Conférences du Dr Paddy Ladd « Comprendre la culture sourde : à la recherche du Deafhood » et « Pédagogies sourdes : le curriculum non reconnu » – EHESS, février 2017

Dans le cadre des divers séminaires organisés à l’EHESS, certains en partenariat avec l’université Jean Jaurès de Toulouse (« Surdité et langue des signes: analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques » qui a fêté ses 10 ans ; « Langue des signes et pratiques artistiques » qui court sur sa 2e année en partenariat avec l’université Jean Jaurès de Toulouse ; « Les Deaf Studies en question » organisé à l’EHESS au second semestre 2016-2017) et avec la participation du Programme Handicaps et Sociétés, le Dr Paddy Ladd a été invité à Paris pour donner une série de conférences et de rencontres.

Salle comble et acclamations du public pour accueillir le Dr Paddy Ladd

Paddy Ladd, né en 1952, est un activiste britannique multi-facettes au sein des communautés sourdes et en faveur des langues des signes, dont la  BSL (British Sign Language). Après avoir rejoint la communauté sourde vers l’âge de 20 ans, il étend son activité dans de multiples directions, professionnelles, associatives aussi bien qu’universitaires. Entre autres, il devient le premier présentateur du programme « See Hear » à la BBC dans les années 1980. En 1992, il est le premier non-américain à occuper la chaire en Deaf Studies à l’université de Gallaudet. Il soutient son doctorat en Deaf Culture à l’Université de Bristol, où il coordonne ensuite des programmes d’enseignement au sein du CDS (Center for Deaf Studies, qui est désormais fermé depuis 2013).

Les travaux de Paddy Ladd sont connus aussi bien dans le monde académique qu’au sein des communautés sourdes en particulier à la suite de la publication de son doctorat sous la forme d’un ouvrage de plus de 700 pages : Understanding Deaf Culture: In Search of Deafhood, Clevedon, Multilingual Matters, 2003. Comme il le soulignera au cours d’une de ses conférences, le Deafhood s’avèrera un concept voyageur, faisant l’objet de circulations transnationales et d’appropriations de la part de communautés sourdes de divers pays (voire même se trouvant décliné en objets dérivés tels qu’affiches, tatouages,etc.). Il est néanmoins peu connu en France, où les travaux de Paddy Ladd n’ont pour l’instant fait l’objet d’aucune traduction.

La modératrice Marie-Thérèse L’Huillier (CNRS) et Paddy Ladd

Cette série de rencontres était dès lors l’occasion d’ouvrir un espace à Paddy Ladd, familier des études sourdes telles qu’elles se font au Royaume-Uni, pour lui permettre de présenter ses travaux devant un public de plus d’une centaine de personnes.

Le lundi 6 février 2017, il a ainsi délivré une conférence sur le sujet du Deafhood durant 3h dans un amphithéâtre de l’EHESS plein à craquer, et dont l’accessibilité à tous quelle(s) que soi(en)t leur(s) langue(s) était rendue possible par un dispositif multiple d’interprètes LSI-LSF, LSF-fr et vélotypie. Et le lendemain, mardi 7 février, une nouvelle conférence de 3h lui a permis de développer les recherches qu’il effectue pour son prochain ouvrage portant sur les pédagogies sourdes.

Voici, en téléchargement libre, les transcriptions écrites et retravaillées à partir de la vélotypie :

Conférence du 6 février sur le Deafhood :
Transcription P. Ladd EHESS 6 février Deafhood

Conférence du 7 février sur les pédagogies sourdes :
Transcription P. Ladd EHESS 7 février 2017 Pédagogies sourdes

CHINK

Un documentaire autour d’une résidence artistique où sourds et entendants travaillent ensemble autour de la musique.

Auteur-Réalisateur : Matthias Berger
Auteur : Pierre Schmitt
Image : Hélène Orth, Sebastien Bruvier, Matthias Berger, Hélène Veiga Gomes
Son : Gregory Buchert, Pierre Schmitt, Jonathan Schall
Montage : Benjamin Piel, Pierre Schmitt, Matthias Berger
Musique originale : Yerri Gaspard Hummel, Philippe Bey

Traces de Vies – Vic le Comte (France) – Mention spéciale
Festival point doc – Selection
Festival de Douarnenez – Selection
Journée du film Bricolé – Selection
Maine deaf film festival – Selection

 

FEAST 2017

La sixième édition de la FEAST (Formal and Experimental Advances in Sign Language Theory) aura lieu à l’université d’Islande (Reykjavik) les 21 et 22 juin 2017.

Plus d’infos (en anglais) sur leur site :

https://sites.google.com/site/feastconference/home/conferences/feast_reykjavik_2017

Réflexion sur l’absence de véritable travail de correspondance lexicale entre la LSF et le français

Voici donc le texte qui a servi de base à mon intervention au Congrès Mondial de Traductologie, qui a eu lieu à Nanterre cette semaine (semaine du 11 au 14 avril 2017).

Je précise que je difusse ce billet pour qu’il puisse servir de base de réflexion aux recherches entourant la traductologie, mais également tout ce qui concerne le noétomalalien français C’est pourquoi je le public ici, dans ce carnet consacré aux Etudes Sourdes (Deaf Studies) dont j’ai ouvert les portes à un collectif, afin de faire vivre ce carnet.

Donc, dans le droit fil de cet esprit, je vous fais part de mon intervention. Attention, il y a des différences entre mon intervention réelle et ce texte, néanmoins, mon esprit et ma réflexion y sont dedans. Les projections y sont insérées.

Bonne lecture donc ! Et bonne réflexion !

(Pour information, les images de signes proviennent de l’Iconographie de Pélissier (1856), et les autres sont issues de l’Internet, en guise d’illustration dont je n’en suis pas l’auteur.)

Réflexion sur l’absence de véritable travail de correspondance lexicale entre la LSF et le français.

Page 1 du powerpoint

Etant Sourd, et donc usager d’interprètes en langue de signes, j’ai eu régulièrement droit à des demandes de signes appropriés pour des termes en français évoqués. Ces questions montrent que l’interprétation depuis une langue linéaire, parlée ou écrite, vers une langue tridimensionnelle, qui puisse évoquer l’espace et le temps en même temps n’est pas une partie aisée.

Néanmoins, je constate, avec ces questions de termes, une sorte d’exaspération de la soi-disant pauvreté de la langue des signes. Certaines personnes évoquent que l’une des plus grandes difficultés de l’exercice d’interprétation, c’est de pouvoir franchir cette « pauvreté lexicale » dans la langue des signes. Cependant, cette « difficulté » fait considérer la langue des signes comme une langue pauvre, limitée, qui peine à être vue comme une langue à part entière.

Qu’est-ce donc cette pauvreté lexicale dans la langue des signes ?

Le choix des termes ou l’obsession du signe

Avant de répondre directement à cette question, comment procéder dans la traduction/interprétation ? Basiquement, il s’agit de comprendre/trouver les termes appropriés dans les deux langues, afin de pouvoir véhiculer le sens/message dans les deux sens. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Séminaire Deaf Studies en question du 7 mars 2017- Intervention de Yann Cantin –

Remarque : Ce texte n’ayant pas été présenté tel quel lors du séminaire Deaf Studies en question à l’EHESS. Il y a donc eu des différences entre le « prononcé » sur place, et ce qui est écrit ici. Ce texte est ici mis en ligne pour susciter une réflexion, un débat sur la question des Etudes Sourdes en France. (YC)

Émergence et développement des études sur les sourds et la langue des signes en France

Les évolutions des Etudes Sourdes en France
Yann Cantin (Université Paris 8)

Avant tout chose, voici ce que je suggère pour désigner dans notre langue les Deaf Studies . Il s’agit de Sourde Recherche, pour désigner de ce que l’on dit. Je fais cette proposition afin de désigner ce domaine de recherches, non pas dans la langue des Etats-Unis, mais dans la nôtre. Ceci reste encore à réfléchir, pour que nous ayons un terme pour la désigner.

L’émergence des Deaf Studies
Je vais commencer par le point de départ du développement de la seconde vague des Deaf Studies en France. Il s’agit des Journées d’Etudes des Etudes Sourdes et de l’Epistémologie Sourde, organisées ici à l’EHESS en 2012.

Ces journées d’Etudes ont directement influencé ce séminaire, il semble donc logique de commencer par ces dates pour explorer le processus de l’émergence et du développement de ce domaine de recherches en France. Le bilan de ces JE ont permis de comprendre qu’il y a de nombreuses recherches qui entrent directement dans ce domaine : ethnologie, sociologie, anthropologie, histoire, linguistique et bien d’autres encore.

Mais, ces recherches sont isolées les unes des autres. Cet isolement académique, alors que tous ont une relation : comprendre la communauté sourde, pèse fortement sur la pérennité de ces recherches. Peu de publications se font connaître, et surtout, ces chercheurs ne se connaissent pas ou mal entre eux. Le premier objectif de ces JE a été de tenter de créer, de construire une sorte de réseau entre ces chercheurs.

Les origines (1970-1995)
Cependant, cette JE se repose sur des racines plus anciennes, datant des années 1970 avec Bernard Mottez. Il semble bien que c’est lui qui ait amorcé le développement des Etudes Sourdes en France en déclenchant toute une nouvelle réflexion autour de la langue des signes, et en important et traduisant le terme ASL vers la LSF. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Langue des signes, noétomalalies etc… Quelles origines ? – Intervention de Yann Cantin

— Texte de l’intervention de Yann Cantin à l’International Visual Theatre, 

Table ronde sur le Rayonnement de la LSF du jeudi 13 octobre 2016 — 

(Seul le noétomalalié fait foi, ce texte est une illustration de ce que j’ai dit sur place, un article présente des extraits de mon intervention ici)

Quelque soit le nom que l’on lui donne en français, qui a énormément varié au cours du temps, cette langue connait une constante depuis deux siècles.

Pour la définir, il suffit d’un signe.

Comment décrire ce signe en français ? Quel est le mot adapté en français ? En 1889, Henri Gaillard suggère « noétomalalier » pour pouvoir décrire en un seul mot une action habituelle dans notre langue, ce qui est difficilement « écrivable » en français.

Cette réflexion sur un seul signe ne doit pas dissimuler une richesse historique incroyable de cette langue, aussi ancienne que le français, et qui a connu de profondes évolutions au cours du temps. Cependant, il reste très peu de traces historiques pour les périodes antérieures au XIXe siècle, et leur recherche commence tout juste depuis une dizaine d’années aux Etats-Unis et en France. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Sur la question des origines du noétomalalien français.

Texte d’intervention donnée par Yann Cantin dans les locaux de l’UMR 7023, Structures Formelles du langage, dans le cadre de la recherche sur la LSF (noétomalalien pour moi). Animé par Florence Encrevé et Marie-Thérèse l’Huillier, de l’équipe Langue des Signes et Gestualité, le 1er février 2016.

Ce texte fait suite à mes précédents billets et interventions sur la question des origines du noétomalalien, au Sign Language Group de l’Institut Jean Nicod.

Mon précédent billet sur la question des origines est ici.

Comme dit, seul le noétomalalié fait foi.
(à la place du prononcé)

Très bientôt, mon article sur la question des origines du noétomalalien sera publié par la revue Glottopol de l’université de Rouen. Cet article est beaucoup plus détaillé que ce texte de présentation. Je mettrai ici le lien dès sa parution.

Les origines du noétomalalien français, perspectives historiques

Introduction
La question des origines du noétomalalien français a fait l’objet de nombreuses discussions, de théories. Cependant, les recherches se concentrent essentiellement sur le XIXe et le XXe siècles, officiellement par manque de corpus des périodes antérieures.

L’enjeu de comprendre les origines du noétomalalien est justement de trouver ce qui a entraîné son apparition et son développement en tant que langue à part entière. Par conséquent, dans mon article à paraître prochainement dans la revue Glottopol, j’ai mis en évidence de l’absence de recherches approfondies sur les noétomalalies du milieu du XVIIIe siècle, et de la difficulté de transposer sur la France du XVIIIe siècle les exemples des langues apparues au Nicaragua et dans la tribu bédouine des Al-Sayyidd.

Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Notre langue est-elle valorisée ?

Est-ce que le noétomalalien est-il valorisé ? Quelle est la perception des Sourds à son encontre ?

Je pose ces deux question à partir d’un simple constat, souvent remarqué durant des discussions. Ce constat, c’est : « Que est le signe pour tel ou tel mot ? »

Souvent, régulièrement même, on me sollicite pour trouver le signe approprié à tel ou tel mot, en urgence, et parfois dans un accès de panique; avant une intervention ou une traduction. Ainsi, j’ai remarqué qu’il y a une difficulté croissante pour traduire dans de bonnes conditions depuis le français parlé vers le noétomalalien. A quoi sont dues ces difficultés ?

L’argumentation la plus répandue, c’est à cause de Milan que l’on n’a pas assez de signes par rapport au français écrit ou parlé. Ainsi, on manque de vocabulaire, à cause de cette « satanée interdiction de 100 ans de son usage dans les écoles ». Y a du vrai dans cette phrase, mais, au fur et à mesure, à force de répéter, cette phrase perd progressivement tout son sens.

Par conséquent, il faut réfléchir à comprendre pourquoi on peine à trouver les correspondances lexicales entre le français et le noétomalalien. Pourquoi c’est toujours « quel est le signe approprié ? » et non pas « quel est le mot approprié pour le signe ? » C’est souvent dans ce sens-là que je remarque.

A cette nouvelle question, je sens poindre une nouvelle inquiétude quant à notre langue. La communauté Sourde, depuis le Réveil des années 1970, s’est investie dans l’usage de sa langue, de sa promotion (au travers des cours), de sa vulgarisation. Mais, s’est-elle interrogée sur son usage, et donc, de sa place vis-à-vis des autres langues ? J’en doute, car l’argument « c’est une langue » ne suffit pas.

Pourquoi ?

Parce que l’on a laissé à d’autres la charge de trouver comment faire correspondre tel signe/mot à tel mot/signe. Or, qui sont ces autres ? Les interprètes ! Loin de moi de leur jeter la pierre, mais, ces interprètes ont appris dans notre communauté notre langue, les Sourds les ont enseigné notre vocabulaire sans vraiment avoir conscience de sa correspondance par rapport au français. Ainsi, on voit une inflation de nouveaux signes dont moi-même j’ai toutes les peines au monde à les assimiler tellement qu’ils paraissent artificiels, crées de toutes pièces.

Pourquoi choisir la voie : « trouver/créer un signe pour tel mot ? » au lieu de chercher « comment faire correspondre les deux langues dans un sens commun ? ». Chaque langue a sa propre vocabulaire, sa propre lexique. On ne va pas créer 26 mots en français pour la faire correspondre au vocabulaire lapon de « neige ».

Or, c’est l’inverse que l’on constate. On déplore la pauvreté du vocabulaire du noétomalalien, et ainsi, il est temps de la gaver de nouveaux signes, et avoir ainsi des millions de nouveaux termes.

Que dire face à cela … C’est tout simplement de la facilité, de la simplification, et d’une absence grave de réflexion en profondeur sur le fonctionnement même de notre langue.

On oublie que chaque mot/signe peut donner un sens différent selon le contexte/objectif de la phrase. Par conséquent, j’ai pour habitude de refuser de donner la traduction d’un mot, sans que j’aie la phase entière. Ainsi, pour un mot, je peux donner des dizaines de signes selon le contexte.

ET l’inverse est pareil ! Pour chaque signe, on peut trouver des milliers de mots appropriés, toujours selon le contexte.

Peut-Être que je devrais écrire un article détaillé sur ce sujet. Mais, il est vraiment temps d’y réfléchir, et peut-être arrêter cette tendance à créer de toutes pièces de nouveaux signes pour les adapter aux mots …

Place à la réflexion ! Cela dévalorise notre langue aux yeux de tous !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Conférence FEAST sur les LS

Une conférence a lieu les 4-5 mai 2015 à Barcelone. Cette conférence concerne les recherches sur les langues des signes, et réunit les chercheurs de ce domaines, réputés ou débutants : le FEAST, à l’université Pompeu Fabra, dans le programme de COST Action Signgram.

Poster_FEAST-Banner

Une particularité est à faire remarquer. Cette conférence peut être suivi en direct via cette adresse : http://www.upf.edu/retransmissions/feastconference.html  (Le programme ici)

Ainsi, même si vous avez des empêchements ou manqué l’information de FEAST 2015, vous avez donc l’opportunité de suivre les dernières évolutions de la recherche linguistique sur le noétomalalien, et donc, être au fait des avancées de cette recherche.

Les liens fournis dans ce billet vous permettront de découvrir sur ce programme de recherche de premier rang, au niveau international, et surtout qui permet d’ajouter un jalon de plus dans l’histoire de la recherche de la linguistique du noétomalalien (des Langues des signes, si vous voulez.)

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Nouveau séminaire à l’EHESS, « Sciences sociales et surdité: travaux en cours de jeunes chercheurs »

EHESS

EHESS

A l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale, un nouveau séminaire concernant les Etudes Sourdes est programmé en plus du traditionnel séminaire du lundi soir, « Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques. » dont le programme complet se trouve là.

Il s’agit du séminaire intitulé : « Sciences sociales et surdité: travaux en cours de jeunes chercheurs », dont le programme complet se trouve ici : le programme de février à juin.

Il aura lieu le, je cite Andréa BENVENUTO  » le 1° et 3° mardi du mois, de 10h à 13h (3 février, 3 et 17 mars, 7 avril, 5 et 19 mai, 2 juin et 9 juin). Salle 1, 190 Avenue de France, 75013 Paris.

Ce séminaire s’adresse principalement à des étudiants (master, doctorat) et post-doctorants engagés dans un travail de recherche en sciences sociales et humaines sur des questions relatives aux sourds, à la surdité et/ou à la langue des signes. Les séances s’appuieront sur la présentation et la discussion des travaux en cours de jeunes chercheurs sans distinction disciplinaire ni appartenance institutionnelle. Les enjeux et les problématiques mobilisées par la surdité interpellent les sciences humaines et sociales et convoquent à l’élargissement d’approches théoriques et disciplinaires et vise à la mise en réseau de chercheurs, particulièrement de jeunes chercheurs impliqués.

Langues du séminaire: LSF et français

Première séance le mardi 3 février 2015 – 10h à 13h – salle 1 au 190 Avenue de France, Paris 13ème

Interventions de:

Yann CANTIN – CRH, EHESS
Le mariage sourd à la Belle Époque, norme ou exception ?

Mathilde VILLECHEVROLLE – CERSES, Paris Descartes.
L’écriture de l’histoire des Sourds

Inscriptions par mail à Ruth.Kitchen@ehess.fr

Andrea Benvenuto. Maître de conférences à l’EHESS
Ruth Kitchen. Post-doctorante, PHS-EHESS »

Ce séminaire permettra donc aux jeunes chercheurs des Etudes Sourdes de pouvoir comparer leurs points de vues, et donc de leurs réflexions respectives. J’ose espérer que du bien en ressortira !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Colloque universitaires Sourds francophones

Une grande nouvelle !

Un colloque international d’importance est enfin organisé à propos des Etudes Sourdes francophones. Il aura lieu à Rimouski, au Québec, les 28 et 29 mai 2015. Cela marque une nouvelle étape dans l’émergence des Etudes Sourdes dans le monde francophone, et il m’est avis que tous ceux qui travaillent de près ou de loin de ce domaine d’études doivent y contribuer.

Voici le lien vidéo, où tout est expliqué clairement : http://vimeo.com/116725314

Délai de propositions de communications : 15 février.

Et le lien pour s’inscrire au congrès : http://www.acfas.ca/evenements/congres/inscription

L’Europe francophone doit se représenter en nombre à ce congrès, et faisons développer ce domaine de recherches !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le Réveil Sourd – Intervention de André Minguy, 3 décembre2014 –

André Minguy présentait une conférence le 3 décembre 2014 dernier à propos du Réveil Sourd. Nous avons obtenu la permission de publier le texte de son intervention ici. Bonne Lecture.

 

André Minguy

André Minguy

Pourquoi et comment le réveil Sourd ?

Avant 1880 : Il y avait des sourds qui communiquaient en signes.
En 1880, le congrès de Milan optait la préférence de l’oralisme au détriment des signes.
Depuis cet événement de triste mémoire, les enseignants sourds disparaissent progressivement de l’enseignement, ceci jusqu’au début des années 70.

Premiers pas d’une série d’évènements vers l’émancipation des Sourds.

Je ne vais pas tout dire alors j’ai choisi certains points qui me semblent importants à vous communiquer. Je vais parler des évolutions dans chaque événement.

En l’an 1971, Paris, FMS (Fédération Mondiale des Sourds)

Le congrès mondial des Sourds avait eu lieu au palais de l’UNESCO à Paris. J’avais 21 ans, jeune et beau ! Je découvris le carrefour mondial des sourds : des allemands, des suédois, des américains et j’en passe. C’était beau à voir comment ils communiquaient entr’eux, heureux de se retrouver dans leur univers visuel-gestuel et échangeaient ce qu’ils avaient à dire en signes.

Il y avait une réunion plénière au palais de l’UNESCO, je crois bien qu’il s’agissait d’une série de conférences sur l’éducation ou l’enseignement des Sourds. Cette réunion étant axée sur l’oral était inaccessible pour moi et je ne m’y intéressais pas du tout.

Deux points importants ont été observés à ce congrès :

  1. Un enseignant spécialisé, entendant, Jean-Noël Dreillard de Marseille s’y trouvait. il avaitl’air surpris de voir un interprète qui signait à coté des conférenciers et découvrir que la traduction signée était destinée aux Sourds américains. Il fut plus étonné d’entendre les traductions orales de l’interprète aux questions et réponses des sourds américains, ces traductions de bonne qualité étaient bien ciblées sur les sujets abordés.Jean Noël Dreillard avait évoqué par écrit ce souvenir 10 ans après lors d’un stage parents organisé par 2LPE en 1981 à Saint-Laurent-en-Royans (Drôme).
    Paradoxalement à la découverte de Jean-Noël, la délégation sourde française s’y trouvait et suivait les travaux du congrès par l’intermédiaire d’un locuteur labial.
  2. A ce congrès, les américains prônaient l’usage de la totale communication aux USA (Oral – appareillage – gestes). Cette influence américaine commençait à se répandre dans les écoles spécialisées en France. De ce fait, on constate seulement l’apparition timide des signes dans les écoles en France.

A noter : En 1960, William Stokoë, linguiste américain, suivait des cours de signes. En faisant des recherches, il proposa les paramètres linguistiques, ce qui a permis d’aboutir à la reconnaissance de la langue des signes américaine (ASL) comme une langue à part entière.
En France, à partir de 1970, on observe seulement l’apparition des gestes (langage gestuel).

On ne parle pas encore de LSF et pourtant les sourds le font quotidiennement.

Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Avant le Réveil Sourd, que s’est-il passé ? – Conférence de Yann Cantin, 3 décembre 2014 –

Yann Cantin

Yann Cantin

Introduction 

Dans la recherche historique des Sourds, le Réveil Sourd fait référence à la période des années 1970-1990 où la communauté sourd prend progressivement conscience de sa spécificité culturelle, et des actions afin de défendre, dans un premier temps, puis de promouvoir l’usage de la langue des signes française.

Or, le « Réveil Sourd » concerne principalement la France, et dans une moindre mesure, les pays francophones limitrophes. En effet, le déroulement de cette période diverge fortement en fonction des pays, ce qui fait qu’il n’est pas généralisable à tous les pays, du fait des spécificités culturelles, et sociales propres à chaque pays.

Ainsi, en France, quand la référence du « Réveil Sourd » s’est répandu au sein de la communauté sourde, dans les années 1990, et plus particulièrement depuis une dizaine d’années, cette période semble atteindre une fin, ouvrant la voie à une autre période historique encore peu précisée.

Ce qui est intéressant du point de vue historique, mais également culture, c’est que la période qui a précédé le Réveil Sourd a été tout simplement occultée, oubliée.

Par analogie, on pourrait considérer cette analyse avec l’Histoire dans le sens général. En effet, la Renaissance suit le Moyen-Age, et pour les penseurs de la Renaissance, le Moyen-Age représente une période sombre qui disparaît dans la lumière de la Renaissance. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Un ethnologue chez les Sourds

Nous vous proposons ici le texte de l’intervention de Yves Delaporte, conférence donnée le 3 décembre 2014, à la salle des fêtes de l’INJS.

Yves Delaporte lors de sa conférence

Intervention de Yves Delaporte, dans la salle des fêtes de l’NJS, 3 décembre 2014

Un ethnologue chez les sourds

Dans le premier contact que j’ai eu avec Yann Cantin pour la conférence d’aujourd’hui, il me parlait de mes travaux et de l’impact qu’ils ont sur la communauté sourde et la recherche scientifique, en précisant en « linguistique, histoire et sociologie ».

Cela m’a amusé, parce que la discipline qui est la mienne, c’est l’ethnologie. C’est en tant qu’ethnologue que j’ai travaillé pendant 35 ans au CNRS.

Ce petit oubli sans importance n’est évidemment pas dû au hasard : la sociologie, l’histoire, la linguistique sont des disciplines depuis longtemps établies, bien connues, y compris par les sourds. Les signes SOCIOLOGIE, HISTOIRE, LINGUISTIQUE, existent depuis longtemps en LSF.

Il en va différemment de l’ethnologie dont pas grand-monde, sans doute, même chez les entendants, ne sait exactement de quoi il s’agit. Le signe ETHNOLOGIE est apparu il y a très peu de temps, suite à mes travaux (le mot figurait dans le sous-titre des « Sourds c’est comme ça »). Lorsqu’il est apparu et a commencé à se diffuser, il était clairement inadapté : [une main en index pointant vers le haut, l’autre main en crochet le parcourt de haut en bas]. Autrement dit : « recherche sur une personne ». Bernard Truffaut, sourd bien connu, a proposé un signe bien meilleur [une main en crochet tourne au-dessus de l’autre main en croissant]. Autrement dit : « recherche sur un groupe, une communauté ». Je le signale chaque fois que je peux, notamment avec un petit article dans le Journal de l’AFILS.

En préambule à cette réunion, j’ai donc eu envie de clarifier les choses et d’expliquer brièvement ce qu’est l’ethnologie, cette discipline nouvelle dans le champ de la surdité, quels sont ses objets d’étude et ses méthodes. Continuer la lecture

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter