire de l’Ameslan, comportant 3000 signes. En France, c’est avec la création de l’IVT et des premiers cours de langue de signes, que s’élabore le premier dictionnaire en France du XXe siècle, publié en 1981, par 2LPE, puis de l’IVT avec son dictionnaire en 1983.

Puis, avec le succès du dictionnaire d’IVT accompagne la création des Éditions IVT qui ont publié un grand nombre d’ouvrages sur la langue des signes française. Ce qui est intéressant, c’est l’impact qu’ont les Éditons IVT sur la communauté sourde dans la prise de conscience de la valeur de leur langue au cours des années 1980. Puis, se développent des éditions installées en province et qui éditent des dictionnaires et autres ouvrages, sur papier et même sur d’autres supports (DVD, internet etc…)

Olivier Schetrit conclut en insistant sur l’importance du développement des productions centrées sur la langue des signes, ce en dépit des difficultés financières et du manque de reconnaissance de la langue. Mais, le plus important est la qualité du contenu, et le suivi de l’évolution de la langue des signes et des nouveaux signes. Où est la limite entre vouloir enrichir une langue, et la stabiliser ? Telle est la question qui permet d’ouvrir de nouvelles réflexions et perspectives.

Références :

 BEBIAN, Auguste. (1825) Mimographie ou Essai d’écriture mimique, propre à régulariser Le langage des sourds-muets. Paris : Chez Louis Colas, Libraire, n°32.

BONNAL-VERGES, Françoise. (2005) Sémiogenèse de la langue des signes française : Étude critique des signes de la langue des signes française attestés sur support papier depuis le XVIIIe siècle et nouvelles perspectives de dictionnaires. Lyon : Thèse de doctorat.

JOUISON, Paul. (1995) Écrits sur la langue des signes, Edition établie de Brigitte Garcia. Paris : Librairie L’Harmattan.

 VALADE, Rémi. (1854) Essai sur la grammaire du langage naturel des signes à l’usage des instituteurs de sourds-muets. Paris : Libraire Roret.

 KARACOSTAS, Alexis. (2004) Regards sur l’histoire de la linguistique de la Langue des Signes Française. In Surdités n° 5-6. Paris : Groupe d’Études Spécialisé « Thérapie et Surdités » (GESTES)

 MOODY, Bill. (1983) La langue des signes Histoire et Grammaire. Tome 1. International Visual Theatre. Paris : Éditions Ellipses

Dennis BLITZ (Université d’Hambourg) – Approche pluridisciplinaire des études autour de la Langue des Signes à Hambourg (Allemagne)

Dennis Blitz a présenté Institut für Deutsche Gebärdensprache und Kommunikation Gehörloser, l’institut qui travaille sur la question des Deaf Studies à l’université d’Hambourg. Ainsi, l’histoire de cet institut commence en 1987, et dispose de deux cursus : Interprétariat allemand – Langue des signes Allemande (DGS), et Langue des Signes (Études Linguistiques). Le terme «Deaf Studies» est introduit depuis 2005, à la faveur de la réforme de LMD (réforme d’harmonisation du cursus universitaire européen).

Or, dans les autres universités, il n’y a souvent qu’un simple cursus, celui d’interprétariat (Magdebourg, Zwickau et Berlin). Néanmoins, à Berlin, récemment s’est ouvert un nouveau cursus nommé «Deaf Studies».

L’organisation en Allemagne permet son existence par une approche par champ étude, à la différence de la France qui privilégie l’approche disciplinaire. Ainsi, les recherches en langue des signes regroupent plusieurs disciplines qui peuvent avoir plusieurs approches pour un seul objet d’études.

Les recherches sur les Deaf Studies en Allemagne ont 25 ans d’existence et continuent à se développer. Cette expérience s’est faite par une approche d’étude qui s’ouvre à toutes les disciplines, et donc porte sur plusieurs domaines d’études.

La présentation se termine par une projection vidéo des interviews réalisées au directeur de l’institut, Christian Rathmann (sourd), à Alexander Von Meyenn et à Renate Fischer du même Institut.

Christian CUXAC (Université Paris 8) – Quelles épistémologies pour quelle langue des signes?

Christian Cuxac commence pour poser quelques répères sur l’épistémologie d’une discipline particulièrement de la linguistique. Ainsi, une définition minimale de l’épistémologie d’une discipline doit se poser les questions suivantes: quelles sont ses propositions et ses choix théoriques? Quelle est son insertion dans le cadre plus vaste de champs pluridisciplinaires comme les sciences humaines et sociales? comment elle s’intègre? quelles sont ses frontières, ses limites, les questions et les problèmes cruciaux qu’elle rencontre et qu’elle envisage de résoudre dans le cadre de cette intégration ? Cuxac développe son exposé sur les questionnements épistémologiques autour de la langue des signes à partir des périodes plus vastes où émergent des questionnements épistémologiques.

Ainsi, il a montré l’émergence aux États-Unis d’une nouvelle recherche linguistique : celle consacrée à la langue des signes, sur l’impulsion de Stokoe et sous l’influence du paradigme générativiste (Chomsky). Or, détail intéressant, cette recherche s’est faite sur la contestation des dogmes de la discipline, et a ainsi fait évoluer la vision de la recherche dans ce domaine.

Ainsi conséquent, les méthodologies, et les postulats ont évolués. Cuxac présente : «paradigme alternatif au sein de la discipline», ou plus clairement, une nouvelle voie de recherche dans une même discipline, par rapport à la voie traditionnelle. Néanmoins, après le bouleversement de la nouveauté, une certaine habitude s’installe et ainsi succède aux fondateurs qui recherchent la nouveauté.

Ainsi, après la génération des années 1960 succède celle des années 1980 qui souhaite ouvrir une nouvelle voie dans l’étude de la langue des signes, et donc dans la compréhension de cette langue par une autre nouvelle voie de recherche. Deux paradigmes autour de la recherche linguistique de la langue des signes se confrontent : grammaires formelles (grammaire générative) dit « courant assimilateur » vs modèle sémiologique (Cuxac, Pizzuto, Garcia, etc.) dit « courant exotique ».

L’existence de différents courants démontre de la vitalité de la recherche linguistique sur la langue des signes. Cela dénote de nouvelles réflexions à venir dans ce domaine de recherche.

Second jour 

Deaf Studies, Deaf History: quelles épistémologies ?
Mardi 27 novembre 2012
(Amphithéâtre F. Furet. 105 boulevard Raspail. 75006 Paris)

Modération : Alexis KARACOSTAS (Hôpital La Salpêtrière)

Yann CANTIN (EHESS, CRH) – Les sourds sous l’emprise de l’histoire: Paul Deschanel (1855-1922) et ses relations avec la communauté sourde parisienne à la Belle Époque

 L’influence de Paul Deschanel a été déterminante dans l’histoire de la communauté sourde. Or, ce rôle a été ignoré dans l’historiographie actuelle, d’autant plus que la recherche biographique de Deschanel est assez mineure. Ainsi, on peut voir que l’influence de ce personnage de premier plan de la IIIe république va bien au delà de sa fonction politique puisqu’il a également permis à quelques sourds d’être élevés au rang d’officier de la légion d’Honneur, ou d’avoir des subventions présidentielles.

Cette présentation a permis également de comprendre l’importance de relier l’histoire des sourds à l’histoire en général. Cette présentation a aussi permis de voir ce que cette recherche peut permettre : ouvrir de nouvelles voies exploratoires, autres que celles déjà parcourues, et éventuellement d’apporter une autre vision du monde. Par conséquent, et plus dans le domaine de l’histoire, il faut penser à ce que le Deaf History fasse partie d’une recherche historique plus globale tout en ayant une spécificité qui lui permette de prendre des voies de recherches inédites.

Ce qui compte, c’est la compréhension de l’Humain dans sa diversité, actuelle, ou passée. L’étude des Sourds au fil du temps permet ainsi de comprendre les évolutions de la société et des relations envers ceux qui n’ont pas forcément les mêmes critères de pensée. L’exemple de Paul Deschanel illustre ainsi cette interaction. Et d’autre part, il est important de prendre en compte l’influence des Sourds sur la société, avec pour exemple Toulouse-Lautrec qui a eu comme mentor René Princeteau, un sourd ! Que serait le «French Cancan» sans la peinture de Toulouse-Lautrec ?

Bibliographie indicative

Périodiques

GAILLARD, Henri, La Silencieuse, feuille d’idées et de littérature, 1898-1899

GAILLARD, Henri, Gazette des Sourds-muets, 1893-1910

GAILLARD, Henri, Journal des Sourds-Muets, 1900-1915

Ouvrage

GAILLARD, Henri, La Réception d’un Légionnaire Silencieux, Gazette des Sourds-Muets, Paris, 1928.

Archives numérisés

Fonds numérisé LEONORE, de la Légion d’Honneur : Dossier Eugène Graff (1866-1935)

Base d’état-civil numérisé des archives départementales de Paris (Naissance Henri Giraud)

Florence ENCREVE (Université Paris 8) – Les enjeux de l’écriture de l’histoire des sourds du début du XIXe siècle à nos jours

 Le travail de Florence Encrevé porte sur une analyse des écrits historiques sur les Sourds. Ainsi, on peut distinguer trois périodes durant lesquelles l’écriture de l’histoire des sourds se constitue.

 Il y a eu trois phases de l’écriture de l’histoire des sourds, avec une première période avec le travail Ferdinand Berthier et du Baron Joseph de Gérando (1827) qui a écrit deux volumes sur les sourds, ce à une période où l’écriture de l’histoire se construit et se développe, sous l’impulsion des premiers historiens universitaires. Ces premiers ouvrages, bien que disposant d’informations de premier plan, manquent de références et donc de sources.

Par la suite, durant quasiment un siècle, entre la seconde moitié du XIXe siècle et les années 1970, il n’y a quasiment pas eu d’écriture sur l’histoire des sourds. Le contexte ne s’y prêtait pas, puis, rapidement, un renouveau se fait avec les travaux de Bernard Mottez et de Christian Cuxac, qui ont repris les recherches des historiens du XIXe siècle, mais cette fois-ci dans un contexte où la recherche historique commence à s’occuper des minorités, et où ces minorités revendiquent leur héritage vis-à-vis de la société.

La troisième période, depuis une dizaine d’années, voit le développement de la recherche sur les sourds dans le milieu universitaire, et donc ouvre de nouvelles perspectives dans la recherche historique. Fl. Encrevé a conclu en insistant sur l’importance de la transversalité de cette recherche, et de l’importance du contexte pour comprendre son rôle.

Loreleï BOURCHEIX (Université Lyon 2) – Eléments de réponse sur la condition sourde au Burkina Faso

 Loreleï Bourcheix a présenté une situation particulière : l’éducation des jeunes sourds en Afrique, au Burkina Faso. Ainsi, il semble que l’éducation des sourds a commencé avec un pasteur sourd américain, Andrew Jackson Foster (1925-1987) qui a introduit une école de sourds, se basant sur l’American Sign Language (ASL) au Ghana dans les années 1950. Par la suite, sa méthode a essaimé en Afrique de l’Ouest. Sa rencontre avec Daniel Compaoré a conduit à la fondation d’une école de sourds, à Ouagadougou en 1985. La majorité des écoles de sourds en Afrique est sous la gestion des organismes religieux et donc sont des établissements privés.

Le travail de Loreleï Boucheix consiste à comprendre les signes venant des sourds isolés, non éduqués, avec l’aide d’un sourd burkinabé, Daouda Derra. Ce travail s’inscrit dans une réflexion en vue d’harmoniser les signes des différentes institutions du pays.

Mais, la difficulté est justement d’avoir accès aux sourds isolés, cela dépend de la volonté des familles, et donc, de la relation entre le proche entendant et le sourd en question. D’autre part, il y a aussi une autre difficulté, c’est de comprendre la spécificité africaine concernant la situation des sourds, d’où la difficulté de transposer en Afrique les solutions utilisées dans le monde occidental.

Bibliographie

Adam Kendon, Sign languages of aboriginal Australia : cultural, semiotic and comunicative perspectives, Cambridge : Cambridge university press , 1988, 542 p.

Hall E.T., La dimension cachée, Editions du Seuil, 1978, 254 p.

Leiris M., Cinq études d’ethnologie, Gallimard, Paris, 1988, 151 p.

Mauss M., Sociologie et anthropologie, PUF, 5ème édition « Quadrige », 1993, 482 p.

Articles
Ag Mohamed A. et coll., « Surdité de l’enfant en Afrique Noire : cas de l’école de Bamako (Mali) », Médecine d’Afrique Noire, 43, 1996, p.570.

Corballis Michael C., « L’origine gestuelle du langage », www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=12975

Dalle-Nazébi S., « Objet et acteurs de recherche. La montée en expertise de locuteurs de langues des signes », Revue d’anthropologie des connaissances, 2008/1 – n° 3, pp 63-96.

Dalle-Nazébi S., « Les sourds au Congo-Brazzaville, entre sorcellerie locale et pratiques occidentales », dans Reliance « Le handicap à l’épreuve des cultures » coordonné par Ch. Gardou, 2009.

Fusellier-Souza I., «La création gestuelle des individus sourds isolés», Acquisition et interaction en langue étrangère, 15|2001, mis en ligne le 14 décembre 2005. http://aile.revues.org/537

Soprin-Barreteau L., « Gestes narratifs et langage gestuel chez les Mofu-Gudur (Nord- Cameroun) », Cahiers de Littérature Orale, n° 11, Éditions de la MSH & Publications de l’INALCO, Paris, 1983, pp. 37-93.

 Sitographie

Site de l’institut de jeunes sourds de Bobo-Dioulasso : http://ijsf.free.fr/ Site d’information de l’Union Nationale des Associations de Parents d’Enfants Déficients

Auditifs : www.unapeda.asso.fr Site officiel de l’ONG belge « Sensorial Handicap Cooperation » : www.sensorial.be Site de la fondation Liliane : www.lilianefonds.org

Site de l’association française Orthofaso : orthofaso.ifrance.com Site officiel du Centre d’Education et de Formation Intégrée des Sourds et des Entendants de

Ouagadougou : http://cefise.org Site du Ministère de l’Education burkinabé : www.meba.gov.bf/…/loi-orientation-education-decembre96.pdf

Modération : Andrea BENVENUTO (MSSH, Université Paris 8)

Isabelle DAGNEAUX (Université de Louvain) – Surdité et normativité. De la médicalisation de la surdité à la culture sourde

Isabelle Dagneaux présente une analyse sur le sens de la norme et donc, se pose la question de la définition d’une «vision de l’homme», et par conséquent, la réflexion de Canguilhem, dans son ouvrage Essai sur quelques problèmes concernant le mal et le pathologique, publié en 1943, apporte quelques réponses, plus particulièrement sur la norme vue selon le sourd ou l’entendant.

Ainsi, Delaporte a montré que le sourd dispose de sa propre norme en fonction de son positionnement vis-à-vis de l’entendant. Le travail de Canguilhem montre que la vie définit elle-même ses normes en fonction du milieu où elle vit ce qui montre l’importance de l’influence des milieux. C’est pourquoi l’influence de la culture sur la médecine est à prendre en compte, quand celle-ci dit définir les normes selon la physiologie.

Il est intéressant de réfléchir sur la question des normes en fonction du milieu culturel, et par conséquent, des milieux où vivent les sourds, pour qu’ensuite ils définissent leurs propres normes.

La question finale se pose, c’est de savoir si les Deaf Studies se font dans le prolongement des recherches des Disability Studies ou s’en différencient ? Delaporte considère que « L’être-sourd est, par essence, un être divisé. La conscience sourde est une conscience déchirée ». Et donc, Dagneaux conclut par : «la situation isolée, séparée – voire déchirée – des sourds est-elle aussi celle des Deaf Studies ? C’est là, pour l’auteure, qu’une anthropologie sous-tend une épistémologie.»

Références

Canguilhem, Georges (1966). Le normal et le pathologique. Quadrige. Paris : PUF. Delaporte, Yves (2002). Les sourds, c’est comme ça. Ethnologie de la surdimutité. Paris : Editions de la Maison des sciences de l’homme.

Durrive, Barthélemy (2009). Quelques concepts de Georges Canguilhem. url : http://ehvi.ens-lyon.fr/IMG/pdf/quelques_concepts_de_canguilhem.pdf. Consulté le 12.11.2012.

Foucault, Michel (1983). Naissance de la clinique : une archéologie du regard médical. 5è éd. Paris : PUF.

Lalande, André (1938). Vocabulaire technique et critique de la philosophie. 4e éd. Paris :

Alcan. Le Blanc, Guillaume (2010). Canguilhem et les normes. 2e éd. Paris : PUF.

Mottez, Bernard (1977). « A s’obstiner contre la déficience on augmente souvent l’handicap. L’exemple des sourds ». Dans : Les sourds existent-ils ? Textes rassemblés etprésentés par Andrea Benvenuto. Paris : L’Harmattan, p. 37–56. — (1993).

« Culture et différence ». Dans : Les sourds existent-ils ? Textes rassembléset présentés par Andrea Benvenuto. Paris : L’Harmattan, p. 179–187. — (2006). Les sourds existent-ils ? Textes rassemblés et présentés par Andrea Benvenuto. Paris : L’Harmattan.

Sigerist, H.E. (1932). Introduction à la médecine. Paris : Payot.

Mathilde VILLECHEVROLLE (Université Paris-Descartes) – Rendre la parole aux médecins. Pour une histoire du discours médical sur la surdité

L’étude de Mathilde Villechevrolle se porte sur les écrits des médecins à propos des sourds, plus particulièrement ceux des XVIIIe et XIXe siècle. Il est intéressant de faire remarquer, selon l’historiographie sur ces écrits, que les médecins ne sont pas tous partisans de l’éducation orale. Dans ces textes, on parle d’une éducation orientée sur l’expérimentation et la thérapeutique. Autre point : souvent, de nos jours, les arguments présentés dans ces textes sont dévalorisés mais c’est une erreur car il faut replacer ces arguments dans le contexte de l’époque. Et troisième point : on dit souvent que les médecins de l’époque ont contribué à la déshumanisation des sourds.

On rejoint ainsi les réflexions de Foucault sur la modernité exclusionnaire de la société occidentale. Mais par ailleurs, il existe de quelques écrits anciens médicaux sur les sourds et une analyse de ces écrits serait intéressante. Ainsi, la première chose qui frappe de ces écrits, c’est qu’ils sont fortement influencés par une vision phonocentriste héritée d’Aristote qui a théorisé sur le positionnement de l’Homme vis-à-vis de l’animal par la parole.

Néanmoins, le Sensualisme de Condillac ajoute une étape supplémentaire sur la suprématie de l’audition. En effet, le sensualisme établit une hiérarchie des sens, où la vision, suite aux études optiques, est dévalorisée par rapport à l’ouïe. Ainsi, les sourds, privés d’auditions, se sont vus considérés comme des êtres d’excès, là où la parole aurait pu les contenir. Le Vitalisme qui théorise l’équilibre des fluides dans le corps apporte une réflexion complémentaire dans le regard sur les sourds. Ils sont ainsi considérés comme des êtres qui dérogent aux normes sociales, et ainsi qui pourraient apporter le chaos à la Société, d’où la dévalorisation des sourds à travers les écrits médicaux.

Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques.

 Surdité et langue des signes :
analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques. 

Andrea Benvenuto, chargée de mission à la MSSH, Université Paris 8
Alexis Karacostas, psychiatre, Hôpital La Salpêtrière

1er et 3e lundis du mois de 19 h à 21 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 5 novembre 2012 au 3 juin 2013. 

Séminaire interprété en LSF/français

Dans le prolongement du programme initié l’année dernière et centré sur l’étude des conditions politiques, historiques et philosophiques d’émergence et d’installation du projet pédagogique de l’abbé de l’Épée (1712-1789), le séminaire de cette année s’attachera à étudier les déplacements produits au XIXe siècle sur le traitement de la surdité, des sourds et de la langue des signes. Jusqu’au XVIIIe siècle, la surdité jouait le rôle d’opérateur épistémologique interrogeant les fondements du langage, l’origine des connaissances et les frontières de l’humanité. L’enjeu pédagogique était que le sourd rejoigne un univers symbolique centré sur la dimension signifiante du corps physique. Au XIXe siècle, l’entrée des médecins dans les institutions de sourds met en jeu une appréhension différente de la surdité. L’univers auquel le sourd doit dorénavant avoir accès n’est plus centré sur la dimension signifiante mais sur la dimension sonore du corps physique. L’enjeu initial de faire parler les sourds pour leur rendre une place parmi les hommes se déplace. Les discours pédagogiques et médicaux réparateurs de la surdité font de la question du langage des sourds un problème d’ordre pathologique. Si l’humanité des sourds n’est plus en question, leur «anormalité» est à l’épreuve du pouvoir normalisateur de la médecine et des pratiques pédagogiques, pouvoir qui n’est pas resté sans effet sur les sujets qui en étaient la cible. Le pédagogue, le sourd et le médecin n’ont été ni totalement investis par la norme médicale réparatrice de la surdité, ni totalement désinvestis par elle. À des degrés divers, chacun a contribué à l’édifier et chacun a pu s’y opposer. Les deux grands discours qui ont organisé et organisent encore les savoirs concernant les sourds se mettent en place : le discours de la déficience, de nature médico-pédagogique, centré sur l’oreille défaillante et l’enseignement de la parole orale, et le discours socio-anthropologique de la différence, centré sur la langue des signes et la culture sourde. Le croisement qui se produit entre médecine et éducation dans les institutions de sourds au XIXe siècle rend solidaires les effets de la médecine de l’oreille et le processus de subjectivation des sourds. Ce séminaire s’attachera à étudier ce croisement ainsi qu’à analyser les modes de résistance et d’organisation collective des sourds.

Dans une démarche interdisciplinaire, nous solliciterons des intervenants œuvrant sur les terrains de l’anthropologie du corps et de la santé, de l’histoire de la médecine, de la philosophie et de l’histoire, ainsi que les spécialistes de l’histoire de l’éducation des sourds.

Adresse électronique de contact et d’inscription :
alexis.karacostas@wanadoo.fr
Marie.Coutant@ehess.fr   et/ou Andrea.Benvenuto@ehess.fr

PROGRAMME 

5/11/12 : Introduction par Alexis KARACOSTAS et Andrea BENVENUTO.
Thierry GINESTE , psychiatre

Le Dr J.M.G. Itard, le sauvage de l’Aveyron et les débuts de la psychiatrie de l’enfant (titre provisoire)

19/11/12 : Harlan LANE. Professeur émérite, Université Northeastern, EUA
Autour de: The People of the Eye: Deaf Ethnicity and Ancestry (2011), H. Lane, R. Pillard, U. Hedberg (eds.), Oxford University Press. 

 

3/12/12 : Alexis KARACOSTAS. Hôpital La Salpêtrière, Paris.
Fragments de “glottophagie”. Ferdinand Berthier et la naissance du mouvement sourd en France.

17/12/12 : François LEGENT, professeur. Membre de l’Académie nationale de médecine Les soins médicaux aux sourds-muets en France au XIX siècle. Naissance de l’otologie moderne. 

7/01/13 : Mathilde VILLECHEVROLLE. Doctorante à l’Université Paris-Descartes.
Le discours médical « oraliste » : principales étapes du débat scientifique sur les sourds au XIXe siècle

21/01/13 : Rafael MANDRESSI. Centre Alexandre Koyré, CNRS-EHESS.
Médecine, sensibilité et sensorialité aux XVIIIe et XIXe siècles 

4/02/13 : Didier SEGUILLON. Université Paris Ouest Nanterre.
De l’art de prévenir et de corriger à celui de faire entendre : l’éducation de l’écolier sourd dans la première moitié du XIXe siècle. 

4/03/13 : Florence ENCREVÉ. Professeur associée. Université Paris 8.
La famille des sourds-muets (1830-1870)

18/03/13 : Sabine ARNAUD. Max Planck Institute for the History of Science, Berlin.
La Surdité, une question de médecine ou de pédagogie? Pratiques, publications et réception du Docteur Alexandre-Louis-Paul Blanchet au 19e Siècle

15/04/13 : Andrea BENVENUTO, chargée de mission à la MSSH, Université Paris 8
La « nation sourde » et les banquets des sourds-muets au XIX siècle

3/06/13 : Yann CANTIN. Doctorant en histoire. CRH-EHESS
L’activité artistique et militante des sourds dans la deuxième moitié du XIX siècle.  

17/06/13 : Andrea BENVENUTO, chargée de mission à la MSSH, Université Paris 8 et Christian CUXAC, Université Paris 8.
La langue des signes entre « besoin physiologique du sourd-muet » et « interdiction ». 1880, Milan et les colloques d’enseignants et de médecins.

Source : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/62/